[Ligue 1] Paris SG – Dijon FCO : les notes

Le match du Paris SG, c’est presque le rendez-vous du samedi après-midi. Cette fois, c’est Dijon qui se rendait au Parc des Princes, avec pour ambition de marquer le premier but de son histoire dans ce stade. Il n’en fut rien et le PSG s’impose finalement 3-0.

Les notes des parisiens :

Navas (5) : Ses gants ont plus servi à le protéger du coronavirus qu’à faire des arrêts.

Kehrer (5) : Il a subit quelques assauts de Mendyl et Mavididi, qu’il a plutôt contrôlé.

Kouassi (6) : Une après-midi bien plus tranquille que contre Amiens.

Kimpembe (5) : Très peu de boulot à faire, comme prévu.

Bernat (6) : Son retour dans le 11 est vraiment de bon augure pour le PSG.

Marquinhos (6) : En défense comme au milieu, la force tranquille parisienne.

Gueye (7) : Pas assez de doigts pour compter les ballons qu’il a gratté.

Di Maria (non-noté) : Il remplit l’infirmerie parisienne au bout de 15 min. Remplacé par Draxler (6), oublié par Mbappé en 1ere mi-temps puis par Sarabia en 2ème, avant d’être passeur décisif.

Sarabia (6) : Le meilleur buteur du PSG en 2020, c’est bien lui.

Mbappé (9) : Il a tout fait. Mais même lui n’a pas réussi à faire marquer Cavani… A rien du 10/10.

Cavani (3) : Son jeu collectif est à saluer, mais un 9 qui vendange deux immanquables, c’est moche. Surtout quand Icardi marque sur son premier ballon.

Les notes des dijonnais :

Runarsson (6) : A eu le mérite de flinguer le ratio occasions / but parisien.

Alphonse (3) : C’est quand il a lu le prénom écrit au dos de son maillot que Mbappé a décidé de lui faire vivre l’enfer.

Coulibaly (2) : Introuvable, alors que son équipe aurait bien eu besoin de l’apport d’un défenseur.

Ecuele Manga (5) : Lentement mais presque sûrement.

Aguerd (3) : Eparpillé par Di Maria, soufflé par Draxler.

Mendyl (2) : Dépassé sur les rares montées de Kehrer, inventeur du quadruple contact au moment de contrôler sur l’un de ses seuls ballons touchés dans le camp adverse.

Lautoa (5) : Plus qu’un simple acte de présence.

Ndong (5) : Pour ne pas sombrer dans un tel milieu à deux (!), il fallait en vouloir.

Mavididi (3) : On a pas compris quel devait être son rôle en voyant la feuille de match. Lui non plus.

Balde (3) : Il a eu la première occasion du match. En soi c’est déjà pas mal.

Tavares (3) : Compliqué de ressortir de son match quelque chose de plus marquant que la virgule-petit-pont infligée par ce diable de Kyky.

0

L'Equipe Ultimo Diez