[Ligue des Champions] Naples – PSG : les notes

Ce déplacement à Naples s’annonçait capital pour Paris, qui avait raté sa campagne aller de la phase de poules de Ligue des champions, et notamment la réception des Napolitains (2-2). Le Paris Saint-Germain, ultra-dominateur en Ligue 1, se rendait au stade San Paolo le dos presque au mur. Et les hommes de Thomas Tuchel peuvent être frustrés : leur première période convaincante a été récompensée dans le temps additionnel, mais ils ont pris l’eau dès la sortie des vestiaires, concédant l’égalisation sur penalty. Le PSG manque ainsi la possibilité de passer premier de son groupe.

Les Parisiens

Buffon (7) : A la hauteur de sa réputation.

Kehrer (6) : Son premier gros déplacement avec Paris. Très rassurant.

T.Silva (5) : Centre anodin du Napoli. Et là, c’est le drame.

Marquinhos (6) : Bien mieux qu’au match aller.

Bernat (6) : C’est dans les grands matches qu’on voit les grands buteurs.

Draxler (5) : Son rôle s’avérait clé dans l’animation défensive, et il n’a pas déçu en première période. S’est éteint petit à petit.

Verratti (5) : De grosses difficultés à jouer vers l’avant. On le sent esseulé au milieu du terrain. Thiago Motta doit lui manquer…

Meunier (5) : A découvert la règle du hors-jeu en plein milieu de la première période.

Di Maria (4) : Pas de but miracle pour sauver son match cette fois-ci.

Mbappé (6) : Demandeur sur le front de l’attaque et passeur décisif. Pas extraordinaire mais mission accomplie.

Neymar (7) : Il a évité les mouvements et dribbles superflus, privilégiant l’efficacité. Même si la lucidité le fuyait quelque peu dans les dernières minutes.

Les Napolitains

Ospina (6) : Se prendre un but de Bernat, c’est la vie qu’a décidé de mener David.

Maksimovic (6) : Tellement à son aise dans le couloir droit qu’il s’est permis un tacle douteux dans la surface.

Albiol (5) : Le genre de gars dans un duo qui laisse la lumière à l’autre.

Koulibaly (7) : Monstrueusement monstrueux. C’est pas un minot de 19 ans qui allait faire des misères à la montagne de Saint-Dié-des-Vosges.

Mario Rui (5) : Mis à part l’intervention sur Neymar en début de match, pas grand chose à souligner.

Allan (7) : Il passe de Verrati à Draxler sans broncher. D’où l’expression « passer du coq Allan ».

Hamsik (5) : Il a battu le record du nombre de match sous le maillot azzuro ce soir.

Ruiz (4) : Beaucoup trop de déchets pour le milieu. Lui aussi a mangé trop de chocolat. Olivia Ruiz.

Callejon (5) : Le nouveau cauchemar de Thiago Silva.

Mertens (6) : Au début, on ne le sentait pas dans son assiette. Puis il a commencé à distribuer caviar sur caviar.

Insigne (5) : Match en dents de scie pour le chouchou local, mais il a converti le penalty. Suffisant pour faire vibrer le San Paolo.

Crédit photo : Alberto Pizzoli / AFP

L'Equipe Ultimo Diez