Voilà déjà quatre saisons que Paulo Dybala est un joueur de la Juventus. Transféré à l’âge de 21 ans depuis Palerme pour un montant de 40 millions d’euros, il a été l’un des joueurs les plus importants des Bianconeri ces dernières années. Très rapidement, grâce à ses dribbles, sa virtuosité et sa combativité, il a conquis le cœur des tifosi du club. Avec 78 buts en club à l’heure où nous parlons, il est tout proche de la moyenne des 20 buts par saison depuis son arrivée chez les bianconeri. De quoi témoigner de l’incroyable régularité du joueur… ou presque. Cette saison, la situation s’est corsée pour l’international argentin.

Depuis l’été 2018, l’ancien palermitain n’a marqué « que » dix buts, ce qui lui vaut les foudres des amateurs de football et même de certains tifosi. Il joue très bas et loin des attaquants, semble moins technique et imaginatif que les saisons précédentes et, surtout, bien moins décisif. Comment se fait-il qu’après trois saisons de très haute facture le joueur se retrouve autant critiqué ? La période des grands titres de journaux sportifs « Le nouveau Messi » ou « Le prochain ballon d’Or » semble bien loin, et l’international argentin a moins la cote qu’avant auprès des amateurs de football. Le joueur se retrouve dans l’ombre médiatique de Cristiano Ronaldo, nouvelle star de l’équipe dont il est – de loin – le meilleur buteur cette saison. Dybala n’est plus le centre d’attention, et s’est énervé à plusieurs reprises après avoir été mis de côté par son entraîneur. Parmi les tifosi qui souhaitent garder leur numéro 10, la plupart rejettent la faute sur le même homme : Massimiliano Allegri. Alors que le cas Dybala soulève beaucoup de questions, nous avons rassemblé plusieurs éléments de réponse.

Massimiliano Allegri, véritable responsable ou tête de turc ?

L’entraîneur italien est sans aucun doute l’homme le plus critiqué par les supporters, rendu responsable de la situation de Dybala. Si l’international argentin a toujours été sous Allegri à la Juventus, il semble lutter cette saison pour trouver sa place dans le XI de départ bianconero. De plus, les deux hommes semblent avoir des relations relativement tendues. Lors du match contre Parme en Serie A en février, Paulo Dybala a montré de sérieux signes d’énervement après avoir été renvoyé sur le banc, et est parti aux vestiaires avant la fin de la rencontre. Allegri s’en est d’abord indigné, puis l’a excusé dans la conférence de presse suivante, assurant qu’il n’y avait aucun problème entre lui et son joueur, faisant même l’éloge de ses prestations. Pourtant, sur la fin de saison, Dybala a été boudé par son entraîneur, notamment en Ligue des Champions. Sa performance contre l’Ajax Amsterdam pourrait également être jugée comme mauvaise, si nous ne connaissons pas les consignes données par Allegri à son joueur. Placé en tant que buteur sur la feuille de match, tout le monde s’attendait à voir l’international argentin à la pointe de l’attaque. Pourtant, c’est tout le contraire qui s’est produit : le joueur était encore très bas et semblait réaliser un match loin des attentes de son entraîneur. Du moins, c’est ce que nous pourrions croire avant la déclaration totalement lunaire d’Allegri en fin de match, dans laquelle il affirme que l’international argentin « s’est montré décisif pour bloquer De Jong et défendre sur lui. » Cette phrase suscite l’incompréhension totale des supporters : pourquoi Dybala, numéro 10 voire buteur de profession, était-il chargé de défendre sur le milieu de terrain adverse ? Allegri est alors accusé de faire jouer Dybala beaucoup trop bas. C’est tristement le cas : Dybala est replacé en tant que milieu relayeur, loin de sa zone favorite, et ce peu importe son placement sur la feuille de match.
Le supporter numéro 1 de la Juventus depuis son départ, Claudio Marchisio, semble s’accorder avec les tifosi. L’icône du club où il est resté pendant 25 ans a été interrogé au sujet de Dybala le 21 mars 2019 dans une interview donnée à Sky Sports : « Dybala a un don inné pour marquer. C’est dommage de le voir si loin du but, car toute la Juventus en bénéficierait. Il a une facilité de tir incroyable. » Difficile de donner tort à Marchisio qui avait déjà parlé de sa confiance en son ami, racontant une anecdote sur la Supercoupe d’Italie perdue 3-2 contre la Lazio en 2017. Il avait prévenu son coéquipier : « Quoiqu’il arrive, reste devant et tu marqueras. Nous nous chargerons du reste. » Résultat ? Un doublé et un penalty provoqué par l’ex-palermitain, bien plus à l’aise lorsqu’il est aux abords de la surface adverse.

Ronaldo – Dybala, bromance paradoxale

C’était le duo attendu en début de saison. Tous les tifosi rêvaient de l’association Dybala – Ronaldo sur le terrain, et le club tournait toute sa communication autour des deux stars de l’équipe. La « bromance » promise est finalement très présente à l’extérieur du terrain et hors des actions de jeu. Si les deux joueurs ont l’air de grandement s’apprécier, ils semblent avoir du mal à combiner ensemble sur le rectangle vert. En effet, Dybala joue bien trop bas et trop loin du côté de Ronaldo pour le trouver sur le terrain. A la place de l’Argentin, c’est Mario Mandzukic qui a rempli l’équivalent du rôle de Benzema, associé à Cristiano Ronaldo au Real Madrid. Les deux se sont beaucoup trouvés et ont grandement contribué à l’excellent démarrage de saison de la Juventus en 2018, avant que Mandzukic ne marque plus aucun but en 2019. Cependant, tout au long de la saison, Dybala assure à plusieurs reprises que la présence de Cristiano l’aide à grandir mentalement et à gagner en maturité. Un tel champion est bénéfique pour n’importe quelle équipe. En conséquence, cette saison, en opposition à la précédente, l’équipe tourne autour de Cristiano Ronaldo et non autour de Paulo Dybala. Difficile d’en vouloir à Allegri sur ce plan-là : nous parlons d’un homme qui a coûté plus de 100 millions d’euros, qui a 30 millions d’euros de salaire, cinq Ligues des Champions, cinq ballons d’Or et plus de 160 millions de followers sur Instagram. Massimiliano Allegri se doit de faire jouer ceux qui font le plus briller Cristiano Ronaldo, et malheureusement le profil de Dybala ne correspond pas au style de jeu du Portugais, habitué à combiner avec des ailiers et à réceptionner les centres de ses coéquipiers.

Crédits photo : Getty

Si nous devions faire un bilan de la situation de Paulo Dybala, nous dirions que l’Italo-argentin est en train de produire une saison en demi-teinte. Bien loin de la saison « désastreuse » que certains médias tentent de vendre, Paulo Dybala s’est trouvé reconverti en milieu relayeur pendant l’énorme majorité de la saison, et a étonnamment plutôt bien rempli son rôle. Toutefois, le joueur a sa part de responsabilité dans cette saison décevante, loin d’être pas exempt de tout reproche. Sa créativité et son inspiration sur le terrain ont grandement baissé, Dybala semblant moins combatif et acharné. Difficile de lui en vouloir : comment peut-on bien jouer si nous ne croyons pas en ce que l’on fait ? Son taux de dribbles et de duels a considérablement baissé, mais en parallèle à cela le joueur réalise, en moyenne, dix passes de plus par match cette saison et, surtout, a augmenté son taux de réussite de 9%. Deux chiffres non négligeables pour comprendre la reconversion du joueur qui ne joue pas à son poste de prédilection. Pavel Nedved, éternel défenseur de Dybala, l’a même félicité sur sa saison en février dernier : « Nous nous accrochons très fort à nos meilleurs joueurs. Il est vrai, Paulo a moins marqué que la saison dernière, mais il joue mieux et je suis très content de ses performances. » La saison prochaine, Aaron Ramsey va rejoindre le club bianconero pour renforcer l’entrejeu timide de la Vieille Dame. Le Gallois pourrait libérer l’international argentin d’un poids – si celui-ci reste chez les Bianconeri – et lui permettre d’être plus offensif en remplissant son rôle actuel.

Pour que Paulo Dybala se libère et puisse jouer correctement dans sa zone de jeu préférée, plusieurs solutions s’offrent à lui. Doit-il quitter la Juventus pour trouver un entraîneur qui lui correspond ? Allegri est-il capable de le faire jouer comme avant grâce à l’arrivée d’Aaron Ramsey ou doit-il quitter le club ? Le futur des deux hommes semble intimement lié. Alors que ce dernier « sera l’entraîneur de la Juventus la saison prochaine » selon Andrea Agnelli, président du club, Fabio Paratici, directeur sportif de la Vieille Dame, a confirmé la présence de Paulo Dybala la saison prochaine dans une interview donnée à Sky Sports : « Paulo Dybala restera à la Juventus. » Deux informations qui nous promettent un feuilleton interminable lors du mercato estival.

Crédit photo : Alessio Morgese / DPPI.