0

Considéré jusqu’il il y a peu comme l’un des meilleurs attaquants du monde, Radamel Falcao peine aujourd’hui à retrouver son niveau et inquiète bon nombre d’observateurs. Des choix de carrière discutables, sa gestion par Jorge Mendes, un niveau insuffisant pour un joueur de ce statut constituent autant de points à aborder pour parler de la « déchéance »  du colombien.

Choix de carrière

Radamel_falcao

Depuis qu’il a quitté Porto, l’attaquant colombien enchaîne les choix de carrière incompréhensibles. Convoité par les plus grands clubs européens tous impressionnés par sa campagne d’Europa League 2011 avec le club portugais, il finit par signer à l’Atletico Madrid, un transfert rocambolesque dont on ne connait toujours pas à l’heure actuelle les modalités. La société Doyen Sport (Fond d’investissements détenant des parts de joueurs)  en étroite collaboration avec Jorge Mendes, l’agent de Radamel Falcao, s’est occupée de ce transfert. Outre cette polémique c’est le choix sportif du joueur qui est contesté. En effet de nombreux clubs plus huppés au moment du transfert étaient intéressés (comme le Real Madrid) mais il a choisit l’autre club de la ville. On peut aussi noter le fait qu’il décide de quitter Porto l’année où cette équipe signe son retour en Ligue des Champions.

Après l’Espagne il décide de s’engager à Monaco et là encore le choix est contestable d’un point de vue sportif. Il rejoint un championnat moins huppé, un club qui n’est pas au meilleur de sa forme alors qu’il est encore une fois convoité par de grands clubs. Concernant ce transfert là on peut se demander si la réelle motivation du joueur en s’engageant à l’AS Monaco n’était pas de faire un an sur le rocher avant de s’engager avec le Real Madrid l’année suivante. Une théorie qui pourrait s’avérer juste quand on voit qu’il décide de s’engager (sous forme de prêt) avec Manchester United dans les dernières heures du mercato estival suivant. Cette dernière décision laisse aussi quelques peu à désirer, non pas que que Manchester United ne soit pas un grand club, mais parce que sur le plan sportif le club n’est pas dans la meilleure période de son histoire. Encore une fois, en quittant Monaco, dauphin du PSG en championnat il décide de rejoindre un club qui ne joue pas la Ligue Des Champions. Une compétition que le colombien semble fuir puisqu’il ne l’a jouée qu’une seule fois lors de la saison 2009-2010 avec Porto. Ce manque de références au niveau de matchs à haut niveau est un des points noirs de sa carrière et l’un des points mis en avant par ses détracteurs.

Tout ceci nous laisse à penser que le joueur fait passer ses intérêts économiques avant ses intérêts sportifs et que son agent Jorge Mendes  n’est sans doute pas étranger aux tentatives de réaliser les meilleures opérations financières possibles.

El Tigre, un attaquant complet

img-ce-qui-est-pratique-avec-falcao-c-est-que-l-on-peut-reprendre-les-photos-de-l-an-dernier-1336598281_620_400_crop_articles-156695-620x317

Les qualités de Radamel Falcao sont nombreuses et on ne peut pas le réduire à un simple renard des surfaces. C’est un attaquant complet, capable de jouer dos au but avec une excellente protection de balle et une bonne utilisation du corps.  Sur le plan physique il tient bien sur ses jambes, est bien gainé et est capable de résister aux marquages très serrés des défenseurs.  Techniquement il n’est pas embêté avec le ballon et joue très juste. Sa lucidité devant le but et donc sa finition sont très bonnes, il n’a pas besoin de plusieurs occasions pour faire trembler les filets adverses. Son jeu de tête était impressionnant tout comme sa qualité de frappe : frappe enroulée, en finesse, en force, balle piquée il maîtrise toutes les techniques. C’est un animal en liberté, un tigre plein d’envie, de puissance et de rage dans son jeu avec un seul objectif : marquer.

Tant de qualités que l’attaquant colombien a pu mettre en exergue durant ses passages à Porto et à l’Atletico notamment en Europa League en finissant deux ans de suite meilleur buteur de la compétition (Il détient le record de but de la compétition avec 17 réalisations). Mais aussi lors de son passage en Espagne où il était le seul à tenir tête aux deux géants Ronaldo et Messi.

Les raisons de la déchéance

Radamel-Falcao_pics_390 (1)

Aujourd’hui El Tigre n’est plus, il n’est qu’un lointain souvenir. Seules les nombreuses compilations de ses meilleurs buts et actions nous permettent de nous remémorer à quel point cet attaquant était exceptionnel et nous laissent un gout d’inachevé à la vue de la carrière qu’il réalise finalement.  La bête est endormie, la bête est blessée au point de devoir jouer avec les U21 de Manchester United à la demande de son entraineur. Si l’on devait reprendre une phrase d’un célèbre entraineur portugais, on dirait qu’El Tigre est devenu « un gato ». Mais quelles sont les raisons de cette méforme ?

On ne peut omettre le fait qu’il se soit gravement blessé au genou (rupture des ligaments croisés, Ertek on aura ta peau) à 6 mois de la Coupe du Monde une compétition qui comptait énormément pour lui et son pays. Elle comptait tellement qu’il s’est soigné très rapidement, sans doute trop rapidement pour une blessure d’une telle envergure. Une convalescence trop courte, une précipitation pour retrouver les terrains et participer à la coupe du monde à l’instar d’un Arturo Vidal. Rappelons qu’il a participé au dernier rassemblement de sa sélection avant la liste des 23 finale.  Les qualités que je vous ai présentées plus haut sont aujourd’hui moins visibles chez l’attaquant, physiquement il semble souffrir face aux défenseurs de Premier League. Il ne pèse plus sur les défenses, ne fait plus la différence par ses appels tranchants et ses contrôles. Sa qualité technique semble elle aussi s’être évaporée depuis qu’il joue de l’autre coté de la Manche. Son sens du but est lui toujours présent mais le physique ne semble plus tenir.

Son arrivée plus que tardive à Manchester ne l’a pas aidé à s’adapter correctement ni au jeu de son équipe ni au championnat qu’il a décidé de rejoindre. Il arrive dans une équipe qui est loin de bien tourner et un entraineur qui se cherche encore en changeant de composition à toutes les rencontres. Cette instabilité tactique et dans le choix des joueurs pose aussi un problème au niveau des automatismes qui sont donc plus difficile à trouver.

En tant que fan du joueur de la première heure, il est difficile pour moi d’admettre qu’il ne retrouvera sans doute jamais le très haut niveau qui était le sien par le passé. Je m’en vais de ce pas me mettre une de ses compilations et essayer de me rassurer en me disant qu’El Tigre n’est pas mort… Il est juste endormi.