3

Dans le froid alsacien, Parisiens et Strasbourgeois se sont livré un duel sans merci, qui a finalement donné lieu à la première défaite du Paris Saint-Germain cette saison. Le stade la Meinau se souviendra longtemps de cette victoire de Strasbourg 2 à 1.

La bande à Thierry

Kamara (6) : Le jeune gardien a repoussé une multitude d’assauts parisiens et a même réalisé une avant-dernière passe sur le deuxième but strasbourgeois. Sorti après 70 minutes pour une blessure inconnue.

Seka (6) : On peut être un ancien amateur du Poiré-Sur-Vie et livrer une prestation plus que solide face au PSG. Très fort dans les duels, il a réussi à progresser avec le ballon quand il le fallait tout en neutralisant de nombreuses offensives dans son couloir.

Koné (6) : On a l’impression que ses jambes veulent quitter son corps et faire leur propre vie, mais Bakary reste correct dans la majorité de ses interventions. Parfois en retard dans la gestion de la profondeur et sur les jaillissements.

Mangane (6) : Le capitaine est en retard sur l’égalisation de Mbappé, mais sa couverture a quelque peu rassuré le reste de son équipe.

Lala (6) : On avait peur que Neymar le transforme en teletubbies, mais il a tenu le coup avec plus ou moins de réussite. Incapable de s’exprimer offensivement dû à la domination sans partage de Paris.

Aholou (5) : Parfois trop éloigné de sa défense, le PSG l’a trop souvent esquivé quand il attaquait (c’est-à-dire 80% du temps). Ses ressorties de balle n’ont pas été une franche réussite.

Liénard (6) : Il a une tête à faire l’Amour est dans le pré mais un pied gauche à régaler la France. Passeur décisif pour l’ouverture du score, sa débauche d’énergie a permis à Strasbourg de sortir la tête de l’eau lors des temps forts parisiens.

Jonas Martin (4) : Habituellement meneur de jeu, il s’est contenté d’un rôle de récupérateur qui ne lui allait pas du tout.

Terrier (5) : Discret offensivement, son placement dans le couloir de Dani Alves a limité l’apport offensif de ce denier. Joli coup de Thierry Laurey.

Da Costa (7) : Buteur puis passeur de la tête, le Cap-verdien a fait passer une sale journée à Yuri Berchiche. Ses dribbles et son activité ont épuisé les Parisiens et ont donné de l’aplomb à cette attaque de Strasbourg.

Bahoken (6) : Le Racing s’est parfois appuyé sur son imposant physique pour conserver le ballon et faire remonter le bloc. Peu en vue sur le front de l’attaque jusqu’à l’heure de jeu où il a enflammé la Meinau d’une superbe frappe.

La bande à Unai

Aréola (4) : Ohé ohé gardien de but abandonné …

Alves (6) : Une régularité inhumaine pour le cyborg brésilien.

Kimpembe (6) : Solidité bluffante et sérénité effrayante pour l’homme aux 321 joueurs dans les poches, qui a quasiment défendu tout seul aujourd’hui.

Marquinhos (5) : L’Espagne et le Portugal dans un coin de la tête, ses futurs adversaires à la coupe du monde connus depuis hier, le numéro 5 parisien n’avait pas la tête à Strasbourg.

Yuri (3) : Moins de flow et pas spécialement meilleur joueur de football que le numéro 20.

Rabiot (5) : Adri 92i a encore en travers de la gorge le fait qu’un certain B2O ait repris depuis hier son titre de Duc de Boulogne, et cela s’est ressenti dans son match.

Draxler (5) : Match correct pour l’Allemand qui a parfaitement négocié son retour au pays.

Pastore (5) : Sur les deux Argentins présents sur le terrain, il est celui qui a la plus tenté, le plus réussi, et qui a le plus éclairé le jeu parisien.

Di Maria (2) : L’autre Argentin présent sur le terrain. Voilà, c’est tout.

Mbappe (7) : Virevoltant, provoquant et buteur, le futur meilleur joueur de la prochaine Coupe du monde fut le seul offensif parisien convaincant cette après midi.

Neymar (5) : Un match d’une banalité agaçante pour le Brésilien.

 

Photo credits : AFP PHOTO / Patrick HERTZOG