[Premier League] Chelsea – Arsenal : les notes

Toujours prête à égayer ton dimanche après-midi, la Premier League revenait pour un alléchant derby entre Chelsea et Arsenal comptant pour la cinquième journée de championnat. Au terme de 90 minutes disputées, les deux équipes se séparent sur un match nul 0-0. Bulletin de notes :

Chelsea :

Courtois  : Il s’est fait un peu chier mais il a répondu présent quand il le fallait.

Azpilicueta  : Parfois précieux défensivement, il s’est fait renvoyer à Pampelune par Ramsey comme un vulgaire immigré espagnol.

Luiz  : En pleine forme, le meilleur défenseur de l’équipe a joué comme un bourrin. Percées de bourrin, passes de bourrin, interventions de bourrin, ciseau de bourrin, fautes de bourrin, il a tenu la baraque comme un patron quand ses coéquipiers perdaient pied. Irrémédiablement, il a pris un rouge en fin de match pour parachever sa masterclass.

Cahill  : Ohé ohé capitaine qui sait pas jouer.

Moses  : Le tank de Kaduna n’a roulé sur personne.

Fabregas  : Plus à l’aise pour faire des passes que pour tenir le milieu, le livreur de caviar a encore frappé mais Pedro n’en a pas voulu.

Kante  : Même quand il est pas bon il est pas vraiment mauvais.

Alonso  : Match très inégal. Une belle présence offensive mais quelques errements défensifs. Son brushing impeccable nous oblige néanmoins à lui mettre la moyenne.

Willian  : Il a cru qu’il était tout seul. Du coup il a joué tout seul, et n’a pas trop daigné participer au jeu, ce qui n’a pas aidé ses coéquipiers. Remplacé par Hazard, qui n’a pas pu sauver le match malgré ses bonnes intentions.

Pedro  : Blessé en première période, il a finalement repris sa place. Ca n’a fait que retarder l’échéance puisque, après avoir tout raté, il a été remplacé à la mi-temps par Bakayoko. Sa meilleure action du match.

Morata  : On me voit, on me voit plus. Un début de match intéressant avant de complètement disparaître de la circulation. Il a semblé se réveiller un peu après la pause, et puis on l’a à nouveau perdu.

Arsenal :

Cech  : Un match très solide pour l’ancien Blue, assez rare pour le souligner, qui contre toute attente est sorti de sa retraite anticipée entamée en 2016.

Bellerin  : Après avoir effectué un début de saison canon sur la scène du mannequinat en enchaînant les défilés de grande classe, Hector semble renaître quelque peu de ses cendres sur le plan footballistique et a livré une prestation bien plus aboutie que ses dernières sorties. Néanmoins, il semble manquer de repères dans ce système à 3 défenseurs.

Kos  : Une véritable prouesse pour la personnalité n°1 de Tulle, qui a une nouvelle fois mis soigneusement dans sa poche l’un des meilleurs 9 du championnat, qui plus est aux côtés d’un Mustafi pour le moins friable. Alvaro Who ?

Mustafi  : L’élément le moins rassurant de l’arrière garde des Gunners, qui n’a présenté aucun gage de sécurité. Un gros manque de régularité sur 90 minutes les pires difficultés du monde en seconde mi-temps à canaliser Morata.

Monreal  : Bon match effectué par l’ancien de Malaga a un poste qui semble lui convenir à merveille.

Kolasinac  : Pas avare d’efforts, il nous avait cependant habitué à mieux techniquement. N’en a pas moins livré une copie tout à fait correcte pour l’Hulk Bosnien qui ne déçoit jamais depuis son arrivée à Arsenal.

Xhaka  : Un immense talent, c’en est un sans la moindre incertitude, mais il nous laisse à Xhakfois sur notre faim dès que l’adversité augmente.

Ramsey  : Le Prince de Galles a livré une prestation des plus correctes, et a été notamment très actif à la récupération. Aurait pu être crédité d’un but avant la pause, mais sa tentative s’est échouée sur le montant droit de Courtois.

Iwobi  :  A l’instar de Danny « Vision » Welbeck, il fut trop imprécis techniquement pour espérer peser sur la défense des Blues. Son implication et son activité ne furent pas à remettre en cause comme pour son compère anglais.

Welbeck  :  Pleins de bonne volonté comme à son habitude, mais une maladresse technique qui lui fait toujours autant défaut. Auteur d’une très belle tête qui aurait pu faire mouche en début de partie.

Lacazette  : Ce n’est pas Guingamp, c’est pas Dijon, c’est le Chelsea FC, dommage qu’il ne jouisse pas de la même complicité avec les arbitres anglais pour soigner ses statistiques. Il s’est démené sur le front de l’attaque en vain, il a été bien muselé par l’arrière garde des Blues et a vendangé une occasion à ne pas manquer peu avant la mi-temps.

 

AFP PHOTO / Glyn KIRK

L'Equipe Ultimo Diez