0

Le PSG tremblait, Strasbourg rêvait d’un remake. Le club de la capitale se déplaçait en Alsace pour y affronter son premier bourreau de la saison, à l’occasion des 1/8 ème de finale de la Coupe de la Ligue. Une compétition chère aux Parisiens qu’ils ont parfaitement entamée en s’imposant 2-4 en terre alsacienne, ne laissant à aucun moment aux Strasbourgeois la possibilité d’un nouvel exploit. Les notes de cette confrontation: 

La bande à Thierry : 

Oukidja (2) : S’il te plait Zinédine, signe le…

Seka (4) : Teur. C’est tout pour nous, pas grand chose d’autre à dire.

Salmier (2) : Sa titularisation questionnait mais il a vite balayé ces zones d’ombres. Son duo d’attaque avec Cavani est déjà l’un des meilleurs d’Europe. Le vieux continent tremble.

Koné (6): Général Baky est passé maréchal. Défendre aussi bien tout seul face à cette attaque relève de l’héroïsme.

Lala (3) :  On compte sur Dipsy et Tinky-Winki pour lui changer les idées. C’est là que l’on voit les vrais amis.

Grimm (7) : De l’impact, de la générosité, une sacré débauche d’énergie et un but pour le chouchou de la Meineau. Le meilleur alsacien ce soir.

Aholou (5) : Un match plus que satisfaisant pour le jeune milieu de terrain.

Nogueira (4) : Il a quitté les States pour venir jouer à Strasbourg. Rien que cela aurait mérité un 10. Malheureusement Vinc’ est nostalgique de Philadelphie et traîne son spleen sur le terrain.

Goncalves (4) : Il a couru tout droit tout le match et a fait beaucoup de fautes mais a aussi couru tout droit tout le match et également fait beaucoup de fautes.

Saadi (6) : En l’absence de Da Costa et du meilleur numéro 10 français actuel, le bodybuildeur algérien a marqué des points ce soir. Percutant, pesant, menaçant.

Bahoken (3) : Il est le héros du dernier match mais est la plante verte du match de ce soir. Triste vie.

La bande à Unai : 

Trapp (4) : La malédiction d’Alphonse. Deux tirs cadrés, deux buts.

Meunier (6): Des allers-retours entre le bon, le très bon et l’excellent pour le buffle wallon. Un match à l’image de son compte Twitter.

Marquinhos (5) : Il n’a peut etre pas retrouvé le morceau d’arcade qu’il avait laissée ici il y a dix jours, mais il a bel et bien confirmé qu’il était le patron de cette équipe en l’absence de Silva.

Kimpembe (4) : Match compliqué pour le meilleur défenseur central gauche français. Be careful.

Alves (6) : La prophétie s’est réalisée. Enfin. Hallelujah. Le PSG a joué un match avec un arrière gauche potable. On ne réalise pas encore.

Verratti (7) : L’Italien a transformé cette soirée d’hiver maussade en réel plaisir visuel. Crochets, roulettes, passements de jambes, Marco jouait dans son jardin ce soir.

Lo Celso (6) : Il n’est encore personne dans cette équipe, mais cela va bientôt changer, c’est une certitude. Classe, élégant, intelligent, costaud, Giovanni est déjà un amour de joueur.

Pastore (5) : Cela faisait longtemps que Javier n’avait pas réalisé un match avec autant de calcium. Chargé au Petit Gervais comme jamais.

Di Maria (6) : Lui n’avait pas spécialement besoin de yaourt à l’instar de son compatriote, mais plus d’une remise en question. Et elle semble avoir été réalisée. Un but et demi et une grinta retrouvée. Parfait pour lui, parfait pour Paris.

Draxler (5) : Il retrouvait son poste de prédilection et on a franchement connu de meilleures retrouvailles.

Cavani (4) : Fan d’ornithologie qu’il est, il a à coup sûr apprécié ce déplacement au pays de la cigogne. Seule satisfaction de la soirée.

 

Photo credits :  AFP PHOTO / PATRICK HERTZOG