0

Une confrontation entre les deux Académies formidables d’Europe, les deux écoles des champions du Vieux Continent, ne pouvait qu’être explosive. Et en hommage à Johan Cruyff, les jeunes bataves ont salement fumé les pousses rhodaniennes sur le score de 4-1.

Tout de suite les notes de ce passage à tabac des Genesio Boys

Les freestyleurs de la Venise du Nord 

Onana :  Pas énormément sollicité mais il a su répondre présent quand on avait besoin de lui. Sauf sur cette frappe du petit vélo qui était quand même difficile à stopper.

Tete :  Rien de merveilleux, rien de moche, mais il aura largement été à la hauteur de la rencontre.

De Ligt :  Il a juste 17 ans mais la peur et la pression sont le cadet de ses soucis. Sûr de lui, peut-être un peu trop, il n’a pas hésité à monter aux avant-postes pour provoquer la défense lyonnaise.

Sanchez :  Il y a des chances que s’il te mette un coup d’épaule tu ne te relèves pas, parce qu’il est aussi solide que le mur de Berlin. Et en plus de ça, il a une technique remarquable. Si certains ne le connaissaient pas, eh bien ils ont pu le découvrir.

Riedewald :  Un brin plus en avant que son compatriote de l’autre côté, il aura été lui aussi été à la hauteur de l’évènement.

Schöne :  Danke (c’est pour ceux qui ont fait LV2 allemand). En dehors de cela, lui aussi aura été détonnant, il a contrôlé le milieu et apporté de l’équilibre.

Klaassen :  Son pressing était étouffant même en étant tranquillement installé sur le canapé alors je n’ose pas imaginer dans quel état étaient les troupes de Génésio à la fin de la rencontre. Sacré capitaine le bonhomme.

Ziyech :  Un coup-franc plus doux qu’une caresse, des caviars en pagaille. Il aura orchestré avec brillo les offensives ajacides sans presque jamais trembler, comme son pied gauche. Hors norme.

Traoré :  Une offrande pour Kasper Dolberg (en étant bien aidé par une défense à l’ouest), et un but. Si sa coupe de cheveux est douteuse, son match, loin d’être ridicule, l’est un peu moins.

Dolberg :  L’Europe lui fait les yeux doux, et on semble comprendre pourquoi. Une finition aussi mielleuse que sa technique. Le potentiel est bel et bien là, et Lyon a pu s’en apercevoir. Quelle merveille.

Younes :  Il a mis du temps à s’enflammer mais dès que cela a été fait il aura franchement agacé l’OL et surtout Jallet. Il a eu la balle du 3-0 juste avant la pause, et si Lopez ne c’était pas interposé, il aurait probablement assommé encore un peu plus les visiteurs. Enfin il s’est vengé juste au retour des vestiaires.

 

Les couches culottes du 69

Lopes :  Le chat de Givors n’a rien pu faire ce soir, a alterné le très bon (de nombreuses parades décisives) avec le beaucoup moins bon (son dégagement de U13 sur le deuxième but)

Jallet :  La gendarmette de Charente a vécu un véritable enfer face à Younes jeune freestyleur néerlandais. Le dur quotidien d’un flic de banlieue pour Sergent Totof.

Diakhaby :  Le désarticulé de Guinée n’était clairement pas dans son assiette ce soir et comme tous ses petits coéquipiers il a vécu une soirée cauchemardesque.

Nkoulou :  Le druide de Yaoundé a évidemment beaucoup souffert face à des joueurs qui pourraient être ses petits-fils. Les jeunes hollandais ont couché le grand-père.

Tousart :  On attendait beaucoup du Barbier d’Arras sur ce match, mais le jeune Lucas s’est fait raser tout le match dans l’entrejeu par l’aggressivité et les anticipations adverses. Don Brouno Rénésio a heureusement pour lui écourté le malaise en le sortant très tôt en deuxième mi-temps.

Gonalons :  A l’heure où vous lisez ces quelques lignes, Le Babtou Fragile de Venissieux est encore sur la pelouse à demander un hors-jeu.

Tolisso :  A essayé de jouer 10.

Valbuena :  La Toupie de Gironde s’est bien fait tourner ce soir.

Fekir :  Le foot sans Fékir : Jour 486

Maxwell Cornet :  Un meeting d’Amsterdam de très bonne augure avant le début de la Diamond League vendredi à Doha.