[Amical] France – Italie : les notes

Dans le cadre de la préparation pour la Coupe du Monde en Russie, la France recevait à Nice l’équipe d’Italie, grande absente de la compétition. Une soirée de prestige et un match disputé, bien mené par les Bleus qui s’imposent 3 buts à 1. Les notes :

La France :

Lloris (5) : Le seul tir vraiment dangereux qu’il avait à négocier, il l’a pas repoussé dans les pieds Italiens. Mauvais délire.

Umtiti (6) : Toujours un temps d’avance, on soupçonne Big Sam de posséder un sharingan.

Rami (5) : Bon match, fera un excellent remplaçant à Varane pendant la Coupe du Monde.

Pavard (6) : La bise à ceux qui croient encore que les latéraux sont la faiblesse de l’équipe de France.

Hernandez (7) : Avec un Lucas à ce niveau-là, c’est DD qui va grimacer au moment de faire son onze !

Kante (6) : Qu’elle partait bien cette frappe…

Pogba (4) : Les prochains épisodes de la Pog série seront tournés depuis les bancs de touche en Russie si Paul ne se bouge pas plus.

Tolisso (6) : Il aura encore marqué des points ce soir !

Dembele (7) : De beaux dribbles, une transversale malheureuse et un but sublime pour Ous, ça promet !

Mbappe (6) : A fait de Bonucci son enfant sur une simple feinte de corps… C’est la vie qu’il a décidé de mener.

Griezmann (7) : Leader d’attaque, buteur sur pénalty et précieux dans le jeu. What else ?

L’Italie :

Sirigu (6) : Il ne peut rien sur les buts français et a bien tenu la baraque en dehors. Pas Buffon mais pas Bouffon.

De Sciglio (3) : Discret. Toujours pas le latéral de classe mondiale qu’on annonçait par le passé.

Caldara (4) : On attend encore de lui qu’il confirme réellement son potentiel. Ce match servira d’apprentissage du très haut niveau au jeune turinois.

Bonucci (5) : Mine de rien, il fait son match et réduit le score. On en attend quand même plus du dernier taulier italien.

D’ambrosio (3) : Non.

Jorginho (3) : Vous êtes sûrs que c’est celui qui joue à Naples? Celui qui est censé être très fort?

Pellegrini (3) : Pas à son niveau habituel. Comme beaucoup d’Italiens, mine de rien.

Mandragora (3) : Il découvre encore le football professionnel, lui l’enfant de 1997. Soyons indulgents avec lui.

Chiesa (3) : Camarade de Mandragora en promo 1997, il mérite la même indulgence. Il apprendra, lui aussi.

Berardi (3) : Lui par contre il a 45 ans et il joue toujours de la même façon. Quel gâchis.

Balotelli (3) : Son duel avec son futur coéquipier Adil Rami a du lui donner des sueurs froides. Pertes de balle, peu d’implication défensive, ballon lâché en retard, bref, quasi inutile ce soir.

Photo credits : FRANCK FIFE / AFP

L'Equipe Ultimo Diez

Laisser un commentaire