Arsenal – Stade Rennais : les notes

Les Rennais avaient le droit d’y croire même s’ils savaient que ça allait être difficile. Et malheureusement, ils se sont tués eux-mêmes entre des erreurs et de l’imprécision. L’histoire restera belle pour les Bretons qui vont sans doute prendre goût à ces soirées sur la scène européenne.

Les notes des Gunners

Cech (6) : Petr sauvé par ses potos et ses poteaux.

Maitland-Niles (7) : Buteur, presque passeur décisif. Nom pas facile à prononcer pour Jano Rességuié, mais pourtant à retenir pour l’avenir.

Mustafi (5) : Passé tout proche de la mustafade en tout début de seconde période. Mais heureusement supervisé par son tuteur Koscielny pendant 90 minutes.

Koscielny (7) : Kurt Zouma appelé en équipe de France ? Dommage, Robokos est de retour.

Monreal (6) : La caravane au derrière sur chaque accélération de Sarr, mais Nacho compense par son placement intelligent.

Kolasinac (6) : Ne s’est jamais arrêté de tacler et de courir dans tous les sens.

Xhaka (7) : La niaque bosniaque.

Ramsey (7) : Le meilleur gallois de la planète foot aujourd’hui, n’en déplaise à Gareth Bale.

Özil (5) : Sous pression tout au long du match, ne s’est que trop souvent illustré pour retrouver du crédit aux yeux d’Unai Emery.

Aubameyang (7) : Oui, un doublé, une passe dé et une célébration pour le Wakanda. Mais le tap-in de la 80e, c’est moche Pierre-Emerick.

Lacazette (5) : Il aurait dû être suspendu pour ce match, et a failli se faire expulser pour rétablir la justice bafouée par l’UEFA.

Les notes de Rennes

Koubek (3) : Il nous fait autant de la peine que T. May face aux négociations du Brexit. Non on rigole.

Traoré (3) : Tu peux pas jouer de la sorte et espérer t’en sortir face à une équipe comme celle d’Arsenal.

Da Silva – Mexer (4) : Comme le nombre d’interventions qu’ils ont dû réussir à eux deux. C’est un peu embêtant dans un tel match.

Bensebaini (4) : Il a montré la direction des cages sur le troisième but avec une rare finesse. C’est presque de l’art à ce niveau.

André – Grenier (4) : La doublette du milieu aura été très morose. Et c’est pas vraiment ce dont les rennais avaient besoin ce soir.

Sarr (3) : Il est tellement resté collé à la ligne de touche qu’il doit avoir de la peinture blance de partout.

Ben Arfa (4) : Immense arf. C’est au tour d’Emery de rigoler ce soir.

Bourigeaud (4) : On l’aime quand même le petit prince de la Ligue des talents.

Niang (3) : Il aurait eu le même impact s’il était resté sur le banc si vous voulez notre avis.

Crédit photo: Ian KINGTON / AFP

L'Equipe Ultimo Diez