[Liga] Barcelone – Valence : les notes

Le FC Barcelone avait l’occasion d’asseoir sa domination en Liga ce samedi, à l’occasion de la réception de Valence dans le cadre de la 22e journée de championnat. Mais Kevin Gameiro, buteur, et ses coéquipiers ont accroché le Barça (2-2) qui s’était retrouvé mené 2-0 après une demi-heure de jeu. Un doublé de Leo Messi a sauvé la face des Catalans. Les notes des vingt-deux acteurs.

Les Barcelonais

Ter Stegen (7) : Son bras bionique a un temps retardé l’échéance.

Semedo (6) : De mieux en mieux mais Ernest le président du White Power Basque ne pouvait pas le laisser plus de 45 minutes.

Piqué (5) : Le costume de mercredi était au pressing.

Vermaelen (5) : Espérons que les roues de la caravane n’ont pas trop endommagé la pelouse du Camp Nou.

Sergi Roberto (4) : A droite c’est compliqué alors à gauche…

Rakitic (5) : Quand Rakitic passe les chiens aboient.

Vidal (5) : A essayé en vain de réveiller Philippe l’androgyne, pour le reste ses coudes ont été une nouvelle fois sa meilleure arme.

Aleña (6) : L’ADN barcelonais n’est pas une légende. Autant de personnalité balle au pied si jeune n’est jamais anodin.

Coutinho (4) : Vivement Dembouz.

Suarez (4) : Quand Suarez baisse la tête balle au pied, c’est un enfant qui meurt quelque part dans le monde.

Messi (6) : Un doublé c’est 6 sur l’échelle Messi.

Les Valenciens

Neto (7) : Le meilleur gardien de la Liga 2018-2019 confirme son statut ce soir. Mais la biche d’Argentine a quand même réussi à te mettre sur les genoux…

Piccini (5) : Sombre et efficace, il a enfin compris que ce n’était pas la Liga NOS avec des joueurs qui ont été trouvés dans la rue en face de lui.

Garay (6) : Valence retrouve petit à petit le Garay de la première partie de saison dernière.

Paulista (6) : C’était un jour où le dégénéré de São Paulo a branché son cerveau (avec la corde tenue par Parejo).

Lato (4) : Ce soir, c’était le neveu du titulaire habituel sur le terrain. Sauf qu’un U17 ne peut pas jouer en seniors Marcelino.

Wass (6) : Le couteau danois a utilisé tous ses outils ce soir pour aider Valence à faire une belle prestation. Demandez au fils de l’entraîneur basque s’il n’a pas été bon.

Coquelin (6) : On se rappelle tous du Francis casseur et boucher sur le territoire saxophone. Depuis, vous avez un tisseur de ballon avec une bonne intelligence de jeu. Le Camp Nou a pu valider son talent de footballeur ce soir.

Parejo (7) : La crise de la quarantaine est passée pour Dani. C’est le Tom Brady espagnol. Il pouvait mettre donner des consignes précises pour être en spécifique.

Cheryshev (7) : Comme quoi, même quand il n’est pas dopé, il peut être bon. Poutine doit se poser des questions.

Rodrigo Moreno (8) : Pour ce genre de footballeur, ce n’est pas de la pratique sportive qu’il fait mais de l’art. Pour les clubs qui veulent un attaquant cet été, vous avez le Roberto Firmino bis et moins cher de dispo.

Gameiro (7) : Alors pour lui, c’était le match idéal pour confirmer sa bonne forme. Son équipe qui défend, des espaces pour lui et des ballons dans la profondeur : l’archétype d’un joueur qui est sorti du niveau district en France. Sorti à la 40e sur blessure, remplacé par Ferran (6) : La gestuelle d’Isco avec le corps de Pastore et le potentiel d’un top joueur à 18 ans. Il a été conçu dans une fusion lors du nouveau film de DBZ ?

Crédit photo : LLUIS GENE / AFP

L'Equipe Ultimo Diez