Pays-Bas – Allemagne : les notes

Des buts, du suspense et à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne ! Menés 0-2 à la pause, les coéquipiers de Memphis Depay étaient parvenus à revenir au score en seconde période. C’était sans compter sur Papa Schulz qui envoya l’Allemagne au 7ème ciel dans les arrêts de jeu. Score final 2-3, et une belle partie pour finir le weekend !

Pays-Bas

J. Cillessen (4) Sur les trois buts qu’il prend, il ne peut malheureusement rien faire. On rappelle tout de même que c’est uniquement en sélection (ou en coupe avec le Barça) qu’il a l’occasion de s’exprimer.

V. van Dijk (6) « Van Dijk a fait du game une dictature pour que les gens attendent une erreur dans un match comme ça pour le tailler » Une erreur effectivement, lui qui a été impérial dans cette défense. Mais oui, Gnabry s’est vengé de ce premier duel.

D. Dumfries (5) Il a mangé son couloir gauche. Autant, en première mi-temps, il a souffert défensivement face aux montées incessantes de Schulz, autant en deuxième, il a été meilleur, à l’image de sa sélection.

D. Blind (3) Beaucoup trop nerveux dès le début du match, il n’a pas eu énormément de choses à faire sur le côté avec Kehrer en face. Offensivement, il n’a que très peu aidé Promes. Et il est fautif sur le but victorieux allemand.

M. de Ligt (6) Fautif sur le premier but en se prenant les pieds dans le tapis face à Sané, il a montré quelques signes de faiblesse. C’est normal, on rappelle qu’il n’a que 19 ans. Et pour se rattraper, il n’a rien trouvé de mieux que de réduire la marque après un centre magnifique de Memphis.

M. de Roon (3) Partout mais nulle part en même temps. Il a été beaucoup trop discret et a surtout remporté aucun de ces duels. Pourtant, il est resté tout le match sur le terrain.

F. de Jong (7) Le vrai régulateur du jeu hollandais. Au four, au moulin, comme à son habitude avec l’Ajax, il a eu aussi ce côté hargneux et défensif qu’on attendait de voir. Et puis, ses tacles sont aussi soyeux que ses passes.

G. Wijnaldum (6) Le match pourrait durer 100 minutes de plus qu’on pense qu’il pourrait courir toujours à la même allure. Impressionnant de combativité, il a fourni des efforts de fou pour combler toutes les brèches. Et pourtant, ça avait mal commencé.

M. Depay (8) Pourquoi ce Depay là n’est pas le même qu’à l’Olympique Lyonnais ? Altruiste, combatif, efficace, passeur décisif et surtout buteur. Le Memphis qu’on aime. Et puis cette célébration… On fleek.

Q. Promes (7) Et si on assistait à la vrai naissance de Quincy Promes ? Éternelle promesse du foot néerlandais, il a enfin montré ce qu’on attendait de lui. Match très propre.

R. Babel (3) Malheureusement, Ryan Babel, entouré de toute cette jeunesse, ce n’est pas ça du tout. On essaye de comprendre pourquoi il a joué autant de temps.

Allemagne

M. Neuer (5) : On dit souvent qu’il faut provoquer la chance ou qu’il faut être toujours bien placé au bon moment. Pour Manuel Neuer, les deux marchent à la perfection. comme à l’époque. Avec Ter Stegen qui pousse derrière, vaut mieux des prestations de ce style là.

M. Ginter (4) On l’attendait beaucoup plus rassurant dans cette défense à 3. Pourtant, c’est celui qui a été le moins en vue. Il faut dire qu’il n’a pas été aidé par Kehrer qui évoluait en piston droit.

A. Rüdiger (4) Passeur décisif (oui) pour le but de Gnabry, il a été top durant la première mi-temps. Énorme trou d’air en deuxième, et ce, pendant 35 minutes, il a tenu la baraque jusqu’au braquage de Schulz.

N. Süle (5) Un roc, un mur, une machine. Tout ça, en première mi-temps. En deuxième mi-temps, tout le contraire. Battu au duel sur la réduction du score de De Ligt et coupable d’avoir mal dégagé sur l’égalisation de Memphis, le défenseur du Bayern n’a pas marqué de points. Mais bon, la chance qu’il a, c’est que Low a envoyé Boateng et Hummels à la retraite;

J. Kimmich (3) Drôle de soirée pour Kimmich. Lui qui a toujours été au rendez-vous dans les gros matchs de l’Allemagne, n’a pas eu le même rendement que d’habitude. Peu de duels gagnés, moins d’agressivité.

T. Kehrer (3) Soirée plus que difficile pour le défenseur du PSG. On va être limpide : les 2 buts viennent de son côté.

L. Goretzka (4) Dans cette position de meneur de jeu, il n’a pas eu cette vista qui aurait permis aux offensifs d’être mis dans de bonnes conditions.

T. Kroos (6) A t-il raté une passe ? Maestro Kroos semble de retour. Du moins avec la Manschaft. Défensivement, comme offensivement, c’est ce Kroos là dont a besoin le football.

N. Schulz (8): Wave after wave, wave after wave I’m slowly drifting. L’homonyme de Robin Schulz (chercher la référence si vous ne l’avez pas), s’est régalé sur le côté gauche. Une passe décisive pour le premier but de Leeroy Sané, une offrande pour Kehrer non convertie et un but dans les derniers instants pour sceller la victoire de l’Allemagne.

S. Gnabry (6) Au début de la première mi-temps, il a eu un duel avec Van Dijk. Le défenseur de Liverpool l’a croqué. Du coup, grosse ambiance sur Twitter. Ses oreilles ont du siffler car une dizaine de minutes plus tard, il est retourné au charbon et a envoyé une bundesfrappe dans la lucarne de Cilessen. Avec une célébration « dans la sauce ». Exquis.

L. Sané (7) On se demande encore pourquoi Joachim Low ne l’a pas pris pour le Mondial Russe. Sur la lignée de sa saison dernière, il se régale (et nous régale accessoirement). Aujourd’hui, il est encore une fois clinique sur sa première occasion

Crédits photos : JOHN THYS / AFP

L'Equipe Ultimo Diez