1

Marseille avait l’occasion de mettre la pression sur ses concurrents avec ce match avancé. C’est chose faite après la difficile victoire 2-0 face à Strasbourg. A défaut de bien jouer, l’OM se contentera des trois points. Et observera avec attention les matchs de Monaco et Lyon

La bande à Rudi

Mandanda (5) : A t-il au moins touché trois ballons ?

Sakai (5) : Un guerrier répond toujours à l’appel du champ de bataille, même si c’est sur l’aile gauche.

Abdennour (5) : A partir du moment où il n’est pas pris dans son dos et qu’il ne doit pas trop courir, c’est solide sur les appuis.

Rami (5) : Pas le flegme et l’assurance qu’on lui a connu depuis 6 mois, mais vu le peu de tentatives alsaciennes …

Sarr (6) : La Premier League lui fait les yeux doux, il a décidé de se bander les yeux pour rester focus (il s’est fait éclater l’arcade). Encore une fois plutôt bon sur son côté.

Zambo (5) : Utile dans l’entrejeu, notamment en terme d’impact, mais un peu superflu dans ce type de match où tu as une grande possession.

Gustavo (7) : Il ne s’est pas aventuré très haut sur la pelouse mais il a coupé toutes les transmissions strasbourgeoises. Dans tous les bons coups défensifs.

Ocampos (4) : Comme le nombre de mètre qui le séparait du but d’Oukidja quand il a décidé de mettre un lob de la tête.

Sanson (5) : Punching-ball en short, le petit Morgan s’est fait martyriser par les rugueux physionomistes alsaciens. Sortira en pleurs et le genou en compote.

Thauvin (5) : Baromètre de l’OM, quand il est bien, toute l’équipe suit, quand il est inexistant, toute l’équipe suit aussi. A l’origine du pénalty marseillais.

Germain (1) : Ses coéquipiers s’épanchent dans la presse pour descendre Mitroglou, mais Valère ne fait pas beaucoup mieux. Et son pénalty raté n’est que la conclusion de son immonde match.

La bande à Titi

Oukidja (6) : Petite partidazo en apéro un mardi soir. S’est fait les croisés sur une feinte de Payet (pas une blague).

Lala (5) : Prestation correcte, sans fantaisie. +1 pour avoir eu les cojones de s’embrouiller avec le tyran Laurey.

Koné (6) : Général Bako aux commandes, a failli mener ses troupes à l’exploit.

Martinez (4) : « Hey Martinez, here ready go ». K-Maro, 2004

Foulquier (4) : A préféré frapper dans les chevilles que dans le ballon. C’est une tactique …

Aholou (5) : Boucher dans une autre vie, il avait décidé de sortir sa plus belle lame pour ce match de gala.

Martin (4) : Fait fantasmer ta meuf. Et ce sera tout pour sa prestation du soir.

Goncalves (5) : Toujours besoin d’un patronyme portugais quand tu veux construire un mur pendant 90 minutes.

Sacko (3) : Version PES de Sakho, époque où la firme japonaise n’avait aucune licence.

Da Costa (3) : Encore un patronyme portugais. Par contre lui, il a défaut de construire le mur, il a permis à l’OM de s’infiltrer dans sa défense. Le premier cheval de Troie lusitanien.

Bahoken (2) : Autant de ballons touchés que Mandanda, si ce n’est moins.