0

La nouvelle est tombée hier soir aux alentours de 19h, les sanctions à l’encontre du Paris Saint-Germain ont été levées. Le club n’est plus limité, il peut dépenser ce qu’il gagne autant qu’il le veut. En Ligue des champions, le PSG pourra inscrire le nombre de joueurs réglementaire (25 joueurs) comme ses concurrents. L’antre parisienne est sauvée, redevient automatiquement un club candidat à la victoire finale en Ligue des Champions. Pogba, Di Maria voir même Messi viendront tous au PSG. Nasser a effectivement posé ses couilles sur le nez de Platini… Avec un an de retard. #ParisiensEtLibres.

2c8b1f0643a7ac007863cd5ec4b06fca (1)

« Comme dans GTA code crédits illimités »

Cette levée des sanctions a en effet fait des émules au près des supporters et sympathisants parisiens, on se permet de rêver plus grand, oui, Dream Bigger. Comme si le club avait été interdit de recrutement auparavant. Or il n’en est rien. Si oui, il y avait une somme maximale allouée au recrutement (48 millions d’euros après la validation du transfert de Serge Aurier), oui le club était limité sur le nombre de joueurs à inscrire sur la liste pour la Ligue des Champions mais il pouvait recruter.

Cette période de sanctions a mis en avant encore un peu plus les faiblesses de la direction sportive du club. En témoigne les trois dernières périodes de mercato catastrophiques  ou le club a été incapable de recruter intelligemment. On a pu voir un club jeter de l’argent par les fenêtres avec le transfert de Cabaye, qui n’a tout simplement pas le niveau escompté pour jouer sous les couleurs parisiennes. Un club qui a recruté un joueur à un poste pas prioritaire où il disposait déjà d’un des plus grands talents mondiaux à ce poste.  Les 50 millions d’euros posés sur David Luiz restent une des choses les plus incompréhensibles de ces derniers mercatos. Un transfert qui oblige Laurent Blanc à mettre Marquinhos sur le banc, joueur qui serait pourtant titulaire s’il y avait une once de concurrence loyale à ce poste.

Malgré cette période de sanctions le club a été incapable de revoir sa politique de recrutement, c’est à se demander si une cellule de recrutement existe effectivement et travaille pour le PSG. Tenter des coups, recruter de jeunes joueurs prometteurs, se pencher sur les joueurs qui ne sont pas en odeur de sainteté dans des plus grands clubs que le notre, non, cela n’a jamais été envisagé. On ne voit que très rarement le club se déplacer sur les compétitions de jeunes par exemple pour y voir de futurs talents (à l’instar de Monaco).

Entrainement duPSG au Centre Aspire -

« J’recrute qui je veux quand bon me semble, nikoumouk le fair-play financier »

À qui incombe cette gestion hasardeuse du recrutement ? Le club ne dispose toujours pas de directeur sportif digne de ce nom depuis le départ de Leonardo. Olivier Letang n’étant sans doute pas l’homme de la situation on s’attendait à l’arrivée d’une personne plus compétente à ce poste, il n’en est rien. Laurent Blanc a sans doute lui aussi sa part de responsabilités quant à Nasser il est le responsable numéro un des « maux » de la direction sportive parisienne.

Il faut néanmoins féliciter le club parisien pour la rapidité avec laquelle il a réussit à redresser ses comptes et à entrer dans les clous. En un an seulement le club parisien a satisfait les demandes de l’UEFA et un homme est sans doute derrière cette réussite et ce redressement : Jean-Claude Blanc dont les compétences et les qualités n’ont jamais été remises en question.

Le club parisien n’est donc plus soumis à de fortes restrictions par le Fair-play financier, il faut donc s’attendre à une flopée de rumeurs pendant ce mercato. Le club aura-t-il appris de ses erreurs ? Recrutera-t’il intelligemment, chose qu’il n’a jamais su faire ? Le doute subsiste.

Titi