Après la vaillante victoire de l’OM, l’autre Olympique se devait d’imiter ses compères français. Dans un Parc OL qui rêve de revivre une belle campagne européenne, l’OL s’impose 3-1 face à un petit Villarreal, et prend une option sur la qualif en huitième de finale.

La bande à Pep

Lopes (6) : Dans son style tout en excentricité, Antho a lâché quelques envolées pour garder sa forteresse inviolée. Main un peu molle sur le but espagnol.

Marçal (4) : Pas mercé le replacement défensif.

Marcelo (3) : Le dernier Marcelo qu’on avait quitté était un touffu en feu à Bernabeu. Autant vous dire qu’on a vu flou quand on a vu celui de Lyon.

Morel (6) : Bah alors Jérémy ? On fait des passes laser ? Boateng from Decines.

Rafael (6) : 50ème match en Coupe d’Europe conclu par un centre décisif et une présence de cocaïnomane sur son côté droit. Well done.

Tousart (6) : Chien fou qu’il ne faut absolument pas piquer.

Ndombelé (6) : Sponsorisé Black and Dekker, que il perfore.

Aouar (3) : Hé oh ! Quand t’es tout nul et que le meilleur coach de France te fait sortir, tu ne ronchonnes pas ! Malotru !

Fékir (6) : Il a donné son corps pour son club. Bandiera.

Traoré (4) : Si c’est pour voir des grandes dreads s’affoler, on préfère clairement se faire un concert de reggae.

Mariano (6) : Mariano remonte des terrains pour FRACASSER LES FILETS. Pas de bouton X sur sa manette.

La bande à Javier

Asenjo (6) : Mains fermes sur les frappasses de Fékir et Mariano, bonnes sorties dans les pieds. Il a tout fait pour maintenir son équipe en vie.

Costa (5) : Entreprenant offensivement mais il a souvent été mis en difficulté dans son couloir.

Ruiz (5) : Moins exposé que ses partenaires.

Alvaro (3) : Il a d’abord frôlé l’expulsion avant de se faire doublement mystifier par Mariano sur le deuxième but lyonnais.

Gaspar (5) : Il a dû composer avec l’absence de ses coéquipiers Melchior et Balthazar.

Hernandez (4) : Sentinelle traditionnelle dans une équipe qui a la possession. Rendez-nous Javi Fuego.

Trigueros (6) : Pas loin d’ouvrir le score d’une superbe reprise de volée. Il laisse brillamment passer le ballon pour la réduction du score espagnole.

Castillejo (5) : Plaque tournante d’une équipe qui tourne au ralenti.

Fornals (4) : Inexistant jusqu’à son but laborieux à l’heure de jeu.

Bacca (4) : Le sosie de Thiago Silva n’a quasiment rien eu à se mettre sous la dent.

Cheryshev (5) : Un match compliqué néanmoins ponctué d’une passe décisive.

L'Equipe Ultimo Diez