0

Les clubs de Barclays Premier League doivent-ils quitter l’Europe ?

Que les choses soient claires, ce plaidoyer n’a aucune vocation politique. Je ne me prononce pas ici sur la question que monsieur le Premier Ministre, David Cameron s’apprête à poser aux britanniques en 2015 quant au futur du Royaume-Uni dans l’Union Européenne. Non, ce billet d’humeur ne concerne, et c’est déjà beaucoup, que le football britannique sur la scène européenne. Je n’ai pas non plus la prétention d’analyser tactiquement les échecs du royaume de Sa Majesté sur la scène européenne. Mais les dernières échéances lors des différentes compétitions européennes ont en effet, fait éclater un constat que beaucoup dressent depuis un paquet d’années : messieurs les anglais, il est temps de se dire au revoir.

 Il y a des relations qui ne sont pas faites pour marcher. Cette vérité générale n’échappe en rien au football, qui regorge d’histoires d’amour qui finissent dans la haine.

Peut-être qu’il est temps de mettre fin à une histoire qui, si elle a bien nourri les livres d’histoire (et ce pour l’éternité), a surtout mal commencé, a vécu des crises innommables et finira mal si vous, messieurs de la Football Association et de la Premier League, suivez mon conseil et fermez définitivement ce tunnel sous la Manche du football que sont les coupes d’Europe.

 Messieurs les britanniques, vous aimez à rappeler à qui veut l’entendre, que votre île n’a pas été envahie depuis l’an 1066 et l’arrivée de Guillaume le conquérant. Ce n’est pas le football continental, que vous considérez comme une variante amusante de la discipline que vous pratiquez tous les week-ends, qui irait finir cette longue invincibilité? Bien sûr que non. C’est votre état d’esprit depuis que l’Angleterre a rejoint la FIFA en 1905, et depuis que les clubs anglais participent aux coupes d’Europe, vers la fin des années 50. Une histoire qui a commencé dans la douleur, quand on sait que lors de la fondation de la « coupe d’Europe interclubs » en 1955 (qui a vite laissé place à la coupe d’Europe des clubs champions), Chelsea avait été contre sa volonté, interdit de participer à la compétition par la FA…

La haine et la douleur, vous l’avez connue, avec le crash de l’avion des Busby Babes, avec le drame du Heysel, l’interdiction de cinq ans de coupe d’Europe, tout comme vous avez connu la joie et le triomphe où entre les années 1977-1982 le gagnant a chaque fois été originaire de l’île (Liverpool en 1977, 1978, 1981, avec Nottingham Forest en 1979 et 1980 puis Aston Villa en 1982), ou encore des finales de légendes comme seules les équipes britanniques peuvent nous en offrir (Manchester 1999, Liverpool 2005).

Les temps on l’air d’avoir bien changé depuis ces épopées. L’atmosphère s’est largement grisée.  Les résultats chutent inexorablement, illustrée par l’incapacité du projet de Manchester City à passer un palier face aux ogres européens. Seulement, au vu de la réputation planétaire de la Premier League connue pour être le meilleur championnat au monde, on pourrait s’imaginer que vos piètres résultats dans la plus grande des compétitions de clubs depuis plusieurs années maintenant s’apparenteraient à une attitude de snob ?

Il n’en est rien.

On ne pourrait imaginer que l’argument récurrent à votre propos, voulant que la Premier League soit la compétition phare outre-manche au point de lui donner la priorité sur la Champions League, justifie vos pauvres performances lorsque les grands matches arrivent.

Si en effet la Premier League est la compétition de référence pour les britanniques, tant au niveau du prestige et de la manne financière qu’elle représente (aujourd’hui il est plus lucratif de se maintenir en votre chère Premier League que de se qualifier pour le dernier carré de C1…), cela ne veut pas dire que vous négligez ces compétitions. Non, vous êtes simplement plus faibles que les équipes des autres championnats.

Les prétendants au titre anglais sont bien inférieurs aux prétendants au titre espagnol ou au prétendant au titre allemand. Cela se sent à chaque confrontation directe avec ces clubs sur la scène européenne. Pourtant, le plus haut échelon du football anglais ne cesse d’attirer les meilleurs joueurs du monde, ne cesse de faire exploser ses droits TV, ainsi que d’accentuer sa réputation de football le plus spectaculaire et le plus attrayant pour les fans de football la plupart des pays du globe, bien au delà de l’Europe.

 Quant à votre sélection nationale elle n’a jamais su briller ailleurs que dans « sa » coupe du monde 1966. Echecs et déceptions, retards tactiques moyenâgeux s’ensuivent inlassablement depuis, en championnats d’Europe tant qu’en Coupe du Monde.

 Il est temps de prendre votre courage à deux mains messieurs les anglais. Mettez fin à ce simulacre d’union avec le football continental qui n’a que trop duré. Pour préserver le caractère unique de votre championnat, mais aussi pour que le football continental reste un football où toutes les équipes tirent dans le même sens et considèrent que la Ligue des Champions est la reine des compétitions.

Ne pleurez pas, messieurs les anglais. Il y aura toujours l’Eurostar pour nous unir, pour le meilleur et pour le pire.