0

Pendant ce mercato 2015, Ultimo Diez, a envoyé son représentant Maitre Youda enquêter sur les coulisses du mercato de l’Olympique de Marseille. Aussi mouvementé qu’une shnek de Thaï, cet été marseillais nous a réservé de nombreuses surprises, que nous vous racontons en exclusivité. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises sur cette chronique dont voici le premier opus.

EPISODE 1 : LA PERTE D’UN ÊTRE CHER

Puissamment raillé mi-juin, le sous-marin olympien du mercato habilement piloté par Vince Cousteau a réussi sa remontée à la surface avant de replonger dans les dernières heures du mercato. Entre gros ratés, jolis paris et vente à petit prix, cette période de transfert aura nourri excitation, interrogations et mécontentement aux supporters. Habituellement adepte du contre-pied avec la plupart des médias traditionnels, Labrune nous a ouvert les portes de son bureau tout au long de cette « période de mutation » caféinée et nicotinée. Immersion à travers plusieurs épisodes.

Marseille – Centre d’entraînement Robert Louis-Dreyfus, Vendredi 5 juin 2015

« Les rigolos d’Ultimo? Allez-y, rentrez par derrière, j’ai pas beaucoup de temps aujourd’hui, la journée commence mal… » nous assène-t-il, la voix nerveuse.

img-vincent-labrune-1439478574_620_400_crop_articles-206364

C’est une fraîche matinée de fin de printemps mais son visage fatigué, cerné jusqu’aux oreilles nous remmène tout droit dans une partie de l’année que les parisiens pré-QSI redoutaient affreusement : le mois de novembre. Sur le chemin de son bureau nous croisons deux hommes qui discutent énergiquement à propos d’un contrat qui paraît compliqué, l’un ressemble à un ersatz raté de Pietro Savastano, l’autre a un fort accent russe et des faux airs d’un Valery Gazaaev mal réveillé. Après un bon quart d’heure à slalomer dans les couloirs de la commanderie, nous arrivons dans le bureau et amenons sur la table un sujet chaud mais plutôt délicat : le départ de Franz Beckenmaurel chez l’ennemi  lyonnais.

« Monsieur le président, nous venons d’apprendre pour la perte… » Il nous coupe : « Oh vous savez ça arrive mal en pleins préparatifs du mariage, mais bon, j’vais vous dire la vérité, personne ne l’aimait vraiment Tatie Matheus, elle mangeait comme quatre en plus, ça sera toujours ça de couverts economisés…et puis je vous parle pas de son placement, en fait je crois qu’elle n’a jamais digéré de quitter le Brésil si jeune, m’enfin passons vous êtes pas venus ici pour m’entendre geindre sur ma belle famille. »  Quelque peu décontenancés nous arrivons tant bien que mal à le ramener sur le sujet du moment.

« Oh putain le con ! », il continue sa verve entre quelques éclats de rires : « Vous avez du me prendre pour un fou! Revenons-en au pilote de Berlingo, vous savez le Jean-Mi je lui en dois une, il m’enlève une belle épine du pied, un rosier même… J’en dormais pas la nuit, putain il nous a fait quoi Marcelo? Il allait m’obliger à le prolonger avec la saison qu’il nous a sortie… Du coup on est sorti avec Philippe (ndlr, Philippe Perez) hier soir pour fêter ça. Non sérieusement, faut que je le remercie Jean-Mi, je crois que je vais lui filer une piste, un timal qui joue attaquant en Bretagne, Marcelo est pas fan en plus, je crois que c’est les tattoos de cartes de poker sur l’épaule ça passe pas… Bizarre hein ? »

846518017195783

« Malgré les euros j’accumule pas les govas,

Me demande pas comment j’vais, seul mon berlingot va » Wesh Morel 2015

Il poursuit : « Oui, le coup des spécialistes c’est du pipeau vous vous doutez bien… C’est une idee d’un stagiaire d’ici en plus, un certain Bilel, un esprit démoniaque comme je les aime. Du coup Canal je leur ai fait la totale, salary cap bidon, fausses rumeurs, pendant ce temps là, on est sur des dossiers chauds, ma biche c’est du lourd comme Bernard Henri Levy. » Il sourit, fier de sa référence et secoue l’intérieur de son trench à la recherche de son portable, un ticket de caisse celio club tombe : « Ah vous savez, période de mutation économique kinkinkin, les coupes budgétaires touchent tout le monde… Bon appelons Tonton Jean-Mimi… » Tout en tapotant avec excitation sur le clavier tel un twitto influent inspiré qui aurait hâte de « top-tweeter », il ricane : « En plus, la semaine dernière il m’a confié qu’il allait se concentrer sur un mercato « L1″, mais lui c’est sérieux je crois b… » Aulas répond :

« Bonjour Jean-Mi, félicitations pour l’acquisition de Jérem c’est un super gars tu verras, en plus tu chopes un bon mec, avec de l’expérience, beaucoup de caractère et puis il encadrera bien tes jeunots, il a l’expérience de la LDC, d’ailleurs je crois que c’était notre meilleur passeur y’a deux ans. Le Walcott s’en souvient je peux te l’assurer! J’ai vu que tu cherchais un attaquant, nous on se tâte à faire Beauvue, paraît qu’il veut jouer la LDC, moi j’ai essayé de voir et je crois qu’on pourra pas la faire cette année, on a un petit empêchement… Donc voilà, si ça peut t’aider c’est avec plaisir, en toute amitié… Je te dis à bientôt, allez la bise. »

76277

« J’aurais bien aimé le garder Morel Jean-Mi mais que veux-tu? Ton challenge est plus intéressant *se mord la lèvre* »

Il raccroche, ré-ajuste sa ice watch dont le blanc vire vers un jaune très Der Zakarien, s’immobilise quelques instants puis s’écrie : « Ouais c’est baaaan. »

Cette histoire est une pure œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est fortuite.