0

Ce jeudi, à 21h05 à Geoffroy-Guichard, un match d’Europa League aux allures de finale se joue dans le groupe C avec l’affrontement entre Saint-Etienne et Mainz. La victoire est obligatoire pour les deux équipes si elles veulent encore espérer continuer l’aventure. Les mathématiques et le football s’emmêlent encore une fois dans une rencontre qu’il faudra impérativement surveiller ou regarder.

Deux équipes qui naviguent entre confiance et doute

A l’instant où l’on parle, les deux équipes traversent des périodes plus ou moins délicates. Entre l’accumulation des matchs, les blessures et les problèmes dans le jeu, une certaine fébrilité se fait sentir. Du côté allemand comme français, le moral n’est pas au beau fixe.

Pourtant Mainz (8e de Bundesliga) vient d’étriller le SC Freiburg 4-2 à domicile. Mais le score ne montre pas à quel point ce match a été difficile pour l’équipe de Martin Schmidt. Face au champion en titre de 2. Bundesliga, la défense des Nullfünfer a encore craqué, au point où le SFC aurait pu l’emporter. En menant 2-0 après 20 minutes de jeu, on pensait que le match était plié mais non. Grifo et Petersen ont ensuite réduit ensuite tour à tour le score, et entre temps Bell a marqué un troisième but pour les joueurs de Schmidt. Mais personne n’était rassuré, et tout pouvait encore basculer dans les ultimes minutes. Mainz parvient finalement à gagner ce match, mais les doutes ne se sont pas envolés pour autant.

2c0h554-bild

En effet si cette équipe marque beaucoup de buts et ne connaît pas de véritables problèmes sur le plan offensif, elle en encaisse aussi un nombre sacrément important. La défense abandonne souvent le navire, et cela a des répercussions très négatives sur le FSV Mainz. Un exemple en Bundesliga : 21 buts marqués pour 20 buts encaissés. En Europa League, c’est un peu plus inquiétant, et les 5 buts encaissés face à Anderlecht n’aident pas : 6 buts marqués pour 10 encaissés. La défense est donc le vrai point noir de Mainz, qui a surtout tendance à être fébrile à l’extérieur cette saison. Alors pour cette équipe encore novice sur la scène européenne, le match de ce soir peut se révéler être un véritable piège…

Du côté de Saint-Etienne, actuellement à la neuvième position, le problème se situe peut-être ailleurs. On l’a vu dimanche soir face à Nice (défaite 1 à 0), sur le plan offensif, l’ASSE a un mal fou à produire quoi que ce soit. Dans le dernier geste, la dernière passe, il y a toujours quelque chose qui ne colle pas. Et ceci se révèle être handicapant lorsqu’on pratique un sport où le principe est de marquer au moins un but de plus que l’adversaire pour l’emporter (petit rappel au cas où !). Les blessures et la fatigue qui se fait déjà sentir avec l’enchaînement des matchs n’arrangent rien à cela. Quand on regarde cette équipe, on voit une formation qui a du mal à avancer : bien qu’elle traverse parfois des périodes lumineuses, ces dernières sont bien trop brèves et pas suffisantes pour espérer quelque chose sur la durée. On n’arrive que rarement à voir du mieux dans le jeu de l’ASSE depuis quelques temps. Bien que l’arrivée de nouveaux joueurs, plus jeunes, change un peu cela, le constat reste malheureusement le même. Les difficultés sont bien présentes. La situation est loin d’être dramatique, surtout quand on sait d’où le club revient, mais quand même.

Même si Saint-Etienne est dans le dur et gagne souvent ses matchs dans les dernières minutes, preuve d’une force mentale relativement impressionnante, il ne faut pas prendre cet adversaire à la légère. Puisque bien que l’équipe ne marque pas une tonne de buts, il est plus difficile de lui en marquer. Défensivement, elle n’est pas aussi fébrile que Mainz, même si le goal-average est loin d’être glorieux. Ce qui représentait une vraie force pour l’ASSE il y a 2 ou 3 saisons n’est plus aussi vrai aujourd’hui donc.

En définitive, en se fondant sur la forme actuelle des deux équipes, on se dit qu’aucune n’a vraiment l’avantage, et que l’on verra une rencontre plus ou moins équilibrée. Le facteur déterminant pourrait être l’expérience qui fait défaut aux Allemands à l’inverse de St. Etienne qui joue les phases de groupes pour la troisième fois consécutive.

Une rencontre aux allures de finale

Pour les deux clubs, le match qui compte pour la cinquième journée est vraiment décisif s’ils veulent poursuivre l’aventure. Toutefois, Mainz a un peu plus à jouer dans cette rencontre. Avec 5 points, une victoire pourrait lui permettre de revenir au niveau de l’ASSE qui compte 8 points. En l’emportant, ils pourraient s’offrir une autre finale avec leur dernier match face au FK Qäbälä. S’ils perdent, ils seront tout simplement éliminés de la compétition. Pour Saint-Etienne, il y aurait une qualification à la clé si l’équipe l’emporte. Etant donné que le club possède le même nombre de points qu’Anderlecht (8 points), le dernier match pourrait devenir une formalité, un match sans enjeu, surtout si l’équipe belge se défait des azéris (déjà éliminés avec 0 points) ce jeudi. Un match nul est donc à éviter pour les deux équipes, qui sont dans l’obligation de gagner. Fabian Frei, qui a déjà connu une pression similaire en Ligue des champions avec le FC Bâle en devant absolument gagner contre Manchester United (NDRL : saison 2011/2012) pour continuer l’aventure, s’est d’ailleurs exprimé sur le site officiel du club : « Evidemment, le match à St. Etienne est comme une finale. Nous voulons la gagner et nous devons la gagner. Nous sommes tous conscients de cela ».

saint-etienne-a-eu-chaud-face-a-mayence_186570

Pour ce qui est des effectifs, les problèmes sont là aussi présents des deux côtés. Pour les Verts, Robert Beric et Fabien Lemoine devraient encore être absents, Romain Hamouma ne sera lui non plus pas de la partie, encore trop juste. Oussama Tannane va, en revanche, faire son retour dans le groupe après son absence face à Nice due à une suspension. Saint Etienne se présentera donc le même groupe que face à l’OGCN avec l’international marocain en plus. Pour Mainz, le précieux Yoshinori Muto ne devrait pas être disponible, lui qui est encore en phase de reprise. Giulio Donati et Yunus Malli, le talentueux numéro 10, sont eux incertains à cause d’un rhume, toutefois ils devraient pouvoir jouer malgré tout et être remis d’ici là. Enfin, Suat Serdar et Christian Clemens sont eux aussi indisponibles ce qui affaiblit encore un peu plus le FSV Mainz.

La tension sera donc forte dans le Chaudron pour ce match capital qui méritera d’être regardé par tous. Avec un stade bouillant, et environ  1300 supporters des Nullfünfer (oui, enfin un parcage rempli !), l’ambiance devrait sans aucun doute être au rendez-vous pour cette dernière rencontre comptant pour les phases de groupe à St. Etienne. Comme quoi, l’Europa League prouve encore une fois qu’elle est intéressante et qu’elle mérite d’être suivie…

Photo credits : http://i1.gmx.at/, DPA, ©Maxppp