0

Matheus Doria est parti au Brésil,  bonne nouvelle pour tout le monde diront certains, petite amertume pour d’autres. On aurait tous aimé voir le talent du capitaine U21 du Brésil, malheureusement, son entraineur voyait en lui  un simple 4ème choix dans sa hiérarchie. La venue de Doria perçue comme un gros coup sur le terrain s’est finalement transformée en imbroglio en coulisse. 

Le cas Doria présente un nombre important de zones d’ombre. Doria avec ses 0 minutes sous le maillot Olympien, est un mystère pour tout les amateurs de L1. On ne connait rien de son niveau, dans ce cas, on demande l’avis de ceux qu’ils l’ont vu en CFA 2 et les avis sont mitigés. Pour les fameux « spécialistes de la CFA », Doria serait en dessous et aurait du mal à faire ses gammes dans l’antichambre du football professionnel. Il serait trop lent, n’assimilerait pas la tactique, gagnerait peu de duels mais de l’autre coté, nous avons l’entraineur de Toulon, Roger Martucci qui le trouve bien au dessus du lot ou un joueur d’Arles Avignon qui le qualifie de très discipliné, quelques manques mais surement le plus fort de tous les défenseur Marseillais de ce qu’il a vu. On se rend compte que parmi les personnes ayant suivi au plus proche Doria, les avis sont divergeants. Avoir un avis tranché sur ces critères là ne peuvent être recevable là ou même les personnes ayant cotoyé Doria n’ont pas un avis défini sur son niveau global.

Arrive ensuite l’avis, le plus important bien sur, celui de l’entraineur, celui d’ « El Loco », le fou. La solution la plus simple serait de dire que Bielsa est Argentin, Doria est Brésilien et qu’ils ne peuvent donc pas cohabiter. Mais la vérité est autre part et bien entendu, compte tenu de la boîte de Pandore qu’est Bielsa, on n’aura jamais la vérité. On peut par contre, avancer certaines thèses qui tiennent la route. Pour justifier les non apparitions de Doria, on avançait que Doria faisait ses gammes en CFA comme si on l’envoyait dans la salle du temps pour exploser en Janvier, cette thèse semblait la plus plausible mais dès fin Décembre, ça sentait le sapin pour Doria. On s’attendait à une titularisation de Doria contre Grenoble en coupe de France, tout semblait être réuni pour voir le grand Matheus avec le maillot de l’OM, un match à son niveau, une petite équipe, un turn-over,  moins de pression, une pelouse de merde, bref un match comme il en a joué durant 6 mois et qui, lui correspondrait logiquement. Doria ne jouera pas la moindre minute. On s’attendait alors à le voir jouer quelques minutes contre Guingamp au Vel, le contexte était parfait pour qu’il grapille des minutes, comme Sparagna, Aloè, Andonian. Il n’en sera rien et c’est même Baba Aloè qui fera une apparition des plus remarquées avec sa passe en retrait ratée. Avec la cascade d’absents pour le match à Nice, l’idéal aurait été la titularisation, enfin, de Doria. Bielsa justifiait les absences de Doria dans le XI type car les joueurs au dessus de lui hiérarchiquement étaient toujours présents. Pour ce fameux match, Fanni, N’koulou, Mendy n’étaient pas présents.

l-om-s-est-il-fait-arnaquer-avec-doria-iconsport_win_041014_08_35,103575

On aurait du voir une charnière Aloé – Doria qui aurait parfaitement correspondu aux dires de Bielsa qui insiste souvent sur la stabilité défensive et la complémentarité des 3, 4 ou 5 « muchachos » qui composent le socle défensif. Là ou Bielsa n’avait qu’à aligner Doria pour compenser le manque et décaler Morel à gauche qui est son poste de prédilection, il décida de bricoler et mettre Dja Djedje à gauche, Lemina à droite, pour garder Morel axe gauche et donc Aloé axe droit. Comment Lemina qui avait fait une très bonne entrée au milieu contre l’EAG finit-il à droite? Sans même poser la question pourquoi Morel n’a pas rejoué arrière gauche juste pour un seul match? Bielsa a préféré avancer qu’il voulait garder un homme d’expérience pour jouer en défense. Le même Bielsa qui a fait confiance, il y a 15 ans, à une défense Gamboa – Pochettino pour gagner le championnat d’Argentine 1990 / 1991. Ces deux là avaient respectivement 20 et 19 ans. Après ce fameux match, toutes les opportunités que pouvait espérer Doria venaient de s’évaporer. Qu’on arrive au point ou Bielsa bricole alors que la solution était devant son nez sur le banc de touche apporte un sentiment de mal-être général. Doria ne serait t’il pas tout simplement nul et Bielsa ferait-il du social avec lui? Ou alors Doria ne correspondrait-il pas à ce que recherche Bielsa chez un défenseur central?

On incrimine beaucoup Doria et son niveau sans pour autant remettre en cause son entraineur, qui bien sur, a un crédit monstrueux auprès des supporters de l’OM. Mais remettre en question la gestion de Bielsa n’est pas puni par la loi donc on peut tous se permettre d’envisager que Marcelo Bielsa s’est peut être trompé malgré le fait que les grands spécialistes du net pensent que ceci est impossible. Le fait de critiquer la gestion d’El Loco, ne remet pas en cause ses qualités, bien au contraire, lui même insiste sur la notion de l’erreur et de l’apprentissage de chaque erreur durant les lendemains de défaites. Capello s’est trompé dans sa gestion avec Beckham, Ferguson s’est trompé dans sa gestion avec Véron, Guardiola s’est trompé dans sa gestion avec Zlatan, van Gaal s’est trompé avec Riquelme, Blanc se trompe avec Pastore, pourtant ça n’a jamais remis en cause leurs qualités d’entraineur (on compare le contexte, on ne compare pas Doria à Veron ou Zlatan pour les illettrés).

doria-bielsa-om-marseille-ligue-1_jockbaud8drl1fhb481kyu8x1

Bielsa a une vision très carrée du niveau de ses joueurs, il analyse ce qu’il voit à l’entrainement, ce que ses adjoints lui rapportent, regarde les matchs en réserve et observe si le joueur va correspondre à telle situation, à tel moment précis et s’il va correspondre à ses attentes pour avaler sa méthode de jeu très cérébrale. Il ne laisse aucune part au hasard, cette manière très complexe, très recherchée de voir le football est aux antipodes de sa vision finale ou si tu ne corresponds pas à ce qu’il recherche, tu ne joueras pas. Bielsa tranche dans le vif du sujet après une longue analyse, et malheureusement, Bielsa est borné, il ne changera pas sa manière de faire. On peut reprocher à Bielsa une mauvaise communication, beaucoup trop ambigue sur le cas Doria, surement énervé par cette obsession au sein des journalistes Marseillais de parler de Doria alors que ces mêmes journalistes « Marseillais » devraient être fiers de voir autant de nouvelles têtes issues du centre de formation, de vrais Marseillais comme on en avait plus vu depuis Nasri. Là ou le bât blesse, c’est qu’on se retrouve avec un joueur de 20 ans qui voit sa réputation réduite à néant car n’ayant pas le niveau de la L1 (le même championnat où jouent tout les week-ends Rémi Gomis, Lamine Sané ou Bakary Koné pour information) alors qu’il serait tout simplement pas en adéquation avec ce qu’espère Bielsa d’un défenseur central gauche dans une défense à 4 ou à 3. Bielsa a juste vécu ce que Cholo Simeone a vécu aussi, c’est lorsque le club veut réaliser une de tes demandes, mais n’aboutit à rien et se retrouve en catastrophe à régler le transfert d’un joueur au poste clé mais qui ne correspond pas à la valeur ajoutée espéré par l’entraineur juste pour ne pas le décevoir.

L’Atlético qui se retrouve à signer Guilavogui et Alderweireld le 31 Aout en catastrophe pour se renforcer à des postes ou il y avait un manque, sauf que ces joueurs n’étaient pas en adéquation avec ce que demande le jeu cérébral de Simeone, et ça sera pareil pour Alessio Cerci qui signe un an plus tard jour pour jour. Ces 3 joueurs ne sont plus au club, ça n’a jamais remis en question leur football, ils n’étaient pas en adéquation et bizarrement, Diego Simeone a déjà remplacé numériquement ces 3 joueurs par des joueurs du club (Gimenez en défense, Saul au milieu et le retour de Torres en attaque). Ces situations semblables sont surement dues au fait que Simeone soit un disciple de Bielsa. Parfois, il arrive que le football de tel ou tel joueur ne soit pas compatible avec un joueur. Mais ça c’est un autre débat. On espère que ce fameux cas pourra ouvrir les yeux de tout le milieu du foot français. Par moments, mieux vaut prendre du recul sur la situation, l’analyser de fond en comble pour s’apercevoir tout simplement, qu’il se peut que le football d’un joueur ne peut être en adéquation avec ce que demande l’entraineur, ça éviterait un baratin inutile et tout le monde, les médias en particulier, en ressortiraient grandis.

Alba.