1

Demain soir, 21 heures, Barcelonais et Juventini se déclareront la guerre pour prendre possession du trône européen de la Ligue des Champions que le Real Madrid n’aura pas pu conserver. Alors avant cette échéance qui attise la curiosité de toute la planète football, ou football circus pour les intimes, Ultimo Diez est allé à la rencontre de la crème des supporters des deux clubs sur le réseau social à l’oiseau bleu (Twitter, toujours pour les intimes). Alors asseyez-vous, et savourez la montée en tension des deux équipes juste avant de passer aux hostilités du terrain ! Vous pouvez aussi lire l’interview du côté Juventini en cliquant ici.

Nos invités de lumière du jour :

Lamia (@LigaLam) : La plus belle raison de supporter le Barça samedi.

Renaud (@Renaud_FCB) : Suivi ou haï, il n’en reste pas moins l’un des plus fidèles supporters de la communauté Barcelonaise sur Twitter.

Mezkal (@Mezkkal) : Déjà membre de l’équipe Ultimo Diez, il traînait par là entre deux vidéos alors on lui a posé quelques questions.

Ultimo Diez : On va commencer par les questions indiscrètes : toi et le Barça, comment vous vous êtes rencontrés ?

Lamia : Le Barça et moi c’est depuis mes 6 ans donc vers le début des années 2000. L’un de mes oncles m’a offert un jour un maillot du stade floqué Guardiola que j’ai trouvé très beau et était émerveillée devant. Le déclic a commencé là. A l’époque avec le décodeur il y avait Barça TV sur TPS donc ça tournait en boucle, je comprenais rien en espagnol mais j’aimais bien regarder les reportages, les extraits de matchs, tout. C’était visuel avant tout. Pour l’anecdote je restait trop souvent devant la télé à regarder cette chaine et ma mère en avait marre et de peur que je devienne aveugle elle cachait la télécommande ce qui ne m’empêchait pas de la trouver et regarder quand elle était au travail. La relation est devenue grandissante au fil des années quand je commençait à comprendre le foot, à y jouer avec mes cousins et c’est aussi à cette époque que j’ai commencé à suivre la sélection espagnole également..

Renaud : Au stade vers mes cinq ou six ans, avec mon père étant un grand fan du club et depuis cette passion ne m’a jamais quitté.

Mezkal : À la Masia, puis mon genou s’est imposé comme motif de rupture quelques semaines avant ma signature en professionnel.

Hum, ouais bon, la rencontre s’est faite en partie de par mes origines. Sóc català. Mais la vraie rencontre ne s’est pas faite seulement par les origines. Attends, je vais bientôt te raconter.

U10 : Celui qui a le plus fait chavirer ton coeur dans ce club, qui a fait passer votre relation au niveau supérieur, c’est quoi son petit nom ?

L : Dans ce club celui qui m’avait marqué très tôt c’était l’homme à la touffe, Puyol. Puis bien-sur Ronaldinho, Belletti, Xavi, Eto’o Messi et notamment Valdes car mon rêve de gosse c’était d’être gardien de but (lol). C’est aussi pourquoi aujourd’hui je défend beaucoup ce poste lors de débats footballistiques.

R : J’étais fan absolu de Ronaldo fenomeno, mais je suis réellement tombé amoureux de Ronaldinho, la magie qu’il a amené au football en si peu de temps reste inégalable. Puis ce 19 novembre 2005 acclamé par le Bernabeu je n’avais jamais rien vu de tel… inoubliable, un grand moment de football.

M : Gaucho. Ronaldinho de son nom. Elle est là la vraie rencontre, il est là l’intermédiaire entre moi et le club. Il m’a fait une passe décisive, dont il a le secret, pour le club. Le premier joueur que j’ai aimé d’amour, qui m’a amené dans le club que j’aime d’amour.

U10 : C’est quoi le moment le plus marquant de votre relation ? Celui où tu as compris que c’était ton club pour la vie ?

L : Le moment le plus marquant de notre relation ? On peut dire les victoires mais avant les grandes victoires on est passé par de gros moments de crises à l’époque Rijkaard.. Donc si je dois choisir un moment marquant c’est bel et bien 2006. Voir la première fois mon équipe soulever une Ligue des champions c’était magique. J’étais en 4ème à cette époque, un ami gunner avait parié avec moi et j’avais remporté 4 kg de bonbons et je lui ai apporté 6 grosses boites de mouchoirs. Sinon bien sûr les meilleurs moments restent au stade.

R : Ça remonte à Juin 2001, je m’en rappellerais toujours, c’était quand Rivaldo plante un retourné acrobatique à la dernière minute donnant la qualification en Ligue des Champions, c’était l’émerveillement avec les yeux qui brillent les premiers frissons, c’est là que tu sais que c’est la bonne.

M : Le jour où j’ai rencontré cette somptueuse créature : @Opheliebba.

La concurrence dira qu’elle est la femme d’un autre. Je dirais : « Mdr. Les Hommes n’ont

pas Besoin de Jacter, les Actes parlent pour Eux. ». Mais passons.

Quand j’ai vu ce que mon club de cœur pouvait apporter dans ma vie, une telle beauté divine, j’ai su que c’était pour la vie avec lui.

Sinon, la Ligue des Champions 2006 me semble être une plutôt bonne réponse aussi.

U10 : Vu comme les choses se dessinent, il paraît peu probable de te voir sur le terrain le soir du 6 juin, mais dans ce cas où seras-tu pendant la finale ?

L : Peu probable ? Je fais donc partie des minorités car je serais bel et bien présente le 6 juin au stade Olympique de Berlin voir mon équipe soulever qui sait la Quinta sous mes yeux ! C’est un rêve de gosse encore une fois et ça me permettrai de voir Xavi une dernière fois pour marquer la fin d’une époque en quelques sortes. Je suis très reconnaissante envers les cadres du club, et pas que.

R : Probablement dans un bar avec les potes, mais si il y a victoire au bout, la suite ne sera pas assez Charlie pour être racontée.

M : Comme je le disais, mon genou ne le permettra pas, et ce n’est certainement pas compatissant de votre part de me rappeler ma tragique trajectoire footballistique à deux reprises.

Mais je passerais un coup de fil à Rafinha, Rafifi comme j’aime bien l’appeler, quelques heures avant la finale. Un de mes meilleurs potes de mon époque Masia. Et même si je ne serais pas là physiquement, sur le terrain, il saura, et les autres aussi, que je serais présent de toute mon âme et mon coeur, et derrière eux jusqu’au bout.

U10 : Le Barça va se frotter à deux des adversaires les plus coriaces d’Europe : Tevez et RIGORE PER LA JUVENTUS, mais lequel des deux est le plus effrayant ?

L : Ni l’un ni l’autre, à l’heure actuelle le type qui me fait le plus peur et je n’aurais jamais cru le dire un jour, c’est bien Morata.

R : Carlitos fait probablement l’une de ses meilleurs saison mais j’ai confiance en El Jefecito pour le museler donc je dirais RIGORE PER LA JUVE.

M : Pirlo.

U10 : En 2012, la planète football a découvert Jordi Alba. En 2015, la même planète football a découvert que Jordi Alba était une catin, vous vous attendiez quand même à un autre type de progression ?

L : Et ce n’est pas fini car il vient de prolonger jusqu’en 2020 donc la planète football continuera à supporter la mobylette autant d’années que possible. Alba a sa place de titulaire indiscutable et occupe parfaitement son poste donc concernant sa progression, il n’y a rien à ajouter.

R : Etant l’un des meilleurs à son poste la progression me va même si c’est vrai que ces 2 dernières saisons il est pénible quand il en rajoute pour rien, mais il a du vice et c’est une qualité.

M : Le problème avec Jordi Alba c’est qu’il court trop vite pour, ne serait-ce qu’apercevoir, les haters.

U10 : Pour la première fois depuis 10 ans vous allez affronter un meilleur milieu de terrain que le vôtre. À votre avis, ça fait quoi d’être dans la peau du milieu qui va devoir se surpasser ?

L : Je pense qu’en 10 ans on a affronté pas mal de milieux de terrain qui étaient au dessus donc je ne suis pas tant impressionnée que ça bien que je respecte l’homme et le joueur. Je ne suis pas dans leur peau mais j’ai confiance en notre milieu. Iniesta c’est l’homme des finales, et ça c’est un fait.

R : Je ne suis pas dans cet état esprit là, ayant affronté les milieux du Real & Bayern cette saison on a dû partager la possession à 50-50 et si la Juve joue sur la possession elle se fera piéger en contre, leur défense étant bien trop lente. Je les vois plus en attente très sérieuse derrière et jouant tous leurs coups offensifs à fond.

M : Vous avez oublié la confrontation en 1/4 de finale aller contre le milieu Cabaye-Rabiot-Matuidi ? Je dois faire votre boulot à votre place ou c’est comment ?

Bref, ça fait donc deux fois en dix ans, et comme vous l’avez vu pour la première fois, pas de quoi s’inquiéter.

U10 : Allegri c’est un peu la kryptonite du Barça, il vous a fait mal avec des Kevin Constant et autres Prince Boateng, sans trop se mouiller on peut dire que ça risque d’être un carnage avec des Pogba, Vidal, Chiellini ou Tevez ?

 R : Cette saison le Barça a retrouve une vrai solidité défensive, Rakitic amène l’agressivité qu’il nous manquait au milieu et la paire Piqué-Mascherano est plus forte que jamais, la kryptonite Allegri va devoir affronter le triangle des Bermudes que forme la MSN mais j’avoue que au delà du milieu à passer derrière y’a la muraille Bonucci-Chiellini-Buffon à percer, ça sera pas simple.

M : Lol. La Kryptonite, on ne peut même pas l’effleurer. 4-0, j’appelle ça pulvériser, moi. Et pour pulvériser, faut bien plus que simplement effleurer. On parle bien des phases finales ? Parce que les poules, hein… même le PSG nous y a battu.

U10 : Les matchs en nocturne c’est pour permettre à Iniesta de jouer sans complexe ?

 

R : Attention à Iniesta, adepte des grands rendez-vous… Faudra pas dire bip quand il soulèvera sa quatrième Ligue des Champions. Même s’il est moins en évidence cette saison car son rôle est différent dans ce nouveau système il doit plus défendre et presser vu le trident en attaque, mais on a jamais attendu qu’Andres marque des buts pour admirer son génie.

M :  T’as vu sa calvitie ? Il en est plus à un complexe près.

U10 : Le milieu de la Juventus vous le craignez ? Ou pas du tout dans la mesure ou Iniesta n’a jamais perdu le moindre ballon (hormis le ballon d’or) ?

L : Je le crains mais pas tant que ça. Ballon d’or ou pas, Iniesta n’a pas besoin de cela pour prouver que c’est un joueur de classe mondiale. Il le prouvera sur le terrain samedi.

R : Bien sûr, la Juve était sous estimée par beaucoup et à tort, leur milieu est très complémentaire, avec des qualités indéniables de technique, puissance, physique, grinta, vision… Pogba/Vidal/Pirlo/Marchisio c’est costaud.

M : J’ai peur de Pirlo.

Eh mais vous êtes grave chaud sur Iniesta, j’étais pourtant sûr qu’il n’y avait aucun hollandais ou Blues dans l’effectif Ultimo Diez.

U10 : Il paraît que Ter Stegen c’est le nouveau Jens Lehmann, du coup il est rassuré de plus voir Grosso dans les rangs de la Juve ?

 L : Je crains beaucoup Buffon, il fait partie de l »un des meilleurs gardiens de tous les temps. Donc Ter Stegen à côté c’est un petit chat qui j’espère défendra les cages catalanes comme il se doit. C’est l’occasion pour lui de s’illustrer sur la scène mondiale et de prouver ce qu’il a dans le ventre. Je ne veux pas que le match termine aux tirs aux buts, c’est ma hantise.

R : Il ira beaucoup plus haut que ce bon vieux Lehmann, il va jouer le match le plus important de sa carrière face au légendaire Buffon, j’espère qu’il saura gérer cette pression.

 M : Toute question faisant référence à l’Italie de la CdM 2006 sera ignorée.

U10 : Messi contre Chiellini, d’une certaine manière c’est pas la version foot du petit chaperon rouge et du grand méchant loup ?

L : Chiellini l’ouvre beaucoup concernant Messi, à sa place je me tairai car Neuer en a fait les frais… C’est surtout Chiellini-Suarez qui m’intéressera ce week-end.

 R : J’espère que les reins du grand méchant loup seront solides le 6 juin car ils vont être mis à rude épreuve durant 90min voir plus, on attend aussi ses retrouvailles avec Suarez, vu leur passé commun ça peut donner quelque chose d’électrique.

 M : Ça doit bien être la seule solution qui s’offre à Chiellini pour stopper Messi : se travestir.

Et quand tu sais avec qui il partage la couche, ça n’a aucune chance d’aboutir.

Mondial-2014-Antonella-Roccuzzo-la-sublime-girlfriend-de-Lionel-Messi-rentre-en-Argentine-avec-leur-petit-Thiago-!_portrait_w674

Qui oserait la tromper… ?

U10 : Luis Enrique, il a vendu la peau de son adjoint au diable comme Guardiola pour réussir ?

 L :  Luis Enrique a porté le Barça en moins d’un an comme certains n’ont jamais réussi à le faire donc non.

 R : Nombreux étaient ses détracteurs durant ses 6 premiers mois au Barça, à cause de ses rotations et ses choix, pourtant depuis Anoeta en janvier il a fermé toutes les gueules possibles et imaginables, en route vers un triplé pour sa 1ère saison comme Pep, tous les deux anciens capitaines du club.

 M : Chpeux pas vous dire plus.

 

U10 : Qatar Foundation, puis Qatar Airways… Vous avez vendu votre histoire et votre maillots sans sponsor, pour de l’oseille… C’est l’esprit Jonquera ?

 L : Le Qatar est sur tout les fronts aujourd’hui surtout dans le milieu du football. Les maillots Unicef seront de retour l’année prochaine normalement. J’espère seulement que le Barça ne cèdera pas à l’appel des Qatari pour le naming, ça nuirait à tout l’histoire du club, à l’entité.

 R : L’esprit Jonquera c’est quand Messi viole devant le monde entier en toute impunité, rien d’autre. Pour en venir au Qatar, c’est le foot business qu’on ne conçoit pas forcément étant fans mais on fait avec, pas le choix. Le contrat doit se terminer en 2016, à voir avec les élections et une nouvelle direction, les changements qu’il y aura, un retour d’Unicef sur le maillot serait bien.

 M : Jonquera ? Connais pas.

Le jour où les sponsors disparaitront à nouveau du maillot, mon amour pour le club prendra encore une autre dimension. Mais j’ai bien qu’il en reste à une dimension intergalactique (c’est déjà pas mal, non ?) pour toujours. C’est se foutre le doigt dans l’œil que d’y croire.

 On remercie nos invités pour cette interview de qualité ! N’sitez pas à follow nos invités du soir, tous des esprits éclairés autant les uns que les autres, ainsi que votre hôte pré, Ultimo Diez (Ultimo Diez sur Facebook, YouTube et @Ultimo_Diez sur Twitter). Tous propos recueillis pour Ultimo Diez.