Uruguay – Portugal : les notes

Pour ce second huitième de finale de la journée, Uruguayens et Portugais se sont livrés un vrai combat. Mais face à une défense de fer combiné à une certaine maladresse, les hommes de Fernando Santos se sont inclinés. La France retrouvera donc les Sud-Américains en quart de finale. 

Les notes de l’Uruguay

Muslera (6) : À part le but il transpire la sérénité. Il s’est un peu fait peur à un moment mais sinon rien à dire.

Laxalt (6) : Vous êtes plutôt Sean Paul ou Séan Garnier ?

Godin – Giménez (6,5) : Des jumeaux. Ils se connaissent par coeur. 1 but en quatre matchs c’est tout de même fort.

Cáceres (6) : Il y a l’étalon italien mais il y a aussi l’étalon uruguayen.

Torreira – Nández – Vecino (6,5) : Des chiens enragés. Ils courent partout c’est assez incroyable.

Betancur (7) : Véritable patron lui aussi. Grand Rodrigue.

Cavani (8) : Le Matador a encore piqué mais il s’est blessé. En espérant rien de grave bien que son absence puisse être bénéfique pour les Bleus.

Suárez (6,5) : Luisito a sorti les dents aujourd’hui.

Les notes du Portugal

Patricio (5) : Postérisé puis placé n’importe comment sur le second but, Cavani ne lui a pas fait un seul cadeau.

Pereira (5.5) : On l’amait bien à Nice, aujourd’hui un peu moins. Performance pas franchement plus brillante que celles de Cédric avant.

Pepe (6) : Jus de bagarre, une hargne folle, un but qui compte, un match plutôt propre. On a tout bon si on oublie sa coiffure.

Fonte (5) : Comme ses pieds.

Guerreiro (4) : Depuis un an il a dû faire de eilleure performance sur FIFA que sur un vrai terrain. C’est con quand même.

Adrien Silva (5) : Sosie officiel d’Arthur Shelby nous aura gratifié de sa présence. Et puis c’est tout.

W. Carvalho (6.5) : Ça doit être fatigant de l’avoir sur le dos quand même.

Joao Mario (4) : Si vous savez à quoi il sert, vous pouvez nous faire signe. Parce qu’on cherche encore nous.

Silva (6.5) : Il aura eu le mérite d’essayer de faire la différence. Surtout après avoir été replacé en 10.

Guedes (4) : Si on avait été en Ligue mondiale de volley, sa machette aurait fait un malheur. Hélas c’était pas le bon sport, et c’était surtout son seul fait d’arme.

Ronaldo (5) : Il s’est tellement empalé sur la défense uruguayenne qu’il doit avoir des trous dans la poitrine. Paradoxalement, c’était l’un des seuls à essayer de faire bouger les choses devant.

Crédit photo : PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

L'Equipe Ultimo Diez

Laisser un commentaire