0

Le Juventus Stadium fut le théâtre du match retour en la Juve et l’AS Monaco. Et comme au match aller, c’est la Juve qui s’impose facilement, 2-1. En finale, elle retrouvera (normalement) le Real, dans un match qui sent bon la fin des années 90′. Hâte.

La bande à Max

Buffon  : Pas besoin de commentaire, c’est Gigi

Barzagli  : A collé au cul d’Mbappe comme un père célibataire. Et comme en atteste la fin de match où Mbappe aide respectueusement Barzagli à soulager ses crampes, Andrea a bien élevé son fiston

Chiellini  : S’est ennuyé ce soir, a seulement pris son pied dans les 20 dernières minutes quand les esprits se sont échauffés et que le sang était proche de couler Chiellini n’aime pas le football, Chiellini n’aime que la bagarre.

Bonucci  : Comme a l’aller, pilotage automatique ce soir pour le commandant de la Juventus Airlines.

Alves  : Le meilleur numéro 10 de la planète a encore brillé. A fait de Monaco sa chose à l’aller comme au retour.

Alex Sandro  : A mis son petit pont à la 80′, soirée réussie pour lui du coup.

Khedira (non noté) : Très vite remplacé par Marchisio ( ). Physiquement pas au top mais quelle maîtrise technique et tactique pour compenser… Sa doublette avec Pjanic est terrifiante de QI football

Pjanic  : Une autre démonstration de classe de Miralem; une de plus depuis janvier. De la glace pilée coule dans ses veines et de l’or dans ses crampons

Mandzukic  : A définitivement tué tout suspense si jamais il y en avait encore un. Et a fait ce qu’il sait faire de mieux : coups de coudes épicés et tacles saignants. Une performance made in Balkans

Dybala  : Son duel à distance avec Bernardo Silva était très attendu. Difficile de savoir qui est le plus talentueux des deux. Mais en ce qui concerne la personnalité et le leadership, sur cette double confrontation il n’y a pas photo. Dybala a été le chef d’orchestre d’une symphonie offensive turinoise parfaitement huilée. Toujours à la baguette, toujours le geste juste, et toujours la classe. Envie de caresser ses cheveux pour m’endormir.

Higuain  : pas le meilleur match de notre obèse préféré. À la diète de but avant de choker la finale ?

La bande à Léo

Subasic : La pieuvre de Zadar a longtemps tenté d’entretenir l’espoir des siens mais il a dû se rendre à l’évidence et laisser le cuir s’insérer délicatement derrière sa ligne de but. A plusieurs reprises.

Mendy  : La gauche caviar. Machine à centrer, Benji, qui a remplacé au pied levé Dirar blessé à l’échauffement, n’a malgré tout pas su donner LE ballon décisif.

Glik  : Le carnivore de Varsovie n’a jamais existé. Une relance faiblarde, des duels perdus, une exécrable semelle sur Higuain … Jamais dans la tendance, ni dans la bonne direction.

Jemerson  : Il doit y avoir un maraboutage des défenseurs centraux brésiliens dans les très grands matchs …

Raggi  : Le Jason Statham de Pise est arrivé bave au lèvres, et yeux injectés de sang. Le problème c’est que les 3 offensifs transalpins l’ont rapidement euthanasié.

Sidibé  : La hype Djibril est en train de tourner au vinaigre … Et il ne fait rien pour arranger ça.

Moutinho  : Quand il faut sortir les muscles, le portugais est rarement présent. Trop d’impact physique en face pour qu’il puisse jouer dans un fauteuil.

Bakayoko  : La légende de la teinture blonde qui t’enlève ton football se confirme. Et dans la famille « joueur masqué », on préfère celui qui lâche des gossip dans des bouquins.

Silva : Très très très serré. Comme toi dans ton slim quand t’as pris du rab à la cafét’.

Mbappé  : Il a mis un but à Buffon. Son histoire deviendra légende.

Falcao  : La BBC a limé les ongles du tigre et l’ont, le temps de 180 minutes, transformé en lionceau. Pas de rugissement de plaisir pour le Colombien.