5

Duel de prétendants à la Champions League cet après-midi à Londres, où Arsenal recevait United. Le match dans le match entre Wenger et Mourinho a tourné en faveur du Français, au terme d’une rencontre bien triste pour deux équipes de ce calibre. Score finale 2-0.

La bande à Arsène

Cech  : La parade quand il fallait. Au bon moment au bon endroit. Comme Jake Gyllenhaal dans Nightcall.

Monreal  : Un flow de boulanger, une technique limitée, mais un QI foot impressionnant. Précieux dans cette défense à trois.

Koscielny  : Comme François Hollande, il vient de Tulles. Comme François Hollande, il est sur le départ. Sauf que Lolo laissera de bons souvenirs de son passage.

Holding  : Comme en finance, il est créé par les puissants pour encore plus s’enrichir. Par contre, il aurait pu compliquer le match de son équipe sur une relance hasardeuse.

Gibbs  : Un modèle pour Usain Bolt, on peut être juste un sprinteur et réussir dans le football.

Oxlade  : Un joueur mystérieux. Bon ou mauvais, on ne sait pas. Mais il a fait deux passes décisives cet aprèm.

Ramsey  : Plein de bonne volonté mais énormément d’erreurs. Il a fait augmenter la cote de De Gea de 5M.

Xhaka  : Buteur chanceux, Granit va sans doute rapidement appeler madame dans les vestiaires pour être sûr qu’elle n’a pas passé l’aprèm avec le voisin. Ou avec John Terry.

Ozil  : Qu’on nous prévienne quand il aura arrêté de bouder son football.

Alexis  : En football libre.

Welbeck  : La cote pour qu’il marque contre United était trop basse pour mettre une piécette dessus. Mais la prophétie s’est réalisée.

La bande à José

De Gea  : Il fait ce qu’il peut. On aimerait bien vous y voir avec sa défense de PH, vous !

Darmian  : Bien brave mais pas tellement compétent.

Smalling  : Au front, Chris, ça serait ce mec que tu prends pour un sniper mais qui n’enlèverait pas le cran de sécurité de son arme avant de tirer. Dépassé contre pas grand chose.

Jones  : Il y a plus de passage dans son dos que sur les Champs-Elysées.

Tuanzebe  : Inconnu au bataillon, il aura honoré sa première cap avec beaucoup de calme et de sérénité. Contrairement à ses zigotos de partenaires.

Herrera  : Le malheureux Ander a contré du dos la frappe mal partie de Xhaka. Lui peut être sur que sa meuf n’était pas en train de se faire renifler par John Terry.

Carrick  : Pièce maîtresse du puzzle sous Ferguson, le temps ne lui a pas enlevé de qualités. Mais le temps lui a enlevé des partenaires de qualité, et forcément, ça change tout.

Mata  : Si Rooney est plus altruiste, c’est lui qui peut tuer le match en première mi-temps. L’Espagnol passe du rôle de potentiel héros à celui d’âme en peine, tentant frappes et passes sans conviction.

Mkhitaryan  : Arménien porté disparu. Un peu comme Djorkaeff et Aznavour.

Martial  : Il aura couru, percuté mais jamais fait la différence. Pas ce soir que sa cote remontera.

Rooney  : Préfère désormais les plats en sauce au football. C’est moche de voir une légende mourir.