2

Le football est en constante évolution avec des modèles qui deviennent des références par périodes comme actuellement le jeu de possession et de position du Barça de Guardiola ou alors le pressing à plein régime du Dortmund de Klopp. Pour rester dans un succès sur le long terme, il faut toujours être en évolution avec son temps et savoir s’adapter à ce milieu instable. Si on reste constamment fixé par des idées sur plusieurs années, on ne peut pas avancer et c’est un retard que l’on crée.

Malgré un effectif de qualité avec de la jeunesse et l’arrivée de superstars, pourquoi Manchester United a du mal ?

La composition d’équipe

Actuellement 6ème du championnat d’Angleterre, Manchester United connaît un début de saison très mitigé que ce soit dans le résultat ou dans le contenu. Avec une intersaison mouvementée, l’ancienne équipe de Sir Alex Ferguson était rapidement attendue au tournant avec les arrivées d’Ibrahimovic (PSG), Mkhitaryan (Dortmund), Bailly (Villareal) et Paul Pogba (Juventus). Mais le changement était surtout attendu sur le banc et dans le jeu avec le départ de Louis Van Gaal après deux saisons remplacé par José Mourinho, le grand coach portugais.

Lors de l’arrivée de José Mourinho du côté de Chelsea en 2004, il se surnomme lui-même « The Special One » car c’est un entraîneur qui est à l’opposé des différentes évolutions tactiques dans le football.

composition-dequipe-2-0

Depuis son arrivée, Mourinho se cherche dans sa composition d’équipe mais il est en train de trouver un équilibre intéressant depuis quelques matchs. Après une défaite contre Watford (3-2) qui a été alarmante d’un point de vue individuel et tactique, l’entraîneur portugais décide de mettre en place un 4-3-3 avec un milieu récupérateur et deux milieux relayeurs contrairement au 4-2-3-1 du début. Le souci concernant le 4-2-3-1, c’est la gestion de l’espace entre les lignes. La solution peut être de rajouter un joueur devant la défense qui gère les espaces libres entre les deux lignes, ce qui oblige cependant à enlever un attaquant (comme certaines phases défensives de l’Atlético de Simeone). Ce système oblige du coup à jouer sur les côtés ou alors à attendre un exploit sur les phases offensives et à donc ses limites.

Défense :

Sans les différents blessés, l’ancien coach du Real Madrid met en place une défense Blind-Smalling-Bailly-Valencia. En alignant une défense centrale Smalling-Bailly, Mourinho cherche une solidité avec des profils de « guerriers ». Associé à l’un des meilleurs joueurs de l’équipe la saison dernière, Éric Bailly, qui est venu de Villareal, est le joueur que Manchester cherchait depuis la fin de « Ferdinand-Vidic ». Réel soldat sur le terrain avec son caractère, l’international ivoirien est un joueur ayant une palette au poste de défenseur central qui lui permet de jouer avec n’importe quel profil et de s’adapter. Du haut de son mètre 87, Bailly est un défenseur puissant, rapide et technique, pouvant remonter le ballon de derrière et cherchant à participer au jeu de son équipe. Il possède une impressionnante lecture du jeu et est donc rarement amené à se jeter. Sur les ailes, on retrouve deux latéraux avec des qualités différentes : Daley Blind et Antonio Valencia. Le premier est un ancien milieu de terrain repositionné en tant que défenseur depuis l’ère Louis Van Gaal et il répond présent depuis ce changement de poste. Intelligent dans son placement, anticipateur des mouvements adverses, ayant une grande qualité de passes, l’international néerlandais est l’une des pièces maîtresses de la relance. Mention pour le second : l’Equatorien est devenu un titulaire indiscutable après des doutes sur lui lors du début de saison. Il apporte une solidité au niveau défensif avec son gabarit imposant lors des duels et son activité qui lui permet de faire la navette attaque-défense sans trop de soucis.

Milieu :

Au milieu, on retrouve une triplette Carrick-Herrera-Pogba. L’association est très intéressante avec l’équilibre et l’expérience de l’ancien protégé de Sir Alex Ferguson. Michael Carrick apporte une tranquillité à ce poste en posant le jeu grâce à son rôle de premier relanceur et en se positionnant devant la défense. A sa droite se trouve Ander Herrera. Suite à un début de saison compliqué où il jouait très peu, le néo international espagnol a réussi à se faire une place dans le 11 de départ poussant Wayne Rooney sur le banc des remplaçants. Possédant un gros volume de jeu, l’ancien joueur de Bilbao joue son rôle de box-to-box comme il se doit avec ses qualités d’harceleur et de combattant. Son travail laisse une certaine liberté en attaque à la nouvelle star de l’équipe qui joue à côté de lui. Pogba est revenu à United pour gagner des titres avec le club qui l’a fait grandir et il veut apprendre aux côtés de Mourinho. Dans le jeu, l’international français a un rôle libre sur le terrain dans les phases offensives, pouvant mettre en place le jeu de l’équipe. Il apporte de la folie et de la créativité en plus des différentes qualités qu’on lui connaît et qui font de lui l’un des meilleurs jeunes joueurs dans le football actuel.

En ce qui concerne les joueurs excentrés, The Special One a décidé de mettre deux profils différents. Au poste de milieu excentré droit, on retrouve Mata. Son ancien joueur à Chelsea a réussi à être titulaire sous ses ordres après avoir été sorti de l’équipe du côté de Londres. L’international espagnol revient lui aussi à son meilleur niveau, permettant dès certaines prises de balles d’accélérer le jeu et de trouver de la verticalité grâce à la vitesse de l’autre joueur excentré. A gauche, on retrouve deux joueurs qui se disputent la place de titulaire : Marcus Rashford et Anthony Martial. Le nouveau chouchou d’Old Trafford profite des difficultés extra sportives du joueur originaire des Ulis pour avoir du temps de jeu. Malgré cette concurrence, on voit que le profil demandé à ce poste est le même : le tacticien portugais demande que le joueur se retrouve dans la surface pour permettre à Ibrahimovic de décrocher.

Attaque :

L’international suédois est venu dans les valises de Mourinho dans « le plus grand club dans lequel il a joué ». Il apporte son aura qui fait trembler les défenseurs adverses en jouant, il joue son rôle de renard, et il crée des espaces avec ses décrochages pour les projections de Pogba ou de Rashford/Martial.

On se retrouve avec une équipe remplie de qualités et avec un potentiel qui est mal exploité par José.

Les phases défensives 

Connu pour être un entraîneur ayant une grosse base défensive, Mourinho essaie d’imposer son système pour mettre en place ses phases offensives correctement.

Lorsque l’on divise les deux phases, on observe déjà quelques difficultés :

Comme dit précédemment, Mourinho a décidé de mettre en place un bloc bas compact empêchant l’adversaire de le prendre de vitesse dans les interlignes et dans son dos.

opposition-contre-arsenal

Lorsque l’on regarde la confrontation des deux compositions, le bloc de Mourinho est fait pour ne pas être débordé en utilisant une prise en zone tourné vers l’homme

capture

En utilisant cette tactique, la prise homme à homme va permettre de ruiner les performances individuelles en ne laissant aucun espace pour le joueur porteur de balle comme Ozïl ce samedi. Les joueurs doivent avoir une concentration maximale dans leur marquage car chaque zone doit être occupée par un joueur de Manchester United. Si on regarde le dispositif tactique contre Arsenal, chacun avait un mec à tenir tout le long du match.

relance

Lorsque l’on regarde cette image, on voit que le système est bien mis en place : chaque joueur s’occupe de l’adversaire qui se situe dans sa zone en prise homme à homme.

Mais il y a déjà une première limite que l’on peut observer, c’est que les défenseurs centraux ne sont jamais attaqués ou cadrés par un joueur. Sur cette situation, on voit que Mustafi a tout le temps de monter avec le ballon pour prendre une décision correcte et il a un temps de réalisation conséquent pour réaliser sa passe.

action-coutinho

Ensuite, il y a des soucis par rapport à la prise en individuel des joueurs. Sur cette action, Coutinho réalise un déplacement vers l’intérieur laissant l’espace libre à Milner. Cet espace est utilisé par ce dernier ce qui permet d’étirer le bloc et d’obliger Rashford à occuper une zone basse sur le terrain. Mais dès le dézonage du brésilien, il y a une liberté par rapport à Valencia qui se retrouve sans joueurs et cela crée un surnombre pour Liverpool dans l’axe du terrain se retrouvant à 4 contre 3.

L’action se finira par une superbe frappe de Coutinho qui se dirigeait dans la lucarne mais qui est sortie par De Gea. Cela montre évidemment que le surnombre dans les interlignes permet à United de ne pas être débordé dans l’axe mais par de simples mouvements, le déséquilibre peut être trouvé.

opposition-contre-chelsea

Contre Chelsea, l’idée de Mourinho partait d’une bonne intention où sa prise individuelle s’emboîtait sur le système de Conte. Le 3-4-3 étire les blocs adverses avec une présence obligatoire sur le côté opposé déséquilibrant la défense. Dans ce contexte, la position basse des ailiers bloque la force de ce système. Mais les Blues ont vite trouvé les solutions.

but-hazard

Sur cette situation, on retrouve le dispositif initial avec une prise en individuel des adversaires se trouvant dans la zone. Mais on remarque qu’un mouvement va créer un déséquilibre clair dans le bloc de United.

Suite à une phase de transition échouée du côté de Chelsea par le retour du bloc de United, Hazard repique dans l’axe pour se placer en tant que 3ème attaquant, comme dans la composition au-dessus. Lors de ce replacement, il y a une incompréhension entre Mata et Valencia qui vont échanger de joueur dans cette situation. L’Espagnol décide de sortir lors de la passe d’Hazard vers Kanté mais c’est une erreur. L’espace est créé dans son dos qui ne sera pas comblé par Smalling qui s’occupe de Pedro au poste d’attaquant de pointe dans cette situation. Matic recevra la balle et fera la passe dans l’intervalle créé en face de lui pour le but d’Hazard par la suite.

Concernant le pressing, Manchester a encore du travail.

ra

C’est une équipe avec deux phases lors du pressing. Dans un premier temps, le porteur du ballon va être harcelé dans une lap de temps très court où ils vont miser sur une perte de balle à cause d’une erreur technique où une récupération du harceleur. On essaie de créer un entonnoir pour récupérer vite le ballon. Mais on remarque derrière que le pressing n’est pas suivi avec donc quelques joueurs harcelant l’adversaire et les autres qui patientent.

pressing

Dès ce premier pressing passé, on remarque que le bloc de United ne cherche pas à le continuer pour récupérer haut le ballon comme peut le faire le RB Leipzig : les joueurs se replacent vite dans leur zone pour ne pas être débordés et ne pas subir une phase de transition offensive-défensive.

Pour conclure sur cette partie, on peut donc dire que Mourinho cherche à remettre en place les principes tactiques qui ont fait de lui l’un des meilleurs entraîneurs du monde mais il connaît des difficultés. Le football a évolué et les adversaires se sont améliorés dans leur football, que ce soit tactiquement ou techniquement avec les nouvelles technologies. Le Portugais veut être le Spécial One mais attention à ne pas devenir le Loser One s’il continue sur ce rythme du côté d’Old Trafford.

Photo credits : newsweek.com