0

L’OL effectue une saison décrite par tous, spécialistes et médias, comme surprenante et héroïque. A la lutte pour le titre jusqu’aux dernières journées avec l’incontestable favori parisien, personne n’attendait cette équipe de gamins à ce niveau. Et pour cause, beaucoup sont à l’aube de leur carrière et ne sont pas censés être taillés pour ce type de défi. Pourtant le parcours lyonnais a mis en exergue le talent intrinsèque de ces joueurs, défiant tout pronostique et compensant l’inexpérience. Ce n’est pas pour autant que la formation à l’OL est une chose nouvelle, c’est le fruit d’un travail de longue haleine depuis des années (Giuly, Kanouté, Ngotty, Bergougnoux, Benzema, Ben Arfa etc.). Jetons un coup d’œil de plus près sur le fonctionnement de celui-ci.

Les forces et spécificité de la formation lyonnaise

Bien évidemment, la formation lyonnaise n’est pas la seule formation compétente en France, mais aujourd’hui c’est celle qui tend le plus à former des joueurs de niveau européen et Ligue des champions. De plus elle se démarque des défauts récurrents et souvent cités de la formation à la Française. En d’autres termes les profils plus physique que technique et ayant un déficit d’intelligence de jeu, d’intégration dans un projet collectif. C’est pourquoi l’importance du profilage des joueurs est primordiale à Lyon, le joueur doit être adéquat à une philosophie prônant le jeu offensif et technique. Les équipes de jeunes sont toutes formées dans un moule de jeu axé sur la possession, le jeu au sol et la recherche de décalages par le jeu. Le résultat n’est pas l’objectif en jeunes et l’épanouissement des qualités du joueur dans un système lui demandant de produire du jeu est la priorité. Ceci étant le club refuse d’avoir un système unique des petits aux plus grands pour ne pas se priver de profils de joueurs et ne pas enfermer les joueurs dans un stéréotype. Le directeur du centre de formation, Stéphane Roche déclare que l’identité est forte mais pas encore assez pour faire ce que fait le Barça. Néanmoins les entraînements des U7 à la CFA possèdent le même but pédagogique des petits aux grands et les mêmes thématiques adaptées à la catégorie. (Voir l’excellent numéro 49 du magazine « Vestiaires » d’Avril 2013).
Parmi les forces, figure également l’identité du club en tant qu’institution elle-même, les hommes au sein du club sont présent depuis des années et ont été pour la plupart joueurs du club. Une base historique qui connaît parfaitement le club et ses valeurs. Parmi les équipes de jeunes de l’OL, l’amour ou au moins le respect du club est inculqué depuis tout jeune et la nécessité de travailler pour progresser est mise au centre du travail.

IMG_20150609_232709

(Citation France Football, 13 mai 2015)

Par exemple Le choix de continuer à donner sa chance à un Clinton N’jié longtemps décevant a ainsi été justifié par cette philosophie.
Autre point important d’un centre de formation : le recrutement et les profils de recrutement. Sous le travail de l’expérimenté Gérard Bonneau l’OL arpente les terrains de France comme tous centre de formation digne de ce nom. Gérard Bonneau est présent en région Rhône Alpes, Ile de France mais aussi PACA et a des antennes un peu partout en France pour pouvoir aller observer les joueurs qui ont tapé dans l’œil du club. Le mot d’ordre dans chaque observation est de pouvoir apprécier en premier la qualité technique mais aussi et surtout l’intelligence de jeu, situationnelle et décisionnelle. Savoir si celui-ci comprend le jeu à son poste et sait le lire est en effet un critère très important à l’OL.
Le recrutement national est généralement (sauf exception) actif à partir de 15 ans, à partir de 18 ans l’OL va même de plus en plus chercher à l’international. En Afrique (recrutement de Patrice Girard) comme avec Clinton N’jié, en Suisse pays voisin(Pagliuca), ou alors de plus en plus dans les pays nordiques (Le prometteur défenseur Jenssen).

 L’omniprésence du « Made In Lyon »

Mais la vraie force de l’OL et de son centre est d’avoir compris que le vivier local et régional est d’abord le plus important. Alors que certains clubs comme Rennes se sont rendus compte que chercher des joueurs abondement en Île de France n’était pas toujours la bonne solution, l’OL lui a compris que le local était primordial. Ainsi la majorité des joueurs formés au club réussissant aujourd’hui dans l’effectif pro de l’OL (Lopes, Umtiti, Gonalons, Tolisso, Grenier, Fékir, Lacazette etc.) sont issus de la ville ou de la région. L’expérience montre que déraciner les jeunes n’est pas une réussite, et que les joueurs du coin ont plus d’attaches au club.

IMG_20150609_232637

(Photo Le Parisien)

Lyon dispose en plus d’un vivier important, renforcé par les partenariats qu’il a pu faire avec plusieurs clubs de la région, sous le nom du réseau sport ou réseau sport excellence. Celui-ci permet d’échanger les informations concernant des jeunes prometteurs au sein de ce club, mais aussi et surtout à l’OL de venir former les éducateurs de ses clubs selon les méthodes d’entraînement propre à l’Olympique Lyonnais. Ainsi le jeune qui viendra plus tard à l’OL sera déjà imprégné des bases et principes footballistiques propre à l’OL. On en revient donc à la philosophie de jeu ligne directrice au sein du centre de formation OL, par ailleurs à l’exact opposé des voisins stéphanois plus axé sur la puissance physique et le refus de jeu (#SayNoToGuilavogui).

Quel avenir pour ses joueurs et l’OL ?

Pour revenir sur du concret et les joueurs qui ont animés la belle saison lyonnaise en L1, la question est de savoir jusqu’où vont-ils aller et jusqu’où iront ils avec l’OL ?
Il semble programmé qu’aucun départ majeur n’ait lieu cet été. On peut s’attendre l’an prochain à voir une progression ou confirmation pour les plus talentueux d’entre eux. Toto « El Gato »Lopes devra confirmer sa superbe saison et ses qualités intrinsèques qu’il a montré cette saison. Pour un gardien aussi tonique et explosif que lui, le défi sera d’être bon tous les 3 jours en encaissant l’intensité LDC. Pour celui que je ne cesse de défendre, Samuel « Big Sam » Umtiti, le défi sera alors de confirmer sa première très belle saison dans la régularité et de montrer toutes ses qualités de défenseur élégant face aux meilleurs attaquants d’Europe. Et éventuellement prendre une place en Equipe de France où sa version cheap sans pied est titulaire (Sakho) dans l’optique de l’Euro. Monsieur parfait Corentin « coco » Tolisso au milieu a explosé cette saison et progresse de matchs en matchs. Son calme allié à sa puissance et sa justesse technique dans le jeu sont bonifiés par ses qualités de buteur (7 buts cette saison). Les 2 joyaux de l’attaque lyonnaise, très demandé cet été, auront quant à eux le défi de confirmer leur immense saison. Nabil «Harki » Fékir devra faire face à des défenses qui l’attendront après les avoir martyrisé durant toute la saison par sa patte gauche. Alex « contours » Lacazette lui en est déjà à sa deuxième d’explosion et la curiosité sera de le voir être à nouveau décisif dans les gros matchs, ce qui lui a fait défaut cette saison. L’OL comptera sur lui en ligue des champions la saison prochaine. Clément « CG7 » Grenier aura l’opportunité de se relancer et réaliser enfin une saison pleine, lui qui aura à cœur de montrer qu’il est un vrai talent français.
Il s’agit là des évidences concernant les talents lyonnais, le mystère Clinton « Bip-bip » N’jié, très performant sur la fin de saison, attire ma curiosité et ses progrès mettent en lumières la qualité de la post-formation lyonnaise. Jordan Ferri est un joueur correct qui a surperformé dans une équipe en pleine forme, il semble atteindre un plafond footballistiquement, ses progrès resteront à suivre cependant suite à sa liposuccion qui pourrait le libérer. Quant à Rachid « Rachon » Ghezzal… c’est vraiment quelqu’un de très sympathique. Et puis il va pas nous emmerder longtemps à boucher la place du merveilleux Fares Armando Bahlouli non ?
On peut s’amuser à pronostiquer qui seront les prochains jeunes lyonnais à fouler les pelouses de Ligue 1. Les jeunes Fahd Moufi (ard), Jenssen (DC), Maxime Darpino (MDF) et Maxwell Cornet (buteur) semblent les plus probable. Sans compter évidemment l’éclosion de FaBahlous Bahlouli.
La question est de savoir jusqu’à quand l’OL pourra garder et accompagner son projet avec ces joueurs ? L’OL va réussir son pari d’arriver dans son grand stade avec une équipe compétitive et ses jeunes talents qui arrivent à maturité, bien drivés par captain Maxxxx. Il s’agira alors de bien les entourer pour faire face aux contraintes de la Champions League et d’un calendrier chargé. De plus l’OL devra, à moyen terme, réussir à se renouveler pour remplacer les départs et se remettre en cause constamment dans sa politique de formation très performante. En espérant que celle-ci soit une locomotive pour les autres clubs français dans leur manière de former, cela nous éviterait d’avoir des Diomandé ou JC « 15 buts » Bahebeck…

@YannisLB80