0

Le PSG contre l’ESTAC, le favori contre le promu, l’ogre parisien contre le petit poucet troyen… Ce soir, le club de la capitale recevait Troyes pour un match a priori déséquilibré tant Paris roule sur ses adversaires les uns après les autres. Et pourtant, le PSG a longtemps buté face à l’organisation et l’envie des visiteurs avant de débloquer le match en fin de rencontre. Score final : 2-0.

Les notes :

Le PSG

Trapp (5) : Sympa de la part d’Emery de lui avoir fait prendre l’air. Pas de vraies parades à effectuer, des petits ballons à ramasser par-ci par-là.

Kurzawa (4) : Les jours passent et les prestations de Kurzawa se ressemblent. Inoffensif, il perd trop de ballons pour un latéral. Grandsir lui a fait mal à la tête.

Kimpembe (6) : Il n’avait plus joué depuis presque un mois, mais il répond toujours présent quand on fait appel à lui. Propre à la fois dans la couverture et le jaillissement, Presnel n’a pas grand chose à envier à ses concurrents en défense centrale.

T.Silva (6) : Impeccable. Il en devient chiant.

Meunier (5) : Une bonne activité offensive mais un manque de réussite. Il ne peut malheureusement pas se contenter de ça pour gagner du temps de jeu face à Dani Alves.

Verratti (6) : Le baromètre du milieu de terrain. Ses passes dans les intervalles auraient pu faire craquer l’ESTAC. Il a beaucoup couru, mettant la pression sur les Troyens qui ont souvent forcé la relance propre.

Lo Celso (6) : Très élégant balle au pied, il a aussi montré sa science du placement et sa combativité pour récupérer des ballons. Il n’a pas non plus eu peur de tenter sa chance de loin.

Pastore (4) : Quelques étincelles mais trop irrégulier sur 90 minutes. Une prestation bien maigre d’El Flaco.

Di Maria (4) : Très en jambes en début de match, il s’est éteint petit à petit avant de disparaître de la circulation en seconde période et de sortir en bougonnant.

Neymar (7) : Crochets, feintes de corps, coup du foulard, Neymar a fait le spectacle. Pris pour cible par les tacles adverses, il sort le PSG de ce match piège.

Cavani (5) : Des transmissions imprécises, un penalty raté. Une soirée compliquée pour el Matador qui se contente d’un but de près en toute fin de match.

Troyes

Samassa (7) : Les samoussas c’est bon, c’est dense, c’est rassurant et c’est fort. Coïncidence ? Je ne crois pas. Très sollicité, Mamadou a retardé l’échéance tant qu’il a pu pour permettre aux siens d’espérer.

Traore (6) : Face à la faible opposition du maître boudeur Angel Di Maria, Traore a finalement passé une soirée relativement tranquille.

Herelle (7) : Honnêtement on le connaissait pas mais en revanche Cavani est pas près de l’oublier.

Giraudon (6) : Avec son compère de défense centrale, le fameux Jimmy a muselé l’attaque parisienne tant qu’il a pu.

Deplagne (6) : Son match dans le match avec Neymar était des plus déconcertants mais on a fini par y prendre goût.

Khaoui (5) : Le jeune milieu de terrain a fait étalage de ses qualités malgré quelques erreurs et pertes de balles sans doute causées par l’émotion de revoir son club de coeur sur la deuxième marche du podium.

Bellugou (7) : Gros match du métronome troyen.

Azamoum (5) : Un « petit quelque chose » de tirage de maillot qui provoque le péno… Pour le reste RAS.

Darbion (5) : Capillairement il se rapproche de plus en plus de Benjamin Nivet. Mais dans le jeu, il est à des annees lumieres du maestro.

Niane (5) : Chaud comme la braise, l’attaquant troyen s’est démarqué par ses quelques actions intéressantes mais surtout par son sens de la bagarre.

Grandsir (7) : Sur une rumba, Samuel Grandsir et son partenaire Layvin Kurzawa.

Photo credits : CHRISTOPHE SIMON / AFP