0

Manchester City vs Napoli. Le leader de la Serie A vs le leader de la Premier League. Guardiola vs Sarri. Alléchante affiche pour cette troisième journée de Ligue des Champions. Mais privé de son maillot bleu ciel, le Napoli a peiné à exister face à des Mancuniens plus performants. Score final : 2-1.

Les notes :

 

Manchester city :

Ederson  : Soirée assez tranquille pour le Brésilien, décisif dans chacune de ses interventions avec en prime, le penalty repoussé de Dries Mertens.

Walker  : L’élément le moins rassurant de l’arrière garde des Citizens, offrant même un pénalty aux napolitains. Bien moins actif offensivement qu’à l’accoutumée.

Otamendi  : Une agressivité, et une combativité irréprochables. Tout comme son compère dans l’axe, il aura bien muselé le feu follet Belge.

Stones  : Ses débuts ratés sous le maillot des SkyBlues paraissent si loin… L’ex Toffee ne cesse d’apprendre aux cotés de Pep et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça se voit. Solide défensivement, il fut une nouvelle fois précieux techniquement et sa faculté à casser des lignes avec sa relance fut un atout non négligeable pour les Citizens.

Delph  : Repositionné latéral gauche suite à la grave blessure de Benjamin Mendy, l’ancien Villain est en train de jouer un bien vilain tour à Danilo. En dépit d’un manque de repères visibles par moment dans ce nouveau rôle, l’Anglais fait plus que dépanner à ce poste et a de nouveau proposé une prestation honorable.

Fernandinho  : L’homme de l’ombre, infatigable, omniprésent, indispensable dans ce système, fut comme souvent le précieux lien entre la défense et les deux génies se trouvant devant lui. -1 pour le penalty largement évitable qui relança les hommes de Sarri.

Silva  : Fidèle à lui-même, il a livré encore une fois une copie très propre. Une élégance balle au pied difficilement comparable pour le capitaine espagnol.

Sterling  : Les mauvaises langues et ses plus fidèles détracteurs doivent se faire de plus en petits suite à ses récentes performances. Il met la zizanie à plusieurs reprises dans le camp napolitain. On ne peut que regretter ses choix hasardeux dans le dernier ou l’avant dernier geste.

Sane  : Une prestation correcte pour le feu follet allemand, certes légèrement moins en vue que ses coéquipiers de devant, mais n’en reste pas moins une menace à chaque toucher de balle pour ses adversaires directs.

Gabriel Jesus  : Sergio doit se poser beaucoup de questions en le regardant jouer. Ce prodige assis à la même table que les Asensio, Mbappe, n’en finit plus d’impressionner. Un nouveau but à la clé, et un danger permanent pour l’arrière garde italienne avec le crackito brésilien.

De Bruyne  : Le « deuxième meilleur joueur au monde » fut très disponible en première mi-temps, auteur d’une merveilleuse passe décisive pour Gabriel Jesus et passe tout près d’inscrire un amour de but peu avant la pause, mais sa frappe s’échoua sur la barre transversale. Mr Assist fut légèrement plus timoré par la suite.

 

Napoli :

Reina  : Abandonné par sa défense, on aurait dit un remake de Seul au monde en moins poétique.

Hysaj : Il a fait une prestation digne de son équipe nationale et face à Leroy Sané tu manges cash

Albiol : Il a été… comment dire ??? Euh nul, pourri, bidon, perave, khéné au choix.

Koulibaly  : Il a beau être costaud, tenir la baraque à lui tout seul c’était juste pas possible, surtout face à une machine aussi infernale.

Ghoulam  : Après un match comme celui ci, signer à City ? Oublie, khey.

Diawara  et Zielinski  : Quand tu joues peu en SerieA et qu’on te lance dans le grand bain du gratin européen, c’est pas un cadeau. +1 pour Diawara qui a porté ses cojones pour réduire le score.

Hamsik  : L’un des seuls à évoluer à son niveau, mais l’homme à la crête n’a pas montré la voie à ses partenaires

Insigne  : Il s’est démené mais ça n’a pas payé. Cerise sur le gâteau, il s’est blessé. Soirée noire pour les tifosi napolitains.

Callejon  : n.m Personne, chose qui n’existe que dans l’imagination ou qui ne joue pas son rôle avec la vigueur attendue.

Mertens  : Penalty raté, prestation indigente. Ne le comparez plus jamais à D10s.

 

Photo credits : Lindsey Parnaby / Anadolu Agency