2

Grosse affiche pour cette huitième journée de Ligue 1. Le PSG recevait les Girondins de Bordeaux pour le choc des invaincus. On attendait un combat, on a eu une mise à mort. Au terme d’un match spectaculaire, les Parisiens s’imposent 6-2.

Les notes.

Team Unai

Areola  : Ne peut pas grand chose sur les buts bordelais. Peu inquiété le reste du temps, il a détourné une puissante volée de Kamano d’une magnifique claquette. Top gardien, on l’a toujours dit.

Meunier  : Difficilement franchissable, l’international belge s’est en plus offert le luxe de scorer, confirmant ainsi ses bonnes capacités offensives. Dommage pour le péno.

Marquinhos  : Il a été là quand il le fallait en interceptant les rares centres des Marine et Blanc.

Kimpembe  : Sur l’action qui amène le but de Cavani, tout part de sa passe qui transperce les lignes girondines. Se permet en plus de passer des petits ponts. Insolent.

Berchiche  : « Yuri B. » avait la lourde tâche de surveiller Malcom, qui n’a pas existé sur son côté. Avec une passe dé en bonus, c’est du solide. Une bonne alternative au fantôme de Kurzawa ?

Verratti  : Se fait enrhumer par Pellenard sur le but bordelais. Le hibou s’est montré disponible le reste du temps, mais on attend plus de précision dans ses passes.

Rabiot  : Un match emprunt de justesse, de générosité et de boucles soyeuses, dans la lignée de son début de saison.

Mbappe  : Le prodige de 18 ans était presque dans tous les bons coups. Et il est encore décisif, avec son style, si agréable pour les yeux.

Draxler  : Au départ et à la conclusion d’un superbe but, qui récompense son très bon match. À noter sa belle entente avec Mbappe, à qui il a rendu la passe dé qu’il avait reçue en première MT. S’il continue comme ça, Draxla va poser un sérieux dilemme à Unai Emery quant au système à préférer.

Neymar  : Son coup-franc a eu le temps de toucher la lune avant de retomber dans la lucarne de Costil. A complété sa performance par un pénalty et une passe dé (à deux doigts du triplé sur un délice de passe de Draxler). Du Neymar, quoi.

Cavani  : L’Uruguayen a inscrit son 141ème but avec le PSG et fonce vers le record d’Ibrahimovic (156).

Team Josse

Costil  : S’est fait un torticolis sur le coup franc de Neymar et a fait office de superbe serpillère bretonne.

Pellenard  : Une feinte Xaviesque sur le but de Sankhare, pour le reste c’était un match à son niveau habituel, celui d’un U19.

Toulalan  : Son fauteuil roulant a abimé la magnifique pelouse du Parc.

Jovanovic  : Petit fils modèle, il pourrait se contenter d’envoyer Toulalan en maison de retraite mais il préfère en prendre 6 avec lui.

Sabaly : non noté, sorti sur blessure. C’est peut-être mieux. Remplacé par Leftgroumpf. Pas grand chose à dire sur le Pierre Richard polonais.

Sankhare  : On avait plus vu un milieu de terrain black aussi à l’aise balle au pied au Parc depuis Blaisou. Du baume au coeur pour les cœurs parisiens.

Otavio  : Son smash dans la surface bordelaise nous a rappelé les plus belles montées au filet de Federer.

Lerager  : White André Poko. Adore courir. Mais plus compliqué quand il faut jouer avec les pieds.

Malcom  : Refuser Dortmund pour combiner avec de Preville et Kamano ça force le respect. Vous connaissez le refrain : Liberté pour Malcom ça n’a pas changé.

Kamano  : Comme son nombre de hors-jeu ce soir. Ou bien l’équivalent de son QI foot.

De Preville  : Bordeaux a dépensé plus de millions pour le recruter qu’il n’a réussi de passes ce soir.

 

AFP PHOTO / CHRISTOPHE SIMON