5

Jour de derby madrilène, soir de Royal Rumble. La WWE avait pris ses quartiers dans la capitale ibérique le temps d’une rencontre acharnée où les 22 acteurs se sont littéralement rendus coup pour coup.

Les notes de la qualif du Real :

La bande à Diego

Oblak : Se couche plus vite qu’une WAG lors de la 3ème mi-temps. S’assoit clairement à la table des tous meilleurs, et les regarde dans les yeux.

Filipe Luis  : Stéphane Guy l’a continuellement appelé « Luis Filipe ». C’est quoi la prochaine étape ? Se moquer de ses cheveux ? Faudra trouver, parce que niveau foot, on peut pas lui reprocher grand chose …

Godin  : La LFP lui a stoppé sa fin de saison en championnat, Benzema lui a stoppé ses rêves de Ligue des Champions.

Savic  : Le sosie officiel d’Arnaud Tsamère aurait voulu couper Karim lors de son festival. Sauf qu’avec un jaune dans la musette, bah tu dois défendre sans faire de fautes et c’est moins évident…

Gimenez  : Bon on a bien compris qu’il n’était pas arrière droit. Il a dépanné comme un vieux fond de whisky au fond d’un mini bar dépanne avant de partir en boîte.

Saul  : Rapide buteur, il a donné de l’espoir à tout un peuple. Bien meilleur qu’à aller, il a quand même eu tendance à venir toujours chouiner auprès de l’arbitre. Saul pleureur.

Gabi  : Il a eu envie de se faire l’arbitre de la première à la dernière minute. Ne pouvant s’offrir ce cadeau, il s’est contenté de boiter deux trois madrilènes qui passaient sur sa route.

Koke  : Entre Benzema et Isco, il est passé pour le petit du quartier à qui on ne veut pas rendre son goûter. Un poil gênant quand on connaît le talent du bonhomme.

Carrasco : Le beau belge s’est encore distingué ce soir. Moins timide que ses coéquipiers, il a tenté de mettre le feu à un faiblard Danilo. Et bien, il l’a carrément brûlé vif.

Torres  : Important dans les grands matchs, c’est lui qui provoque le pénalty en début de match. Plus discret par la suite, il a voulu se faire Cristiano Ronaldo après un début d’échauffourée.

Griezmann  : A l’image de sa deuxième partie de saison … Moins frais, moins bon, moins décisif … Partout au pressing mais nulle part en attaque. Et c’est là que son équipe avait besoin de lui …

La bande à Yazid

Navas  : Malheureux sur le penalty de Griezmann, il a laissé passer la tempête, avant de sortir le grand jeu en seconde mi-temps pour anéantir les derniers espoirs de l’Atletico.

Marcelo  : A perdu un rein face à Gimenez en début de match, mais s’est visiblement parfaitement remis de l’opération ensuite. Un apport sans faille.

Ramos : A tranquillement dégusté les attaquants de l’Atleti. A l’espagnole, trempés dans du chocolat comme des churros.

Varane  : A concédé un pénalty pour sa réintégration dans le groupe madrilène. Retour gagnant. Federer style.

Danilo  : En deux jours, en termes de latéral droit brésilien, on est passé de Dani Alves à ça… Totalement dépassé sur la double occasion de l’Atletico en seconde mi-temps. Bring back Carvajal.

Casemiro  : A conservé son totem d’immunité une soirée de plus, et file donc logiquement tout droit vers la finale. Le vrai gagnant de Koh Lanta 2017 c’est lui. Favorisé par la prod diront les rageux.

Kroos  : Deux hommes derrière son visage impassible ce soir. Bien plus tranchant en seconde mi-temps, il a grandement participé à la solidité du milieu madrilène.

Modric  : On sait pas si il a même perdu un ballon. On sait pas si c’est trop légal d’avoir un tel joueur dans son effectif, du coup. Quel homme.

Isco  : Parfois moins précis que lors de ses derniers matchs, l’Espagnol s’est montré déterminé. Un engagement payant puisqu’il vient inscrire le but du Real, libérant ses partenaires du piège tendu par l’Atletico. Que tu es beau Isco.

Cristiano  : Impliqué mais invisible, il a semblé se réserver pour la finale. « C’est dans les mains de Dieu maintenant ».

Benzema  : Physiquement imperturbable, techniquement fantastique, tactiquement rayonnant. Un festival sur le côté gauche sur le but d’Isco. Fais un effort DD maintenant.