0

Nous avons parlé avec Mark North, fondateur et président de l’United London FC, évoluant en 8ème division anglaise, la 1ère division de l’Essex Alliance. La particularité de ce club est que ce sont les supporters qui composent le 11 de départ. Ce petit club londonien ne cesse de croître depuis sa création il y a 6 mois. Il nous a donc expliqué en quoi consistait son club et ses ambitions pour l’avenir.

En quelques mots, pouvez-vous expliquer aux lecteurs le déroulement et le but de la création de votre club ?

J’ai eu l’idée de créer ce club en regardant X Factor avec ma femme. Je me suis demandé pourquoi il n’existait pas d’émission avec un vote du public dans laquelle les hommes verraient un véritable intérêt.  Ce que je veux dire c’est que moi, personnellement, voir des gens danser ou chanter pendant plus de 2 heures ce n’est pas vraiment mon truc. (rires) Le football étant le sport le plus populaire du monde et devenant notre sport national, je me suis donc dit que ça pourrait être une bonne idée que des supporters lambda puissent voter pour la création d’un onze de départ. Cela pourrait aussi être utile au développement de jeunes joueurs qui ne demandent qu’à être remarqués par des grands clubs. Ce serait une sorte de Football Manager grandeur nature. J’ai donc décidé de créer l’United London FC il y a 6 mois environ à partir de cette idée-là. En plus, cela coïncidait avec la montée en puissance de Vardy donc j’ai pensé à une chose : l’United London FC pourrait aussi aider des joueurs de divisions inférieures à gravir les échelons. Je me suis dit que si en plus on filmait le contenu des matchs ou même quelques actions ça pourrait réellement les aider.

Pouvez expliquer comment ça marche une fois que les « entraîneurs » ont créé l’équipe ?

Les « entraîneurs » votent démocratiquement pour des joueurs qui vont former le 11 de départ. Le gardien qui obtient le plus de votes débute le match, de même pour le latéral gauche, le latéral droit, etc. Et durant le match, ce sont l’entraîneur et le staff qui s’occupent de tout : blessures, changements, tactique, etc. Mais c’est vrai que nous pensons à donner ces pouvoirs aux supporters qui créent le 11 initial. Surtout avec le développement des événements streamés en live sur YouTube, Facebook ou encore Periscope mais nous n’en sommes pas encore là.

A part les différents ‘’entraîneurs’’, le club fonctionne-t-il comme les autres c’est-à-dire avec un directeur sportif etc ou a-t-il une autre méthode de fonctionnement ?

A part le fait de ne pas avoir d’entraîneur qui fait la compo, nous travaillons exactement comme les autres équipes, ou du moins celles de notre niveau, oui.

Vous êtes actuellement à la 3ème position de l’Essex Alliance (au moment de l’interview), c’est super mais pouvez-vous expliquer ce qu’est ce championnat et s’il y a une promotion, dans quel championnat vous vous retrouverez ?

Oui, nous sommes 3èmes avec trois matchs de retard donc nous courons toujours pour le titre même si la victoire est essentielle lors de ces 3 matchs. Si on est promu, nous jouerons en Essex Olympian League, la 7ème division anglaise.

Pensez-vous que des clubs professionnels en Premier League ou en Championship puissent utiliser votre modèle pour réussir ou ils ont forcément besoin d’un entraîneur qui fait le 11 initial ?

Je ne pense pas qu’on puisse changer un club plus ‘’traditionnel’’ vers ce format. Ce serait trop de confusion, en revanche je pense qu’un club qui a été créé et grandi comme ça peut réussir à plus haut niveau. Mais nous verrons par la suite.

Pensez-vous que le club puisse un jour être promu en Premier League ?

Je l’espère ou du moins c’est ce que je désire. Nous avons été dévoilés au grand public par TalkSPORT (la plus grosse radio de sport en Grande-Bretagne) et nous sommes régulièrement invités sur Fan TV. Du coup de plus en plus de personnes sont en train de nous connaître. Cela permet aussi d’attirer des sponsors et des joueurs qui, je l’espère, pourraient nous le permettre à terme.

Pensez-vous que ce type de club peut être exporté vers d’autres pays ou c’est une mentalité typiquement britannique ?

Tous les clubs qui utilisent la technologie peuvent être ainsi. Nous avons des milliers d’entraîneurs à travers le monde et leur nombre augmente à vue d’œil en même temps que le développement du club, le site internet et le concept. Nous savons que le club possède des entraîneurs se situant sur les 5 continents. Donc pourquoi ne pas justement exporter ce type de club vers ces autres continents ? Le football est un langage universel et chaque supporter apporte sa partie de savoir au club et aux autres, c’est ce qui permet au foot d’être un intéressant sujet de discussion. C’est pour cela que je pense que tous les amateurs de football peuvent s’impliquer dans l’United London.

Avec ce club, quel est votre rêve le plus fou ?

J’aimerais tout d’abord voir si ce concept pourrait fonctionner dans des championnats professionnels et pourquoi pas en Premier League. J’aimerais également développer ce type de management pour que par la suite des matchs ville contre ville soient organisés. Par exemple l’United Paris FC contre l’United London FC ou même l’United Tokyo FC contre l’United New York FC. (rires) Je pense pouvoir faire en sorte que cela arrive.

Enfin, pourquoi l’écusson du club est-il un phénix ?

Un phénix renaît de ses cendres. C’est donc une ‘’seconde chance’’ pour certains joueurs. Nous possédons des anciens joueurs de centres de formation qui voulaient jouer à un plus haut niveau. Et nous espérons qu’en filmant nos matchs et en utilisant des statistiques nous pourrons leur offrir une opportunité d’être remarqués puis de signer dans des clubs professionnels.

 

Si toi aussi tu as toujours rêvé de devenir entraîneur c’est par ici : http://www.unitedlondonfc.com/vote/

https://twitter.com/unitedlondonfc

Interview réalisée par @mathieu__tm, un grand merci à lui.