Olympique de Marseille – AS Saint-Etienne : les notes

C’était un match au sommet pour ne pas perdre tout espoir d’accrocher le podium. Après les victoires de Lille et Lyon, l’OM recevait Saint-Etienne pour tenter de ne pas se faire décrocher. Après une première mi-temps très bien gérée, l’OM s’impose 2-0 et retrouve la quatrième place. Pour Sainté, il va falloir se remettre à l’endroit.

Marseille

Mandanda (6) : Rudi Garcia a enfin trouvé un moyen pour relancer son gardien : installer devant lui une paire de défenseurs centraux fiables afin qu’il ne reste à Steve que le minimum à faire devant le but. Coup de génie.

Sarr (5) : Il a tenu le coup défensivement, s’est aisément porté vers l’avant, mais a joué tout le match comme si il découvrait Florian Thauvin pour la première fois.

Kamara (7) : En plus de tenir sa défense comme un joueur de 30 ans, il se permet maintenant de lâcher des diagonales et autres ouvertures longues distances d’une grande qualité.

Caleta-Car (6) : Pas un match sans que Stéphane Guy ne rappelle sa condition de « déception » jusqu’à très récemment. On peut comprendre la motivation du bonhomme à s’imposer.

Sakai (6) : Il a permis le temps d’un match de faire oublier Jordan Amavi et ses performances aléatoires. Le tout Marseille l’en remercie.

Sanson (7) : Une prestation aboutie où l’ancien montpelliérain a montré de bonnes choses. On demande tout de même à connaître la nature des relations qu’il entretient avec Habib Beye et Stéphane Guy pour que nos deux commentateurs soient si dithyrambiques avec le milieu de terrain marseillais.

Lopez (5) : Moins présent qu’à son habitude mais précieux malgré tout lors du premier acte, il s’est lentement éteint dans le second. Réveil attendu contre Nice.

Ocampos (6) : Il semble avoir mis sa lubie des retournés acrobatiques de côté afin de se consacrer à sa nouvelle passion, les retours défensifs pleins de hargne.

Thauvin (6) : Du très bon, du moins bon, et un 13e but de la saison en L1. Personne n’ose imaginer où serait l’OM sans lui.

Germain (5) : Son coach lui a enlevé des épaules l’équivalent d’un 38 tonnes de pression en l’associant à Balotelli sur le front de l’attaque. À défaut d’être décisif, il vit, joue et a envie d’être là. Une terrible amélioration comparé au calvaire de ces derniers mois.

Balotelli (7) : Marquer le plus de buts possible en touchant le moins de ballons possible. Tel est le nindo de Mario Balotelli.

Saint-Etienne

Ruffier (4) : Plus occupé à chercher d’où provenait cette odeur de shit dans le Vélodrome qu’à sortir dans ses six mètres.

Debuchy & Perrin (2) : Direction l’EHPAD plutôt que l’Étrat.

Subotic (3) : Pfff. Mouais. Non, vraiment, pas grand chose à dire. Sinon, vous saviez que son prénom était un palindrome ? L’ordre des lettres reste le même qu’on le lise de gauche à droite ou de droite à gauche. Comme kayak et bob. Voilà

Kolodziejczak (5) : Le seul défenseur stéphanois potable du soir.

M’vila (6) : Parfait à Madrid hier soir et encore très bon ce soir. Du grand Sergio Busquets.

Aït-Benasser (4) : Beaucoup trop d’erreurs techniques.

Polomat (3) : A décidé de faire subir au football ce que sa meuf lui infligeait. C’est franchement pas cool.

Cabella (5) : Il a correctement su se placer entre les lignes marseillaises. Malheureusement, il a été trop peu suivi.

Khazri (5) : N’a pas mangé son adversaire du soir.

Hamouma (2) : Faites nous signe quand il passera à la Vie Scolaire faire tamponner son mot d’absence. On aimerait bien lire le justificatif.

Crédits photos : GERARD JULIEN / AFP

L'Equipe Ultimo Diez