2

Depuis plus de 20 ans, la confrérie secrète du coup du scorpion marque l’histoire du football. Retour sur sa légende et ses plus beaux gestes. De René Higuita à Olivier Giroud, en passant par Charles-Édouard Coridon.

Marquer le but de l’année le 1er janvier histoire de bien pisser sur la concurrence encore lourde d’huîtres, de crépinettes et de foie gras. Beaucoup en rêvent. Certains l’osent, comme Olivier Giroud. Dimanche, le Carsten Jancker savoyard a ouvert le score pour Arsenal face à Crystal Palace d’une reprise de volée du talon. Un geste technique qui a conclu une contre-attaque magistrale des Gunners.

Plus qu’une vulgaire aile de pigeon, c’est bien un magistral coup du scorpion. Un geste que les esthètes du ballon rond connaissent bien. Tant pour sa difficulté technique que pour sa symbolique meurtrière.

Comme tout geste légendaire, il n’est tenté que par les plus audacieux. Et, souvent, par manque d’humilité, ils s’y cassent les dents. Il avait pourtant été réussi 4 jours plus tôt par Henrikh Mkhitaryan (Manchester United) lors d’une autre rencontre de Premier League contre Sunderland.

Avec ces deux buts, le milieu arménien et l’avant-centre français s’inscrivent dans la glorieuse et informelle lignée de la confrérie du coup du scorpion. Celle-ci a été popularisée un soir de septembre 1995 lors d’un match amical a priori insipide entre l’Angleterre et la Colombie, à Wembley. Le score est de 0-0 lorsque, sur un centre-tir anodin de Jamie Redknapp, le gardien de but colombien, René Higuita, laisse passer le ballon derrière lui et le dégage avec ses talons en se jetant en avant. La prouesse prend tout le monde de court. Si bien qu’il faut quelques secondes aux spectateurs pour s’en remettre. Ils viennent d’assister à la naissance du « coup du scorpion ».

Sans le savoir, René Higuita a alors inspiré toute une génération de futurs footballeurs. Et aussi donné des idées à une ribambelle d’attaquants soucieux d’associer prouesse et efficacité. C’est ainsi qu’est née la confrérie du coup du scorpion. Animal symbole à la fois de la mort et du châtiment, mais aussi de la guérison et de la fertilité.

En mai 1998, Youri Djorkaeff, le Snake, l’a intégrée avec un coup du scorpion acrobatique lors d’un Maroc-France dans le cadre du tournoi Hassan II avant la Coupe du Monde.

Cinq ans plus tard, en novembre 2003, il est rejoint par Rafael van der Vaart, milieu de terrain de l’Ajax d’Amsterdam. Il se paye alors le luxe d’humilier l’éternel rival du Feyenoord Rotterdam.

Mais c’est le 20 octobre 2004 que le coup du scorpion connaît son heure de gloire dans l’Hexagone. Il est alors réalisé par Charles-Édouard Coridon lors d’un match de Champions League entre PSG et le FC Porto. Le score est encore vierge lorsque Lionel Letizi récupère le ballon dans sa surface. Il relance rapidement sur la droite. Les Parisiens se déploient et mènent une contre-attaque éclair que suit Coridon. Celui-ci se précipite vers le point de pénalty pour reprendre un centre lointain venu de l’aile droite. Mais le ballon arrive derrière lui. Alors sans réfléchir, le milieu se propulse et pique le gardien de Porto d’un splendide coup du scorpion du pied droit. Quelques minutes plus tard, Pauleta enfonce le clou avec un deuxième but pour le PSG.

Il faudra attendre neuf ans pour revoir un tel geste tenté sous le maillot parisien. Le 21 décembre 2013, Zlatan Ibrahimovic s’élève sur la pelouse du Stade de Brest et reprend un centre avec son talon. Malheureusement, si son acrobatie est impressionnante, elle manque le cadre d’un rien.

Il ne faut néanmoins pas forcément être une star du foot pour être accepté au sein de la confrérie du coup du scorpion. Depuis le 13 août 2015, elle compte un joueur de 3e division allemande : Carsten Kammlott. Un soir de reprise du championnat, cet attaquant du Rot-Weiss Erfurt a assumé la consonance table-rondienne de son patronyme pour crucifier le gardien du Dynamo Dresde avec un coup du scorpion en pleine lucarne. Un coup de génie parfaitement inutile puisque son équipe a perdu 3-1…

Mais il faut préciser que le plus beau coup du scorpion de l’histoire a été inscrit en décembre 2011 par Festus Blaise, des Citizen AA. Des 20 mètres, le défenseur nigérian a logé le ballon directement dans la lucarne opposée. Malheureusement, il s’est trompé de sens et a marqué contre son camp…

Toute cette série de gestes a contribué à écrire la légende du coup du scorpion. Elle est aujourd’hui fièrement portée par Olivier Giroud. Et fait rêver tant d’amateurs du ballon rond qu’il est désormais possible de tenter virtuellement cette prouesse sur FIFA. Avec, parfois, de bien belles réalisations !

 

Crédits photos : AFP PHOTO / Glyn KIRK