Paris Saint-Germain – Lille : les notes

LA LIGUE 1 EST DE RETOUUUUUR ! Et ça débute sur les chapeaux de roues avec cet alléchant Paris SG – Lille. Un match rapidement plié par des Parisiens appliqués et efficaces. Tellement rapidement plié d’ailleurs qu’on s’est un peu fait chier. Du coup on a cherché l’origine de l’expression « sur les chapeaux de roues ». Si vous aussi ça vous turlupine, voici l’explication ici. De rien. Passons aux notes :

Paris :

Navas (6) : Ses vacances à Paris ont l’air de bien se passer.

Meunier (4) : Il ferait mieux de retourner cuire ses poulets.

T. Silva (8) : Irréprochable, comme souvent.

Kimpembe (5) : Encore une prestation décevante… Juste avant le Real c’est pas rassurant.

Bernat (6) : Qui aurait cru que l’association Bernat-Neymar serait si bandante ?

Marquinhos (6) : Il en a pas marre de pas jouer à son poste ? Parce que nous si.

Draxler (5) : Il est toujours là lui ? Pas inintéressant mais imprécis.

Gueye (6) : Il a rapidement compris que Meunier n’arriverait pas à caler un bon centre de tout le match, donc il a pris les choses en main. On l’en remercie.

Neymar (5) : Il a étrenné sa nouvelle coiffure et fait 2-3 talonnades. Ca suffira pour ce soir.

Di Maria (7) : Etre l’homme incontournable dans cet effectif de cracks, ça vaut bien un 7. Ca serait bien qu’il arrête de ce prendre pour Verratti par contre, parce qu’il va finir par être puni.

Icardi (7) : Il n’a besoin que d’une minuscule faille pour mettre l’adversaire KO. Le Tyson Fury du football.

Lille :

Maignan (5) : Sans doute une erreur de communication sur l’ouverture du score avant un match qui se résume par « sérieux mais abandonné sur le second but ».

Celik (3) : Beaucoup de régularité malgré l’alternance Ligue des champions-championnat…

Djalo (7) : Comme un grand sage l’aurait dit : « PSG ou pas, Neymar, machin-chouette… rien à foutre ».

Fonte (4) : Toujours bien placé, toujours trop lent pour intervenir. Cocasse.

Gabriel (5) : Que faire ? Suivre les appels d’Icardi ou tenter de stopper Di Maria lancé en l’absence d’opposition sur le coté ? Il limite la casse de façon honorable.

Reinildo (3) : Un ballon ? Des lignes dans tous les sens, des consignes bizarres qui parlent « d’alignement » ? Perdu hors des droites pistes d’athlé.

Xeka (3) : A stoppé Draxler dans la quête du titre de champion de France de cache-cache.

Soumaré (6) : Un ballon malheureusement négocié sur le 2e but parisien, mais une activité qui lui fait tenir le milieu lillois presque à lui tout seul.

André (5) : Des grandes courses, des ballons négociés à l’arrache, des tacles et des cris. La bagarre.

Ikoné (5) : Le seul et unique danger pour la défense parisienne en raison du système plein d’ambition de Rud… de Christophe Galtier.

Araujo (3) : Souvent pas pris, car pas vu.

Photo crédits : Iconsport

L'Equipe Ultimo Diez