0

A quelques jours de la reprise de la Bundesliga, un nom tient toute l’Allemagne du football et en particulier la ville de Wolfsburg en haleine. Ce nom est, vous l’aurez probablement déjà deviné, celui de Kevin De Bruyne. En effet, le destin de celui qui a récemment été élu footballeur de l’année en Bundesliga pour l’exercice 2014/2015 constitue le dossier le plus bouillonant de ce mercato estival.

Arrivé dans la ville du nord de l’Allemagne en Janvier 2014 pour une indemnité estimée entre 22 et 25 millions d’euros, l’international belge n’aura pas tardé à reprendre ses marques dans le championnat allemand. Très convaincant lors de son court passage au Werder Brême quelques temps auparavant, De Bruyne continua sur sa lancée et s’imposa immédiatement comme titulaire et maître à jouer des loups de Dieter Hecking qui finirent la saison à la 5ème place, échouant aux portes des places qualificatives pour la LDC. Mais ce n’était qu’un avant gout de ce qui allait suivre.

Car si ses premiers mois dans la capitale de Volkswagen laissaient entrevoir l’immense potentiel du joueur, l’année suivante allait devenir celle de l’explosion du meneur de jeu aux yeux de l’Allemagne et de l’Europe. Égalant le record de passes décisives en championnat sur une saison, De Bruyne termine la saison comme meilleur passeur des grands championnats européens et propulse sa meute à la deuxième place de Bundesliga et vers le titre en Coupe d’Allemagne. Avec ses coéquipiers, il se permet même de tenir la dragée haute à l’ogre bavarois, produisant notamment un récital sur la pelouse de la Volkswagen Arena lors de la visite des hommes de Pep Guardiola.

De telles performances ne sont bien entendu pas sans attirer la convoitise d’autres clubs. A commencer par ces mêmes bavarois, réputés pour engloutir tel un géant vorace, la crème de la crème des joueurs de Bundesliga, dans le but d’asseoir un peu plus leur toute-puissance à l’échelle nationale. Le Bayern se serait donc renseigné sur la situation de l’international belge en début de mercato, se décidant finalement à reporter leurs efforts à l’année prochaine lorsque la direction sportive de Wolfsburg signala que le joueur n’était pas à vendre cet été.

11871659_1595637773994288_993591087_o

C’est à cette même position dénégatoire que se heurtèrent les autres clubs intéressés par le joueur. Et si des rumeurs firent successivement part de l’intérêt du PSG ou encore de Manchester United, c’est avant tout le deuxième club de Manchester qui se montre le plus insistant. Les dirigeants de Wolfsburg ont beau répéter qu’il n’y a pas d’offre officielle et que « Kevin restera dans 99,9% des cas », les torchons…pardon tabloïds, je voulais dire tabloïds britanniques ne cessent de nous inonder de prétendues offres, plus mirobolantes les unes que les autres, allant jusqu’à 80 millions d’euros d’indemnité et 20 millions d’euros de salaire brut par an.

Si l’on s’en tient aux sources les plus sérieuses (Sky en Angleterre ou encore le Kicker en Allemagne) l’intérêt des Citizens de même que celui du Bayern sont bien réels. Et Kevin lui-même ? Klaus Allofs (directeur sportif de Wolfsburg) prétend que les clubs lui auraient retournés la tête et qu’il est normal que le joueur étudie ces offres. L’agent de De Bruyne lui martèle que son protégé est un joueur de Wolfsburg, heureux au club et concentré sur son travail en attendant de voir si les clubs trouveront un accord.

Mais de quel club s’agit-il ? Les derniers échos en Angleterre font part d’une offre à hauteur de 53,5 millions d’euros qui seraient en préparation. Et selon le Kicker le joueur ne serait pas contre une nouvelle expérience en Premier League, chez les Sky Blues cette fois. Ceci-dit il préférerait toutefois rester en Bundesliga et rejoindre le Bayern Munich. A ce sujet, les responsables de Wolfsburg semblent être en désaccord : si Hecking trouve plus normal que son meneur de jeu soit flatté par l’intérêt munichois, Allofs lui préfèrerait le voir aller en Angleterre en cas de départ. L’idée ici est claire : éviter de renforcer encore plus un Bayern qui semble déjà intouchable.