1

Magnifique opposition de style entre les séduisants girondins de Jocelyn Gourvennec et les valeureux hongrois de Vidéoton ! Comme prévu, le match a tenu toutes ses promesses. Haletant de bout en bout, qualité technique, intensité physique et ambiance de feu, une véritable soirée de rêve qui a vu les hommes au scapulaire s’imposer deux buts à un !

La trêve me manque déjà.

Allez quelques notes quand même, histoire qu’ont n’ait pas perdu 2/10ème à chaque oeil pour rien.

Les hommes de la Joce

Costil :  L’un des porte-drapeaux de la cause Beauf en France a réussi ses débuts sous ses nouvelles couleurs. Coupe au gel de qualité, manches du maillots retroussées pour laisser apparaitre ses tatouages, Kevin Costil a marqué les esprits dès sa première apparition. Pourtant quelques doutes existaient avant le match. On l’imaginait un peu perturbé en raison de ses contacts avancés avec la marque RG512 afin de devenir leur égérie, mais rien n’y a fait, Kevin s’est montré professionnel de bout en bout.

Contento La totale Contento avec supplément champignons s’il vous plaît. A toujours du mal à coordonner son corps pour rester dans les limites du terrain. Enfin, on va pas en attendre davantage de quelqu’un qui se tatoue son portrait sur le corps et qui colore une ridicule houpette en blond.
Shanta Tintin.

Toulalan Gourvennec louait son sens du placement. Tu m’étonnes ! En fauteuil roulant y’a de quoi combler bon nombre d’intervalles.

Lewczuk C’est bien évidemment sans football pour lui.

Sabaly Match sérieux et appliqué de la part de Sabaly. Qui a toujours le bénéfice de la comparaison avec son homologue du côté gauche.

Arambarri Parce que « Mauro Arambarri » ça claque.

Sankharé 2 comme son nombre de buts ce soir. 2 comme son QI football. Grosse présence dans l’entrejeu et la surface adverse, mais rien ne change. Moins Sankharé touche la balle, mieux Bordeaux se porte.

Lerager On a connu des vikings plus séduisants.

Malcom Comme le nombre de caviars qu’il a délivrés aujourd’hui. Là encore rien n’a changé : il n’a rien à faire à Bordeaux. Que Dieu puisse alléger son fardeau et lui ouvrir les portes d’un vrai club de football professionnel.

Kamano 10 pour son sombrero Neymaresque. Pour le reste ce sera bien évidemment sans Kamano. La Josse avait prévenu que cette saison serait celle de la confirmation. En effet, il confirme bien qu’au menu de Kamano c’est gros sprint et empallage sur défense. Et on dit quoi ? Bah on dit merci.

Laborde Il était le premier choix de l’Olympique de Marseille prêt à dépenser 43 millions pour lui. Mais au final ce soir, c’est son plan de secours Valère Zermain qui a été le plus en vue.

Et on vous dit bien évidemment à la semaine prochaine pour le match retour ! (cha-mais)