[Ligue 1] Troyes – PSG : les notes

Après-midi de fête du côté de Troyes, où l’ESTAC comptait sur un trou d’air du PSG pour chopper un point dans l’optique de son maintien. Un PSG obligé de faire tourner, à l’approche du retour contre le Real. Malgré ce turnover, c’est logiquement que le PSG s’impose 0-2 et prépare sereinement LE match de sa saison mardi.

La bande à Garcia

Zelazny (8) : Pas fautif sur les buts, impeccable le reste du temps, du très bon Zelazny. Mais c’est pas Keylor Navas.

Cordoval (4) : Quand il a vu Angel Di Maria face à lui, il a failli se passer la Cordocou. Mais c’est pas Carvajal (et c’était certainement pas une bonne vanne).

Vizcarrondo (3) : Mi-Pascal Cygan, mi-Julien Doré, on n’a trouvé aucun point commun avec ces deux hommes pour le Vénézuélien. Tu joues de la guitare Osvaldo ? (Mais c’est pas Ramos en tout cas.)

Hérelle (5) : Lui aussi est un élégant tis-mé qui tient debout et emmerde l’attaque du PSG. Mais c’est pas Varane.

Obiang (5) : Quelques sauvetages, de l’abnégation et beaucoup de combativité. De quoi se taper pour un barrage le 26 mai prochain, quand le PSG pensera à la finale de la Ligue des Champions (on n’a pas dit comment). Mais c’est pas Marcelo.

Bellugou (5) : Il a mis une énorme boîte à Dani Alves, a failli s’offrir un tête contre tête avec le latéral brésilien. Mais c’est pas Casemiro.

Azamoum (5) : Il a beaucoup couru. Il a essayé de défoncer Lo Celso. Deux activités pas forcément utiles contre le PSG, mais pleines de bonne volonté. Mais c’est pas Kovacic.

Walter (5) : Un mec avec deux prénoms, dans les coins de Troyes, on lui confierait pas les petits de la rédaction d’Ultimo. Ceci dit, on peut lui confier un côté, quand le PSG n’est pas en face, il tient la route. Mais c’est pas Vazquez.

Pelé (4) : A défaut de vraiment voir le fils de Weah, on a vu le petit neveu du Roi Pelé. Hein ? Pas du tout ? Ah, alors définitivement, c’est pas Isco.

Grandsir (6) : S’il y en a un qui porte bien son nom, c’est lui. Petit phénomène, il a donné deux ou trois tours de reins aux Parisiens. Mais c’est pas (encore) Ronaldo.

Suk (4) : Son match s’est essentiellement résumé à un corps à corps transpirant avec Kimpembé. De quoi en rendre jalouses certaines. Mais c’est pas Benzema.

Entré en jeu, Nivet (10) : Parce que c’est l’Ultimo Diez. Et qu’en à peine 20 minutes il a eu le temps de montrer sa classe et sa frappe.

La bande à Emery

Aréola (non noté) : il a pu se payer le luxe d’enlever ses gants et de se faire une petite manucure.

Kurzawa (5) : Il monte, il monte, il monte, mais tout le monde s’en fout.

Kimpembe (6) : A défaut de lui casser les reins, les troyens ont tenté de lui casser les couilles.

Silva (6) : Rien d’intéressant à relever ce soir. Mais on a hâte de voir s’il sera titulaire dans la semaine.

Meunier (6) : Pour la vanne, on aurait aimé le voir en pointe.

Lass (7) : Si Troyes n’a quasiment jamais été dangereux, c’est aussi grâce à son activité.

Lo Celso (6) : Le nouveau Mathieu Bodmer parisien a alterné entre patator et fautes concédées.

Rabiot (7) : Le Duc joue le buste haut, en marchant, sans se salir. Faudra mettre les mains dans la boue mardi Adri’, mais on sait que tu sais le faire …

Di Maria (7) : Encore buteur, Angel a la gueule du type qui va mettre sa cape de super-héros contre le Real. Les planètes sont alignées.

Nkunku (6) : Il a fallu un combo « faute non sifflée pour Troyes + hors jeu » pour qu’il plante son pion.

Draxler (6) : Précis comme une couturière, il a régalé ses copains.

L'Equipe Ultimo Diez

Laisser un commentaire