0

Loin du strass et des paillettes, la Sampdoria réalise actuellement sa meilleure saison depuis celle de 2009/2010 et cette fantastique 4ème place qualificative pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Avec seulement 5 défaites cette saison, les Doriani se sont fait une réputation d’équipe chiante à jouer, difficile à manoeuvrer mais surtout très efficace. L’arrivée de Sinisa Mihajlovic n’y est pas étrangère, bien évidemment.

Les derniers seront les premiers

Capture d’écran 2015-04-12 à 19.54.58

Lorsque Sinisa revient au Marassi, cette fois, en tant que coach, la Samp’ est 18ème et le spectre d’une future relégation comme en 2011 hante les coéquipiers d’Angelo Palombo. En remettant de l’ordre et de la rigueur chez les Blucerchiati, la Sampdoria finit à une honorable 12ème place devant le Genoa et signe en prime une victoire lors du plus beau derby du monde. Avec la bandiera Palombo, Eder, De Silvestri ou Pedro Obiang, le Serbe peut s’appuyer sur un noyau dur de qualité, renforcé par les arrivées lors du mercato d’hiver de Stefano Okaka ou Maxi Lopez entre autres.
Mihajlovic prolongé, on repart de plus belle. Arrivederci Da Costa, Maxi Lopez, Mustafi, Sansone et benvenuti a Bergessio, Duncan, Mesbah, Viviano, Romagnoli. Un effectif homogène pour un entraineur capable de donner sa chance à n’importe quel joueur selon ce qu’il montre à l’entrainement. Le début de saison de la Samp’ est stupéfiant. Une seule défaite en 18 matchs, un match nul au Juventus Stadium, un trio Eder-Gabbiadini-Okaka injouable, tant de facteurs qui font des protégés de Massimo Ferrero, les trouble fêtes de cette première partie de saison. Jusqu’ici tout va bien, puis arrive le mercato d’hiver.

Un départ et premier virage pour le projet

1 Décembre 2014, la Sampdoria accueille le Napoli, Eder ouvre le score à la 53 ème avant de se faire égaliser par Duvan « Supersub » Zapata à la 91 ème, mais le score n’est pas le plus important, l’absence de Gabbiadini est dans l’esprit de tous les tifosi doriani. Manolo était t-il blessé? Manolo était t-il écarté? Ou bien Manolo est t-il victime d’un accord commun entre la Sampdoria et le Napoli concernant son cas? Dans tout les cas, un mois plus tard, Gabbiadini signait à Naples en échange de 13.5 millions d’euros. Ce départ de l’international Italien est une grosse perte pour Mihajlovic mais aussi un défi à relever pour tout le staff. Comment le remplacer ? Plutôt que faire du poste pour poste, le staff ne pouvant retrouver un tel joueur de ce calibre, Ferrero (avec l’aide de Ariedo Braida), décide de renforcer l’équipe dans plusieurs secteurs. Mihajlovic voit arriver Acquah, Munoz, il s’attache aussi les services des cracks Joaquin Correa et de l’Interista Bonazzoli (avant de le prêter à l’Inter, comme si l’Inter était devenu un simple club filiale) mais surtout ceux de Luis Muriel et de Eto’o.
Malgré des difficultés durant le mois de janvier, le club de Gênes est reparti de plus belle avec en prime, une victoire à l’Olimpico face à la Roma d’Il Grande Rudi et une victoire contre l’Inter au Luigi Ferraris. Une victoire à San Siro face au Milan ce dimanche permettrait aux coéquipiers d’Eder de se placer seuls 4ème à 6 points de la Roma. Gagner à San Siro est impératif pour aller au bout de ce fameux rêve dont Ferrero rêve en permanence depuis son arrivée. Faire de la Samp’, un des plus beaux clubs au monde.

Au bout de mes rêves

Capture d’écran 2015-04-12 à 19.54.37

« La première fois que j’ai vu le président Ferrero à Londres, je ne croyais vraiment pas que c’était le président de la Sampdoria parce qu’il n’arrêtait pas de faire des blagues. Mais d’un autre côté, il avait ce rêve, et moi j’ai toujours rêvé. Je suis venu à la Samp pour rêver avec lui. » Lors de son arrivée, Eto’o était clair, il voulait faire parti du rêve du président Ferrero. Avec l’arrivée du Roi Eto’o, Fererro voit en lui la tête de gondole de son projet incroyable, le contrat de 3 ans et demi en est la confirmation. Il Pazzo Ferrero voit l’avenir en grand. En plus d’avoir le plus beau maillot, le président veut maintenant que la Sampdoria ait le plus beau stade du monde « Je veux le plus beau stade du monde à Gênes, directement sur l’eau. Avec les yachts qui s’amarrent en bas des gradins », rien que ça disait t’il. En attendant ce stade, la Sampdoria commence à se faire un nom sur le marché des transferts en Italie. Réussir à faire signer Luis Muriel, Duncan, Acquah, Bonazzoli, Eto’o en si peu de temps montre le virage qu’est entrain de prendre la Sampdoria. Un projet cohérent avec des jeunes joueurs de Serie A de qualité encadrés par quelques joueurs d’expériences, l’équipe pourrait d’ici un an être redoutable. Attention, tout de même, à ne pas griller les étapes, à trop en vouloir tout et tout d’suite. Ferrero devra gérer l’après Mihajlovic et cette fois, sans Braida parti du coté du Barça. Le projet Samp’ n’est qu’un foetus mais il risque de grandir très vite, et se concrétiser en quelque chose de grand d’ici quelque années.

Alba