0

Voici le premier épisode de notre chronique intitulée « Craquage de Cracks », une chronique dans laquelle on se concentrera sur certains cracks adulés un peu partout, souvent à tort.

Le premier crack dont nous allons parler est Sergio Ramos, le défenseur central du Real Madrid. Considéré par certains comme étant le meilleur défenseur du monde notamment en raison de son palmarès très fourni, Sergio Ramos est un très bon client pour cette chronique.

Meilleur défenseur du monde par défaut.

Il semble loin le temps où l’ont pouvait se targuer d’avoir de nombreux grands défenseurs centraux comme Alessandro Nesta, Carles Puyol, Fabio Cannavaro, Lucio, Paulo Maldini où encore Lilian Thuram.  La pénurie de défenseurs centraux de très haut niveau pousse l’opinion collective à aduler, aimer et surcôter des défenseurs qui auraient été au mieux de « bons » défenseurs par le passé. De Vincent Kompany en passant par Laurent Koscielny, le poste de défenseur central est représenté par de faux grands défenseurs qui ont certes des qualités mais surtout de gros défauts. Sergio Ramos est considéré par beaucoup comme le meilleur défenseur central du monde devant un Thiago Silva qui, il faut le dire, n’est pas à un très haut niveau depuis un an.

Sergio+Ramos+Real+Madrid+v+Atletico+de+Madrid+6QpXF5cqtpWl

Meilleur offensivement que défensivement. 

Quels sont les faits d’armes de Sergio Ramos ? Les premières choses qui nous viennent à l’esprit sont ses buts de la tête, ses qualités offensives. Comment ne pas penser à son doublé en demi finale de Ligue des Champions face au Bayern et de son but en finale à la 93ème minute comme aiment nous le rappeler les supporters madrilènes ?  En effet il dispose d’un excellent jeu de tête offensif, il arrive souvent à se démarquer et à gagner ses duels. Il est très dangereux sur coups de pieds arrêtés et est un des atouts numéro un du Real Madrid.

Sur le plan défensif on ne ressent pas la sérénité dont il dispose dans l’autre surface et est souvent dépassé lorsqu’il rencontre de grands attaquants, comme face à Lewandowski en demi finale de Ligue des Champions 2012-2013. Il avait été surclassé par le polonais qui avait réussi ce jour la un quadruplé face au « meilleur défenseur du monde » qui avait été plus que ridicule ce soir là. On peut aussi parler de son match face aux Pays-Bas de Robben au Bresil, et notamment de cette fameuse action où il se fait littéralement déposer par le néerlandais à la course. Cette action qui nous avait permis d’assister à  l’un des moments forts de la Coupe du monde 2014.

« Il va venir lui faire l’amour sans préliminaires et lui laisser la carte de visite ! » Omar da Fonseca à propos de Robben sur Sergio Ramos

Manque de concentration. 

Sergio Ramos est capable de sortir de bons matchs et de tout gâcher à causes de ses sauts de concentration vu qu’il est  capable à tout moment de faire une grosse erreur de marquage et de laisser son attaquant marquer. Pour un défenseur central censé être la référence mondiale c’est très embêtant, surtout au plus haut niveau où une petite erreur peut avoir de très lourdes conséquences. En atteste son pénalty manqué en demi-finale de Ligue des Champions  face au Bayern Munich en 2012, qui élimine le Real Madrid et qui a  bien fait rire la planète football. De plus Sergio Ramos a un sérieux problème d’intelligence de jeu qui se traduit entre autres par des fautes évitables et des mauvais choix.

1265869-27309006-1600-900

Comportement, mauvais perdant et cartons. 

Doit-on vraiment parler de son comportement sur le terrain ? Sergio Ramos est un joueur qui n’hésite pas à mettre des mauvais coups à ses adversaires comme, encore une fois, lors de son duel face à Lewandowski.  Après avoir été  surclassé par le polonais à l’aller, il avait décidé de ne plus lâcher « Lewy » au match retour. Coups de coudes, tirages de maillot et provocations en tout genre pour essayer de l’arrêter.  Son comportement avec les arbitres laisse lui aussi à désirer, d’autant plus que Sergio Ramos détient un record : celui du plus grand nombre de cartons rouges obtenu par un joueur du Real Madrid : 19 cartons rouges. Concernant les cartons jaunes il en a écopé de 183 en carrière, rien que ça. Cela prouve aussi qu’il est tout sauf le défenseur propre et appliqué que l’on nous vend un peu partout. Il s’agit au contraire d’un défenseur qui fait beaucoup de fautes, prend énormément de cartons et qui a un comportement souvent à la limite de l’acceptable.

Sergio Ramos est très certainement un bon défenseur avec des qualités certaines, athlétiques, dans la relance ou encore au niveau technique. Il fait sans aucun doute partie des bons défenseurs de l’ère actuelle mais n’aurait probablement pas été élevé au rang de « crack » quelques années auparavant. Ceci dit, quelques soient les arguments avancés on m’opposera inlassablement cette fatale 93ème minute du 24 mai dernier au Estádio da Luz. Donc à quoi bon ?

Catégories ChroniquesÉtiquettes , , , ,

  1. Bonjour,

    Je suis tombé sur cette article totalement par hasard, et il faut reconnaître que le point de vue adopté me laisse dubitatif.

    Des arguments très contestables :
    – Le match aller contre le BvB, Ramos a joué arrière droit et n’a eu quasiment aucun duel face à Lewandowski, qui a maltraité PEPE et Varane.
    Pour le match retour, Ramos a retrouvé sa place dans l’axe et a resserré les boulons face à l’attaquant polonais qui était dans la forme de sa vie. Au final, 0 but encaissé et il marque même le but de l’espoir en 2nde période.

    – Ensuite le but de Robben, il y avait déjà combien quand c’est arrivé (sachant qu’en + le néerlandais a battu un record de vitesse sur ce sprint)? Il a totalement manqué sa CdM (pas vraiment aidé par Piqué) comme toute l’équipe, rien à redire là-dessus. Iniesta a été transparent, mais on va pas remettre son statut de crack en question non?

    – La question des cartons : c’est vrai qu’il en prend pas mal, c’est un défenseur rugueux et les cartons reçus sont souvent pris pour excès d’engagement ou pour annihiler une occasion de l’adversaire les rares fois où il est dépassé. Et on ne va pas se mentir, la Liga est à mon sens le championnat le plus sévère en Europe, en Premier League ou en Bundesliga il en aurait pris certainement moitié moins et encore.. Les rouges c’est autre chose, des coups de sang qui n’ont pas de rapport avec le jeu en soi, sachant que de mémoire ils n’a jamais vraiment mis l’équipe en danger plus que ça. Et puis bon, si l’on parle des meilleurs défenseurs du passé, la plupart n’était pas très tendre non plus.

    Parlons un peu de ce qui fait de lui un crack :

    A 17 ans il débute en Liga avec Séville, rejoins le Real galactique à 19 ans et s’impose de suite.
    Réalise des prestations très bonnes au poste d’arrière droit en club et en sélection avec l’Euro 2008 à la clé dont il est élu meilleur latéral et même chose en Cdm où il termine avec les meilleurs stats avec très peu de duels perdus.
    En 2012, il est repositionné dans l’axe et réalise à mon sens sa meilleure saison (même si tout le monde se souviens que du fameux tir au but) et enchaîne en survolant l’Euro 2012.
    La suite est connue.

    Pour moi ce qui le différencie des autres (Silva, Kompany, Hummels…), c’est le fait qu’il est au 1er plan depuis maintenant bientôt 10 ans avec une certaine régularité, on l’a vu se mesurer aux meilleurs sans se démonter même à 20 ans. De plus, c’est un vrai leader reconnu de tous (Maldini, Cannavaro, et Hierro en tête), qui va certainement battre les records en nombre de sélections (124) vu son jeune âge.

    Si l’on parle du terrain, physiquement monstrueux, pareillement au duel, qui a toujours le soucis de relancer proprement avec une technique au-dessus de la moyenne pour un défenseur et en bonus : il met des buts importants.
    Et justement je comprends d’une certaine manière le fait que l’article veuille prendre le contre pied de ce phénomène crée autour de lui et de ces buts en LDC. Parce que pour tous les fans de Liga, Ramos ce n’est surtout pas le buteur, mais le machine de guerre qui défend corps et âme le camp merengue (le plus exigeant du monde et qui attendait son leader défensif depuis un petit moment).

    Le point intéressant avec lequel je suis d’accord -alléluia-, ce sont les fautes de concentration. Et j’ai remarqué une chose, Ramos démarre toutes ces saisons sans être flamboyant et change de visage toutes les 2ème parties, avec les grosses échéances. Et si je ne me trompe pas, on reconnait les meilleurs pendant les grands RDV, et je pense qu’à ce niveau là, il n’a plus rien à prouvé, ni face à Puyol, Vidic, Lucio et encore moins Samuel. C’est la théorie du « c’était mieux avant » qui vous fait dire ça.
    Tous les grands défenseurs sont déjà passés au travers, même Nesta, mais à la fin on retient ce qui a été accompli, et Sergio est plutôt pas mal.

  2. Mouais on sent quand même que t’aimes pas des masses Ramos, et c’est justement un peu trop visible dans ce papier là. Des exemples pleins de mauvaise foi (comme l’exemple du match aller à Dortmund où il a joué arrière-droit). Pendant l’année 2012 c’est le meilleur défenseur du monde et de très loin honnêtement, il survole l’année autant que son péno a survolé Madrid, l’unique point noir de cette saison pour lui.
    En termes de qualités intrinsèques il est pour moi le meilleur défenseur du monde MAIS et je dis bien MAIS ses problèmes de concentration (comme tu l’as très justement souligné) bousillent TOUTES mais absolument TOUTES ses qualités, c’est ultra rageant.

Laisser un commentaire