1

Soir de fête au Stade de France où les Bleus ont decroché leur billet pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Une qualification acquise grâce à une victoire face à la Biélorussie 2-1. Les hommes de Deschamps échappent donc au bourbier des barrages après un match certes victorieux, mais relativement insipide. Qu’importe, les Bleus sont qualifiés et nous, on coche le 1er décembre, date du tirage au sort.

Les hommes de Deschamps

Lloris () : On a su qu’il jouait quand on l’a vu aller chercher un ballon dans ses filets. Rien à faire et pourtant …

Digne () : Une rhinoplastie c’est bien, mais une greffe de flair aurait été plus intéressante.

Umtiti () : Absent sur le but biélorusse, il aura néanmoins prouvé qu’il faut compter sur lui. Et qu’il s’était amélioré aux côtés de Messi et Suarez.

Varane () : Une seconde d’inattention et tout bascule. Stay focus Raphou, et greffe toi un rétro sur l’épaule.

Sidibé () : Le cardio de Mahieddine Mekhissi, le football d’Usain Bolt.

Tolisso () : Petite coupe, attitude d’élève modèle, appliqué et juste, Coco a (encore) marqué des points. Contre les Bratisla Boys, certes, mais quand même.

Matuidi () : Un but samedi, une passe décisive aujourd’hui, le bonhomme de ces deux matchs, c’est lui.

Coman () : Dans un couloir droit très « Diamond League », il a réussi la performance de tout rater.

Lemar () : Benjamin Mendy le laisse orphelin de sa présence, et de son football.

Griezmann () : Un but, une demi passe décisive et puis plus rien. Le sosie de Virginie Efira a les répliques d’un premier rôle mais il n’a clairement pas réussi à faire de ce match un bon film.

Giroud () : Il a troué les filets biélorusses et les fesses de ses détracteurs. Précieux et décisif, qu’importe ce que peuvent en dire les analystes.

 

 

 

Crédits photos  : AFP PHOTO / FRANCK FIFE