[Europa League] Marseille – Konyaspor : les notes

Après deux immondes défaites qui ont éveillé la grogne des supporters, l’OM recevait dans un Vélodrome bien vide la faible équipe turque de Konyaspor. Dans une sorte de huis clos partiel très bouillant, les hommes de Garcia ont timidement dominé leur adversaire du soir. Un tout petit 1-0 qui suffira à des olympiens convalescents.

La bande à Rudi

Pelé  : L’Albatros était de retour pour voler au secours d’une défense aux abois. Et encore un clean-sheet pour Yoyo.

Amavi  : Appelé à succéder au grabataire tonton Pat’, il a plus couru en 90min qu’Evra depuis janvier. Et ce sans être la toupie de son vis-à-vis. Quel changement.

Rolando  : Le mangeur d’hommes du Cabo Verde était de retour dans le onze pour palier l’absence d’Abdennour. Solide comme un roc, comme le chantait Nadiya.

Rami  : Buteur d’un grand coup de boule, il a célébré avec deux pouces dans la bouche. Un subli pour Pamela ?

Sakai  : Rester pro après s’être fait humilier quelques jours plus tôt, vis ma vie de Benoit Hamon.

Gustavo  : Bien plus à l’aise quand il a un deuxième homme à côté de lui, il a amené testostérone, tacle glissé et souffle chaud dans la nuque. Précieux.

Kamara  : Plus petit ourson que 92i, Bouba rentre dans le cercle fermé de ceux pour qui la première fois fut une grande réussite.

Sanson  : Postionné ailier gauche, Morgan a semblé complètement perturbé par le fait d’être là. Muscle ton jeu Morgan, salis toi !

Thauvin  : Jésus transformait l’eau en vin, Midas transformait les objets en or, Florian lui a transformé tous ses ballons en saucisse. Inédit.

Payet  : Du déchet et encore du déchet. Mais de l’envie, encore de l’envie. En 10, il a semblé libre comme une hirondelle. Et il semblait plutôt aimer ça. Passeur décisif sur corner. Ah tiens, pour une fois que le corner n’était pas joué à deux …

Germain  : Un ballon, une frappe, une barre. Il a vécu la soirée d’un U9 participant au challenge Orange à la mi-temps.

L'Equipe Ultimo Diez