Angers SCO – Olympique de Marseille : les notes

Qui eût cru que ce vieil Angers – Marseille de milieu de semaine serait en réalité le choc de la journée ? Dans cette affiche inattendue, le SCO n’a pas démérité mais s’est heurté au réalisme marseillais. Score final : 0-2. Les notes :

Angers :

Butelle (6) : 5 buts en 2 matchs, la région PACA n’est pas tendre avec le portier angevin.

Manceau (5) : Soirée compliquée, comme prévu.

Traoré (6) : Toujours concentré, toujours solide, et du coup pas du tout marrant à noter.

Thomas (4) : Romain Thomarf.

Aït Nouri (5) : Intéressant sur les offensives angevines, il a parfois laissé trop d’espace défensivement.

Santamaria (7) : Si vous cherchez la raison pour laquelle Angers est si bien classé, elle s’appelle Santamaria.

Mangani (10) : Pas son meilleur match, mais la rédaction ultimodiez étant actionnaire majoritaire de la société de soutien à Thomas Mangani, on lui mettra quand même 10.

Fulgini (6) : Il pue le football, pour notre plus grand plaisir.

Thioub (6) : Gros match de Sada Thioub. Oui vous avez bien lu. Nous faites pas répéter c’était assez pénible à écrire une fois.

Capelle (5) : Il a marqué un but de la tête en première mi-temps mais Mandanda l’a arrêté.

Alioui (4) : Mobile, impliqué, mais imprécis. Si le SCO n’a pas marqué, c’est en partie à cause de lui.

Marseille :

Mandanda (6) : Il fait l’arrêt énorme qui maintient son équipe à 0-0 avant de lancer un sudoku.

Sakai (6) : Un joli duel face à la pépite Aït-Nouri, des débordements incessants, un penalty provoqué en échange de son épaule. Hiroki Balboa. Remplacé à la mi-temps par Maxime Lopez (5) : qui a défendu.

Caleta-Car (6) : Une des grosses progressions sous les ordres du coach portugais. Qualité-Car.

Kamara (5) : Depuis qu’on l’a vu jouer en 6, on remarque beaucoup plus ses irrégularités quand il est défenseur.

Amavi (6) : De Amavié à « Ah ma vie t’y es trop fort », real quick.

Strootman (5) : Un tank sans les chenilles.

Rongier (7) : Valoche plane en ce moment, et ça donne envie de se mouiller : et s’il pouvait devenir le meilleur milieu de l’OM depuis l’immense Lucho Gonzalez ? Mais pour ça, il faudra finir par raser ce bouc.

Sanson (7) : Le genre de joueur porté par la forme de ses coéquipiers. Abyssal quand l’équipe ne tourne pas, étincelant dans un effectif en pleine bourre. Quand tu es comme ça, on est Morgan de toi.

Sarr (5) : Le moins en vue du secteur offensif. Sakai avait décidé de faire son boulot en même temps.

Payet (8) : En ce moment, une seule erreur d’inattention et le meneur marseillais t’achève. Aucune pitié.

Benedetto (6) : Le charbonneur de l’ombre du dispositif d’André Villas-Boas. Le pressing non-stop, le jeu en appui. Soldat.

Photo crédits : Iconsport

L'Equipe Ultimo Diez