[Coupe de France] Paris SG – Olympique de Marseille : les notes

Même heure, même endroit, même résultat. Pour la deuxième fois en quatre jours, le Paris Saint-Germain recevait l’Olympique de Marseille, en Coupe de France cette fois-ci. Sans Neymar, les Parisiens s’imposent 3-0 et filent en demi-finale.

Paris :

Trapp (5) : Le premier tir cadré marseillais ayant eu lieu à la 76e minute, difficile d’évaluer son match.

Berchiche (6) : Ses centres ratés sont plus dangereux que ceux réussis par Kurzawa, comme peut en témoigner le deuxième but parisien.

Thiago Silva (5) : A eu le temps de raccompagner Neymar au Brésil entre deux offensives marseillaises.

Kimpembe (5) : Lui non plus, absolument pas inquiété.

Meunier (5) : Un match sérieux pour l’esthète belge.

Motta (5) : A fait du Motta. Un match solide, sans gros coups d’éclat mais saupoudré de petites provocations.

Verratti (8) : Il a régné sur le milieu de terrain, clope au bec et verre de dry-martini à la main.

Draxler (6) : Pas loin d’inscrire un ciseau Rooneysque. Du reste passeur décisif pour Cavani.

Di Maria (7) : Son nouveau doublé confirme la tendance : il aime les coupes. Ca devrait logiquement matcher avec celle aux grandes oreilles.

Mbappe (5) : Sa complicité avec Neymar se poursuit jusqu’à l’infirmerie. (On déconne, reviens vite Kylian)

Cavani (5) : Il nous a bien eus, déguisé en Kostas Mitroglou jusqu’à la 80e. Sacré Edinson.

+ Pastore (6) : Si vous visitez Paris, il y a le pont Alexandre-III… Et les grands ponts de Pastore.

Marseille :

Mandanda (7) : On ne peut qu’exprimer des regrets en voyant la masterclass d’El Phenomeno. Qu’est ce que ça pourrait être si il n’avait pas des peintres en bâtiment devant lui.

Sarr (5) : On ne pourra pas lui reprocher d’avoir tenté, et son grain de folie aura fait du bien par séquences. Mais bon, quand ça veut pas…

Rami (4) : Une terrible crise de paraplégie face aux buts parisiens en première période, combinée à des relances hasardeuses plein axe. Cocktail parfait pour une soirée à oublier.

Abdennour (2) : Abdennul. Reste à savoir qui a le plus peur de l’autre entre le ballon et Aymen, tant les deux nous donnent l’impression de tout faire pour s’éviter.

Sakai (5) : Si on ne peut pas lui en vouloir d’avoir lâché son marquage sur le second but de Di Maria, on peut en revanche lui en vouloir d’avoir fait confiance à Abdennour.

Luiz Gustavo (7) : Tant qu’il y a Luiz, il y a de l’espoir. Puissent les Dieux du football être cléments avec lui par rapport à son petit souci musculaire de première période.

Lopez (5) : Aurait pu prendre conseil auprès de son grand frère Paco pour apprendre à gérer les moments chauds.

Thauvin (4) : Le modèle de Flotov ne semble pas être Francesco Totti mais bien Harvey Dent a.k.a Double-Face, tant l’ancien bastiais n’est pas le même dans les gros matchs que le reste du temps.

Sanson (4) : Comment a-t-il pu perdre en même pas 1 an sa finesse et son élégance ?

Ocampos (3) : Les critiques sont toujours les mêmes pour Lucas. La grinta c’est gentil, mais sans qualité technique et intelligence de jeu pour l’accompagner, ça ne sert pas à grand chose.

Njie (2) : On a longtemps cru que son cerveau baignait dans de l’eau de mer, mais nos plus éminents experts scientifiques nous ont informés ce soir qu’il n’y a dans son crâne que de l’eau. Et donc pas de cerveau.

L'Equipe Ultimo Diez