0

Ce soir, tous les regards étaient tournés vers San Siro, qui accueillait le barrage retour de la Coupe du Monde 2018 entre la grande Italie, quadruple championne du Monde, et la vaillante Suède. Après avoir trébuché au match aller (1-0 pour les Suédois), la Squadra azzurra n’avait plus le droit à l’erreur. La pression était énorme, l’ambiance incroyable et l’échec impensable. Et pourtant…

Les notes de la qualification suédoise :

 

Les Italiens :

Buffon (mille) : Oh Gigi </3

Barzagli (4) : Il a réussi le combo passes ratées, mains dans la surface et carton jaune sans prendre de but. Chapeau l’artiste.

Bonucci (6) : Sur son nouveau terrain, le vengeur masqué a donné de sa personne. Un match de patron.

Chiellini (6) : On a eu peur qu’il nous claque entre les doigts tellement il était survolté. Gardien, défenseur et numéro 9 à la fois, mais ça n’a pas suffi…

Candreva (4) : A beaucoup tenté, et beaucoup raté.

Florenzi (6) : De belles actions, de l’engagement et un presque but. Bonhomme.

Jorginho (6) : Véritable chef d’orchestre, le petit Jojo a montré un peu de football dans ce match de brutes. Grazie.

Parolo (4) : Parolo et parolo et parolo et parolo, parolo et encore des ballons que tu sèmes au vent…

Darmian (4) : Le Kurzawa italien ce soir, sans le triplé de raccroc.

Gabbiadini (5) : Bon début de match de Manolo, avant de s’éteindre. Feu de paille.

Immobile (5) : Des appels, des appels, des appels, mais un manque de précision criant.

 

Les Suédois :

Olsen (6) : Il va sans dire qu’il ne respire pas la sérénité mais il a fait son travail malgré tout. Bien aidé par les montants, on vous l’accorde.

Lustig (6) : Comme ses compagnons en défense, il a tout donné du début à la fin. Surement galvanisé par les sifflets lors de l’hymne suédois. Viking vrai, sauf quand il a failli mettre un but contre son camp.

Lindelöf (6) : C’est peut-être son cousin maléfique qui joue pour Manchester United car on a l’impression de voir un tout autre joueur.

Granqvist (6) : La définition du sacrifice. Il a tout donné face aux tentatives – souvent maladroites – des Italiens.

Augustinsson (6) : Lui comme les autres a su faire bloc, toutefois on l’a senti en difficulté un bon nombre de fois au cours de la rencontre.

Claesson (5) : Le joueur de Krasnodar ne s’est pas franchement illustré lui non plus, toutefois il a essayé tant bien que mal d’aider son équipe à conserver le score

Johansson : Non noté mais force à lui pour se remettre sur pied. Remplacé par Svensson (5) dont la première touche nous a un peu effrayés. À côté de ça, son match aura été terriblement plat.

Larsson (6) : Il a peut-être 32 ans mais il a montré sur le terrain qu’il était encore capable de mettre un pied devant l’autre

Forsberg (6) : En Allemagne comme sous le maillot suédois, il joue son rôle de métronome. C’était plus ou moins délicat tant les projections vers l’avant de son équipe étaient rares, mais il reste un veritable joyau.

Toivonen (5) : L’ancien rennais n’aura pas vraiment brillé sur la pelouse de San Siro. Voire pas du tout à vrai dire.

Berg (5) : Difficile de faire son travail d’attaquant sans toucher le ballon.

 

Photo credits : AFP PHOTO / Marco BERTORELLO