Borussia Dortmund – Tottenham : les notes

Le mur jaune rêvait d’un exploit contre les Anglais de Tottenham, il n’en fut rien. Battus 3-0 à l’aller, les hommes de Favre se sont de nouveau fait battre, 0-1 par un but d’Harry Kane. Dortmund sort de la Ligue des Champions tête basse, Tottenham lui continue sa route.

Dortmund

Bürki (5) : Rarement sollicité, il a d’abord fait le boulot pour entretenir l’espoir côté Borussia. Puis Kane est passé par là.

Diallo (6) : Très sérieux, le français a tenté de prêter main forte en attaque, surtout en première période. Avec Guerreiro, les deux font la paire sur le côté gauche du Borussen.

Akanji (5) : Impérial en première mi-temps, son erreur d’appréciation sur le but de Kane condamne son équipe. Fatal.

Weigl (6) : Pas à son poste de prédilection, le jeune joueur a livré une prestation tout en contrôle dans une défense placée très haute. Impeccable dans la relance. M Propre, ça se dit comment en Allemand ?

Wolf (4) : Volontaire, il aura fait quelques victimes en tribunes sur des frappes et centres dévissés. Un peu comme toi le dimanche matin après une soirée bien arrosée.

Guerreiro (6) : Le champion d’Europe portugais a fait régner sa loi dans son couloir. Ses qualités offensives continuent d’épater. L’extrême gauche comme on l’aime.

Witsel (7) : On n’a pas vu une aussi grosse plaque tournante sur le continent depuis Marseille dans les années 1960. Un abatage assez phénoménal en première mi-temps avant de baisser le pied.

Reus (5) : L’exploit passait par une performance majuscule de sa star. Le natif de la ville aura mené la charge pendant presque une heure. Puis, il a peu a peu baissé les bras après le but de Kane.

Götze (5) : L’ex futur crack du football allemand n’a pas hésité à redescendre bas pour aider à la construction du jeu. Il s’est résigné au fil des minutes.

Sancho (3) : Ses fulgurances n’ont que trop rarement déséquilibré le bloc des Spurs. Le plus souvent, le prodige anglais s’est empalé sur la défense adverse.

Alcacer (3) : Paco, c’est LE supersub de cette équipe. Alors forcément quand il est titulaire, il est tout déboussolé.

Tottenham

Lloris (8) : Le mec joue sa 7e saison au club, sort des penaltys contre le grand rival le samedi, se qualifie quasiment tout seul en 1/4 de Ligue des Champions le mardi… Ça n’est pas un nouveau stade qu’auraient dû bâtir les Spurs, c’est une statue de leur gardien.

Aurier (6) : Déjà dans un fauteuil après les difficultés/blessures de Kieran Trippier, Serge s’est mit à l’abri pour la fin de l’année avec un bon match.

Alderweireld (6) : Pas le meilleur belge sur le terrain (comparé à Vertonghen) mais il est un belge en quart de finale (comparé à Witsel). C’est largement suffisant pour faire de Toby un belge heureux.

Sanchez (6) : Pas le plus flamboyant chez le Spurs mais comment ne pas lui donner du crédit pour ne pas avoir plié face aux assauts des hommes du BVB ?

Vertonghen (7) : Grosse prestation offensive à l’aller, grosse prestation défensive au retour, Jan a regardé les yeux dans les yeux ses détracteurs et leur a lâché un délicat « fuck off » teinté d’accent flamand.

Ben Davies (6) : Plus besoin de se demander pourquoi Jadon Sancho a quitté Manchester City et l’Angleterre pour Dortmund et l’Allemagne. Il cherchait à fuir le redoutable gallois Ben Davies. On a comprit pourquoi.

Winks (5) : Ses compagnons de l’infirmerie doivent terriblement le manquer, il s’est empressé de les rejoindre après seulement 50 minutes d’un pas si mauvais match de retour de blessure.

Sissoko (6) : Il aura relié avec ses propres moyens un bloc défensif (très) fourni et des attaquants (très) esseulés. Avec la réussite qu’on lui connaît, c’est lui qui assiste Harry Kane sur le but des visiteurs.

Eriksen (5) : 10 ans que le monde du football attend de voir Christian Eriksen briller au plus haut niveau et performer dans les meilleures conditions. Et bien ça n’est pas ce soir que c’est arrivé, rendez-vous en quart de finale pour une nouvelle tentative.

Son (5) : Il n’a pas su tenir son incroyable rythme du match aller et on ne lui en voudra pas, tant le large score qu’avaient ses coéquipiers avant le coup d’envoi lui est dû.

Kane (7) : Encore une ville à ajouter à la liste des villes dans lesquelles tout le monde déteste Harry Kane. 80000 rêves de remontada brisés en un plat du pied. Cruel de sang-froid.

Crédits photos : John MACDOUGALL / AFP

L'Equipe Ultimo Diez