Duel de prétendants à la Champions League cet après-midi à Londres, où Arsenal recevait United. Le match dans le match entre Wenger et Mourinho a tourné en faveur du Français, au terme d’une rencontre bien triste pour deux équipes de ce calibre. Score finale 2-0.

La bande à Arsène

Cech  : La parade quand il fallait. Au bon moment au bon endroit. Comme Jake Gyllenhaal dans Nightcall.

Monreal  : Un flow de boulanger, une technique limitée, mais un QI foot impressionnant. Précieux dans cette défense à trois.

Koscielny  : Comme François Hollande, il vient de Tulles. Comme François Hollande, il est sur le départ. Sauf que Lolo laissera de bons souvenirs de son passage.

Holding  : Comme en finance, il est créé par les puissants pour encore plus s’enrichir. Par contre, il aurait pu compliquer le match de son équipe sur une relance hasardeuse.

Gibbs  : Un modèle pour Usain Bolt, on peut être juste un sprinteur et réussir dans le football.

Oxlade  : Un joueur mystérieux. Bon ou mauvais, on ne sait pas. Mais il a fait deux passes décisives cet aprèm.

Ramsey  : Plein de bonne volonté mais énormément d’erreurs. Il a fait augmenter la cote de De Gea de 5M.

Xhaka  : Buteur chanceux, Granit va sans doute rapidement appeler madame dans les vestiaires pour être sûr qu’elle n’a pas passé l’aprèm avec le voisin. Ou avec John Terry.

Ozil  : Qu’on nous prévienne quand il aura arrêté de bouder son football.

Alexis  : En football libre.

Welbeck  : La cote pour qu’il marque contre United était trop basse pour mettre une piécette dessus. Mais la prophétie s’est réalisée.

La bande à José

De Gea  : Il fait ce qu’il peut. On aimerait bien vous y voir avec sa défense de PH, vous !

Darmian  : Bien brave mais pas tellement compétent.

Smalling  : Au front, Chris, ça serait ce mec que tu prends pour un sniper mais qui n’enlèverait pas le cran de sécurité de son arme avant de tirer. Dépassé contre pas grand chose.

Jones  : Il y a plus de passage dans son dos que sur les Champs-Elysées.

Tuanzebe  : Inconnu au bataillon, il aura honoré sa première cap avec beaucoup de calme et de sérénité. Contrairement à ses zigotos de partenaires.

Herrera  : Le malheureux Ander a contré du dos la frappe mal partie de Xhaka. Lui peut être sur que sa meuf n’était pas en train de se faire renifler par John Terry.

Carrick  : Pièce maîtresse du puzzle sous Ferguson, le temps ne lui a pas enlevé de qualités. Mais le temps lui a enlevé des partenaires de qualité, et forcément, ça change tout.

Mata  : Si Rooney est plus altruiste, c’est lui qui peut tuer le match en première mi-temps. L’Espagnol passe du rôle de potentiel héros à celui d’âme en peine, tentant frappes et passes sans conviction.

Mkhitaryan  : Arménien porté disparu. Un peu comme Djorkaeff et Aznavour.

Martial  : Il aura couru, percuté mais jamais fait la différence. Pas ce soir que sa cote remontera.

Rooney  : Préfère désormais les plats en sauce au football. C’est moche de voir une légende mourir.

 

Je mène un combat vain contre le corporatisme et les magouilles dans le football français

Laisser un commentaire