[Ligue des Champions] PSG – Naples : les notes

Premier match d’une semaine chargée pour le Paris Saint Germain. A quelques jours du Classico, les hommes de Tuchel recevaient Naples avec la ferme intention de s’imposer et de dépasser au classement leurs adversaires du soir. Longtemps mal embarqués, les parisiens accrochent un nul quasi miraculeux (2-2). La quali’ se jouera sans doute dans deux semaines à Naples. Et ça sera chaud !

Les parisiens

Areola (4) : Match frustrant pour Alphonse. Très peu de choses à faire et malgré tout deux buts encaissés.

Bernat (3) : Pas lui qui va augmenter la côte d’amour des espagnols dans la capitale. Remplacé à la mi-temps par Kehrer (5) un peu en dedans mais propre dans le peu qu’il a fait.

Kimpembe (4) : Tout allait bien et puis d’un appel contre appel il a perdu la trace d’Insigne. Résultat ? Un but encaissé.

Marquinhos (4) : Comme le dit le dicton, c’était mieux avant.

Meunier (5) : A l’origine du but parisien. On va finir par se dire que c’est le seul attaquant du PSG qui répond présent dans les grands matchs.

Rabiot (3) : Telle une monture de Christophe Soumillon à l’entrainement, petit trot de 90 minutes.

Verratti (4) : Toujours de la magie dans les pieds mais défensivement sa condition physique l’empêche d’être utile. Au contraire …

Di Maria (4) : On a retrouvé le Di Maria de United durant 92 minutes. Avant ça, c’était sans doute le plus honteux des quatre offensifs.

Neymar (6) : Va devoir se tatouer Hulk dans le dos pour faire croire qu’il sait sonner une révolte.

Mbappé (3) : Il s’est mué en Ronald Pognon pour le plus grand bonheur de ses vis-à-vis.

Cavani (3) : Plus proche de briser la cheville de Neymar que de briser sa mauvaise série.

Les napolitains

Ospina (5) : Un CSC malheureux encaissé et un but lunette viennent ternir sa prestation.

Maskimovic (5) : De nouveau en piston droit. Sans surprise on l’a peu vu s’aventurer dans la moitié adverse.

Albiol (4) : Même Carlo n’y arrivera pas …

Koulibaly (6) : Prendre un coup de rein par Mbappé en début de match aura suffit pour qu’il se réveille.

Mario Rui (4) : A force de se faire passer, on savait qu’il coûterait un but mais de là à le marquer lui-même… Triste ironie du sort.

Allan (7) : Le PSG veut rêver plus grand mais avoir un joueur de son calibre suffirait largement. Le travailleur de l’ombre par excellence.

Hamsik (6) : Le seul homme encore capable de garder la classe avec une crête.

Ruiz (6) : Tout comme ses compères du milieu, il a énormément apporté aussi bien défensivement que dans ses relances vers l’avant.

Callejon (7) : Toujours un temps d’avance sur les défenseurs parisiens, comme le décalage son/image de RMC Sport.

Mertens (6) : Un match plutôt bon avec un but en prime qui peut lui permettre de gagner la confiance d’Ancelotti.

Insigne (7) : Il a suffit d’un signe, d’un geste, et d’une passe de Callejon pour éteindre Areola et faire danser la défense parisienne.

Crédits photos : Stephane Allaman / DPPI

L'Equipe Ultimo Diez