[Europa League] Konyaspor – Marseille : les notes

Après le match de ce soir, les valeureux supporters olympiens sauront mettre Konya sur la carte du football. Dans un match piège, alors que la fin de la phase de poules s’approche, l’OM s’est fait dessus, mais s’en sort avec un nul inespéré. Tout le monde souffle, tout le monde souffre.

La bande à Roudi

Mandanda (4) : Généralement, dans ce genre de match, quand il n’a pas d’arrêt à faire, il encaisse un but. Bah, ça n’a pas raté.

Amavi (4) : Peu mis à contribution par son vis-à-vis, Jojo a beaucoup centré, mais personne ne semblait intéresser par couper au premier poteau. Provoque le penalty qui aurait pu (presque) éliminer l’OM.

Rolando (6) : Appliqué et propre, le boss du Cap Vert a gagné ses duels et a relancé de manière sereine. Ca fait du bien dans un tel bourbier.

Rami (5) : Un poil moins serein et à l’aise que son collègue en charnière, il oscille toujours entre l’intéressant et le flippant.

Sakai (7) : Discipliné comme un shaolin, généreux comme un bouddhiste, et imperméable comme un k-way. Match plein, manquait qu’une belle key pass.

Gustavo (5) : Pas toujours dans le rythme, il a distribué quelques saucisses dont ses coéquipiers se seraient bien passés.

Zambo (5) : Un mélange entre Patrick Vieira (sans ballon) et un joueur de cécifoot (avec ballon). Paradoxal.

Thauvin (4) : Des grands dribbles, des grandes frappes enroulées mais surtout plus de déchets que de bons choix. Remplacé par N’jié, qui a climatisé toute la Turquie à la 93ème. Le coquin.

Sanson (4) : On voulait le voir en dix. On l’a vu. Et c’était pas terrible.

Ocampos (3) : Pitbull qui ne mord pas. Donc caniche.

Germain (2) : Zé dur zans ballon, mais zé plus dur que prévu d’être le 9 de l’Olympique de Marzeille.

Crédits photos : AFP PHOTO / OZAN KOSE

Je mène un combat vain contre le corporatisme et les magouilles dans le football français

Laisser un commentaire