Espagne-Maroc : les notes

Dans un match illuminé par la classe d’un Isco rayonnant, l’Espagne n’a pas pu faire mieux qu’un match nul 2-2 face à de valeureux Marocains. La première place malgré tout, grâce aux Iraniens. Il est là le braquage espagnol de l’année.

Les notes des Espagnols

De Gea (3) : Il a fait un arrêt dans cette Coupe du Monde. Un. Sa barre transversale est meilleure que lui.

Jordi Alba (4) : On a connu la mobylette catalane plus débridée. Trop discret.

Carvajal (4) : On a connu la mobylette madrilène plus débridée. Trop discret.

Ramos (2) : Il a vu des mecs en blanc sur le terrain, par habitude, il a voulu jouer avec eux. Il n’a même pas osé déranger En-nesyri sur le deuxième but marocain. Ressaisis toi Sergio.

Piqué (3) : Il n’aime pas l’Espagne, soit. C’est quand même pas une raison pour faire des prestations de ce genre en pleine Coupe du Monde.

Busquets (6) : Petits pas et longues transversales. C’est pas un résumé de son match, c’est le nom de son biopic.

Iniesta (6) : Un débordement aussi supersonique à 87ans, ça force le respect. Don Andrés. S’est éteint en deuxième période.

Thiago (5) : Quand on est aussi beau, forcément, on ne passe pas inaperçu sur le terrain. On en attend toutefois beaucoup plus. Remplacé par Asensio.

Silva (3) : Hierro a voulu le faire jouer. Puis a voulu le laisser sur le terrain jusqu’à la 84ème minute. Ca fait deux erreurs. Remplacé par Rodrigo.

Isco (8) : Donnez-lui les clés du Real, de la sélection, de la Banque d’Espagne, du Palais Royal. Un régal et une envie permanente de caresser ses cheveux soyeux.

Diego Costa (4) : Pas assez servi, il a peiné à se montrer. Un jour à oublier pour le barbu le plus effrayant de Madrid. Remplacé par Iago Aspas, particulièrement inspiré sur l’égalisation espagnole.

Les notes des Marocains

Munir (4) : Ses défenseurs ont été plus décisifs que lui.

Achraf Hakimi (5) : A dû beaucoup apprendre aux côtés de Dani Carvajal.

Saiss (6) : Sauveur de la nation sur une tête d’Isco.

Da Costa (5) : Pour lui, l’essentiel est assuré avec la qualification du Portugal pour les huitièmes de finale.

Dirar (4) : Jordi Alba s’est baladé sur son côté comme sur La Rambla un soir d’été.

Boussoufa (4) : La couverture de trop.

El Ahmadi (5) : Que, tu m’aimais encore. C’est quelqu’un qui m’a dit…

Ziyech (6) : Toujours dans les bons coups.

Belhanda (5) : Tête de tigre.

Amrabat (6) : Son amour pour le jaune le ferait bien s’entendre avec René Maleville. On n’oubliera pas son inspiration quaresmaesque qui aurait mérité de nettoyer la lunette de Gea.

Boutaib (6) : Il a profité des espaces dans la défense espagnole comme toi de ceux laissés par ton/ta crush après deux-trois verres.

Crédit photo : OZAN KOSE / AFP

L'Equipe Ultimo Diez