0

Il y a peu, le LOSC n’était plus qu’un simple club de province, retombé dans l’oubli après des années en pleine lumière bercées par des campagnes européennes jouissives. C’était sans compter sur la folie d’un homme, Gérard Lopez, capable de dépenser une fortune pour faire revivre une ville de football, pour remettre la passion au cœur du projet. Il a alors fait appel au messie d’une profession, Marcelo Bielsa, ainsi qu’à un conseiller sportif plus qu’expérimenté, Luis Campos. Ce savant mélange au travail, ce sont des joueurs tous plus talentueux les uns que les autres qui ont fait leur apparition. Le dernier en date, Edgar Ié, tout droit venu du Portugal et du club de Belenenses. Inconnu du grand public, une seule question taraude les esprits des supporters lillois : mais qui est-il?

1. Des débuts au FC Barcelone

Bien avant de devenir celui qu’il est aujourd’hui, celui qui mettra bientôt dans sa poche bon nombre d’attaquants de Ligue 1, Edgar Ié a fait ses gammes du côté de la capitale catalane, là où de grands défenseurs ont évolué à l’instar du légendaire Carles Puyol. Pendant plus de trois ans, il fit partie de la Masia et de l’équipe B du club, accumulant une expérience du haut-niveau, et prenant conscience des exigences qu’incombe son statut dans l’un des plus grands clubs du monde.

(Photo credits : alchetron.com)

2. Un joueur indésirable

Si un point doit surprendre dans cette transaction, c’est bien le fait que le club nordiste a dépensé une somme avoisinant les cinq millions d’euros pour s’octroyer les services d’Edgar Ié. En effet, avant de rejoindre la formation de Marcelo Bielsa, il n’avait presque jamais été réellement acheté par un club, encore moins pour une telle somme. Durant sa jeune carrière, il avait souvent été laissé libre par ses anciens clubs, comme à la fin de ses passages à Barcelone ou à Villareal. Pour la première fois, un club lui fait confiance et décide de miser sur son talent pour une somme conséquente.

(Photo credits : todogrupo3.wordpress.com)

3. Un destin lié à celui de Ruben Semedo

Comme un croyant suivant la voie tracée par son prophète, Edgar Ié et Ruben Semedo semblent se suivre l’un l’autre. Formé au Sporting, tout comme un certain Cristiano Ronaldo ou encore son camarade Semedo, la pépite portugaise a ensuite pris la direction du club espagnol de Villareal. Un club qui a récemment enregistré l’arrivée de Ruben Semedo. « Fuis moi je te suis, suis moi je te fuis », une maxime qui leur colle à la peau tant les deux hommes aiment évoluer dans les même clubs depuis quelques saisons. Cependant, certains détails semblent séparer les deux joyaux sur le plan tactique et technique. Entre autres, l’intelligence de jeu de l’ex-joueur de Belenenses est un atout que ne possède pas encore Semedo. Tous deux encore très jeunes, ils pourraient bien former la charnière centrale du futur de la sélection portugaise.

(Photo credits : Portugoal.net)

4. Un pur produit de la formation portugaise

Si certains doutaient encore du talent ou du potentiel de la nouvelle recrue lilloise, ils peuvent de suite arrêter de ruminer et se mettre à boire de la tisane « Nuit tranquille ». Façonné au Sporting dès son plus jeune âge, Edgar Ié a ensuite pris le chemin de la sélection. Passé par toutes les catégories, il a récemment participé à l’Euro U21 avec le Portugal, durant lequel il a joué trois matchs en tant que titulaire aux côtés de Ruben Semedo notamment. Lors du match crucial contre la Macédoine, il a même inscrit le but de la libération, celui qui permit à son équipe de rentrer dans le match de la meilleure des manières pour aller chercher un exploit fou, mais toutefois inaccessible à l’arrivée.

 

5. Jeunesse et polyvalence : le cocktail explosif qui va charmer Bielsa

Comme il l’avait fait lorsqu’il évoluait à Marseille, « El Loco » pourrait bien amener certains jeunes sous le feu des projecteurs, les conduire à la gloire grâce à ses techniques ancestrales. En ce qui concerne Edgar Ié, il semble avoir le profil requis pour figurer sur la short-list du maître argentin. Premièrement, sa jeunesse offrira au nouvel entraîneur la possibilité de le modeler selon ses besoins et le jeu qu’il souhaite adopter. Deuxièmement, sa polyvalence pourrait être un avantage sur la concurrence dans le football total que souhaitera à coup sûr développer Bielsa. Capable de jouer au centre comme à droite, sa capacité à dribbler et à garder la balle fera de lui un élément incontournable d’une équipe tournée vers l’avant, d’une équipe cherchant à contrer rapidement pour surprendre son adversaire, d’une équipe voulant faire le spectacle. Un spectacle au centre du projet lillois, car le football n’a pas que des résultats à offrir aux plus pauvres. Comprendra qui pourra, comprendra qui voudra.

 

Photo credits should read : https://www.villarrealusa.com/