0

Chaque saison de  L1 a le droit à son lot de révélation, des  surdoués comme M’vila (énorme gachis) ou Hazard, en passant aussi  par les feux de pailles de Marvin Martin, Nolan Roux ou encore Kembo Ekoko. Ainsi il faut savoir distinguer la hype d’un joueur qui marche sur l’eau dans un collectif rodé  à celle d’un joueur qui démontre des qualités intrinsèques et un potentiel vraiment au dessus de la moyenne. Sans trop m’avancer, il semble que Nabil Fékir, l’attaquant lyonnais, soit plutôt de la catégorie des joueurs promis à un avenir radieux.

Le meneur de jeu (ou avant centre) lyonnais  en est déjà à 6 buts et 2 passes décisives pour sa première saison en Ligue 1, des statistiques  qu’ont du mal à atteindre les  plus gros cracks de la L1 comme par exemple l’inénarrable, et auteur d’un but au Camp Nou, Javier Pastore (Salam à tous mes Pastorista).  Outre sa fiche statistique intéressante, il convient de s’intéresser à son jeu avant tout, dans un foot de plus en plus  dicté par les statistiques individuelles il ne faut pas oublier l’essence même de ce sport : la graille mon frère. Ou plutôt l’apport dans le jeu et la capacité à déstabiliser les blocs adverses  dans le cas d’un joueur offensif comme « Nabilon ».

Un parcours qui forge  « l’agressivité » de son jeu.

248072_LYON_FEKIR_120914

Intéressons nous  au parcours qui a forgé le caractère de Fekir. Assez souvent mis en avant par la presse, Fékir n’a pas eu le parcours typique d’un joueur au centre de formation. Après avoir joué dans les  nombreux clubs de quartier lyonnais et notamment à Vaulx en Velin (avec Kurt Zouma), Nabil Fékir intègre les  équipes  de préformation de l’Olympique Lyonnais . Il y est bon et fait apprécier sa technique sans  pour autant être au dessus  du lot. Tout petit gabarit et fragile, il vit une saison noire l’année de l’accession en centre de formation. Nabil Fékir n’est pas gardé par l’OL mais ne va pas pour autant perdre espoir. Il décide de repartir jouer au FC Vaulx avec ses potes. Il  surclasse coéquipiers et adversaires et intègre ensuite l’AS Saint Priest où il explose en U19 puis avec la CFA.

A l’issue  de l’épisode Saint-Priest a lieu le tournant de la carrière de Nabil Fékir. A l’instar de beaucoup de joueurs créatifs, petit gabarit et très doué techniquement en France, il aurait pu passer à côté d’une carrière prometteuse. Voir même pire, il aurait pu aller à l’ASSE et subir la post formation de golgoth du club stéphanois et perdre ainsi  toute sa créativité. Néanmoins  malgré l’offre (réelle et supérieur financièrement) de l’ASSE, Nabil Fékir décide de retourner à l’OL. Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas rancunier et que l’OL c’est son club de cœur, Lyon c’est sa ville. Suivi par Gérard Bonneau depuis son départ, Fékir réintègre le centre de formation lyonnais (en même temps que deux autres san-priots : Amos Youga et Nassim Zitouni).  Ce parcours loin d’être simple, semé d’embuches, forge aussi  son jeu ; très agressif.

Le profil technique et la progression bluffante de Nabil.

lacazette-et-fekir-ont-fait-chuter-lorient_139163

Suivant personnellement les équipes de jeunes de l’OL, Fékir m’a rapidement tapé dans l’œil par la qualité de son pied gauche. Très précis, dribbleur et percutant, il semblait, en plus des qualités  du joueur de ballon, avoir un potentiel physique  très intéressant. Il intègre vite la CFA où il monte en grade, ses performances sont de plus en plus impressionnantes et pourtant aucune apparition avec les pros. La saison  dernière, Nabil semble avoir fait le tour de la question en CFA, largement au dessus du lot, il s’ennuie et se morfond. Cela se ressent lorsqu’on suit ses matchs, il est au dessus du lot, il fait les différences mais joue sur courant alternatif, quand il veut. Après quelques  apparitions en début de saison, Fékir ne réapparait plus jusqu’en toute fin de saison où il montre de très belles choses. Donnant quelques regrets aux supporters ayant voulu le voir plus tôt lorsque nous étions obligés d’aligner Steeeeeeeed en position de numéro 10 dans le losange.

Jusqu’où Nabil repoussera les limites de son potentiel ?

joie-de-alexandre-lacazette---nabil-fekir----clinton-njie-24-09-2014-lyon---lorient-7eme-journee-de-ligue-1-20140924205344-4626

Cette saison est celle de l’explosion, dés la préparation Fékir se montre essentiel à l’OL.
Blessé  durant le mois d’Août, les bons résultats et le regain de forme de l’OL coïncide avec son retour. Il démontre une qualité de dribble, percussion et une finesse dans le jeu qui laisse  augurer un beau futur. Son crochet intérieur et ses prises de balle  dos au but sont très difficilement maitrisables  pour les milieux et défenseurs adverses. Ses contrôles  orientés sont toujours bien pensé et même entouré de plusieurs joueurs il arrive toujours à se situer face au jeu pour chercher les combinaisons avec notamment un Lacazette très complice dans le jeu.
Etant moi-même fan du joueur depuis  ses  performances en CFA, je suis  surpris par ce qu’il montre si vite avec tant de maturité. Qu’il s’agisse  de son immense facilité à éliminer ou encore son intégration  sans problème à la dimension physique de notre belle Ligue 1. Il tabasse littéralement les défenseurs adverses  par sa puissance. S’ajoute également un autre domaine qui m’impressionne, son sang froid et sa précision face au but !

Travailleur et discret jusque là, Fékir semble avoir la bonne attitude pour exploiter au maximum son potentiel, il s’agit d’un long chemin. Et si les premières rumeurs footmercatix d’un intérêt d’Arsenal voir même plus loufoque du Real et du Barça ne sont pas à prendre au sérieux pour l’instant, Nabil Fékir s’est surement fait un nom sur les calepins des recruteurs européens et sera surement  à ranger du côté des vrais talents de cette L1 et ainsi s’éloigner de celle des étoiles filante. Jusqu’où Nabil ira ? Seul son pied gauche nous le dira.

Yannis.