Marseille – Bordeaux : les notes

Avec plusieurs semaines de retard, on a enfin eu droit à notre Marseille-Bordeaux ! Et à huit clos s’il vous plait ! Une rencontre amputée de nombreux de ses acteurs, notamment côté marseillais … Malgré ces absences, c’est bien les hôtes du soir qui s’imposent 1-0 face à un triste Bordeaux. Un léger soleil pour l’OM, qu’il faudra confirmer dès vendredi soir, contre Dijon.

Marseille

Mandanda (5) : On avait presque oublié ce qu’était un match de l’OM sans voir la mine dépité de ce bon vieux Steve, le ballon dans les filets derrière lui. En même temps, il fut très peu inquiété ce soir.

Sakai (6) : Le seul joueur marseillais à avoir gagné plus d’un match en 2019 avant le coup d’envoi. Une qualité non-négligeable dans une telle situation de crise.

Kamara (8) : Il a fait un si bon match que d’après la logique de Rudi Garcia, il ne devrait pas être dans le groupe lors de la prochaine journée de championnat.

Caleta-Car (7) : Assez étonnamment, il n’est pas si mauvais que ça quand il est dans des dispositions décentes. Le croate a marqué des points ce soir. Mais ça reste à confirmer !

Amavi (5) : Un beau duel avec Bouna Sarr pour savoir lequel fera le plus de centres contrés.

Sarr (5) : Son repositionnement un peu plus haut dans le couloir droit n’est pas sans nous rappeler la fameuse association Réveillère/Debuchy dans l’équipe de France de Laurent Blanc lors du quart de finale de l’Euro 2012 contre l’Espagne. Avec un tout petit plus de réussite malgré tout.

Sanson (4) : En l’absence d’une bonne partie des cadres de l’équipe, il aurait dû assurer l’intérim et assumer son statut de cadre. Il n’en fut rien, le relayeur/bodybuilder a honoré sa région Centre-Val-De-Loire natale en ne lâchant pas sa charrette du match.

Lopez (7) : 21 ans, plus de 100 matchs avec l’OM, et une maîtrise totale du jeu de son club formateur ce soir. Petite taille, grande performance.

Ocampos (5) : Son équipe avait peut-être un peu trop le contrôle du ballon pour qu’il puisse perforer ce soir comme il peut en avoir l’habitude.

Germain (6) : Redoutable dans sa capacité à jouer entre les lignes, il y avait longtemps que Valère « Pagis » Germain n’avait pas fait une aussi bonne impression sous le maillot de l’OM. L’absence de public ce soir n’y est peut-être pas pour rien.

Njie (4) : Rudi Garcia a-t-il déjà pensé à le débrancher puis le rebrancher afin d’optimiser ses performances ?

Bordeaux

Costil (6) : Le mannequin normand s’est longtemps débattu pour entretenir sa cage inviolée mais il a dû se soumettre à la loi de Bouba, petit prince du Vélodrome.

Poundje (4) : Moitié basse de l’axe gauche du mal, formé avec Jimmy Briand.

Kounde (7) : Véritable pare-balles, il a fait partie de ceux qui ont entretenu l’espoir. Ou qui ont évité le score d’être plus sévère.

Pablo (5) : Pas encore au top de sa forme le sosie brésilien de Tony Saint-Laurent.

Palencia (5) : Serge le barcelonais a encore prouvé qu’il est promis à un bel avenir à son poste. Mention spéciale pour le petit pont calé à Jo Amavi.

Plasil (3) : Titulaire jusqu’à ce qu’il ait une carte vermeil. Hasta la muerte.

Otavio (5) : Lâché seul au cœur du jeu, dans une équipe qui refuse d’en produire, sale temps pour le brésilien et le joga bonito.

Sankharé (2) : Buste bombé, tête levée mais absolument pas concerné.

Briand (3) : Moitié haute de l’axe gauche du mal, formé avec Maxime Poundjé.

Kalu (non noté) : Un attentat et puis s’en va.

Cornelius (2) : On a parlé du côté Poundje-Briand, mais le duo Cornelius-Briand… Merde, y’a un dénominateur commun là, non ?  Remplacé à la pause par Kamano (3) sans mojo ni ballon.

Crédits photos : GERARD JULIEN / AFP

L'Equipe Ultimo Diez